Navigation – Plan du site
Dossier: les reconstructions d'après-guerre en Alsace

« Rendre à l’Alsace son beau visage » : la reconstruction des monuments historiques après 1945

The Historical Monuments Service and post - World War II reconstruction in Alsace
Denkmalschutzbehörde und der Wiederaufbau im Elsass nach dem Zweiten Weltkrieg
Nicolas Lefort
p. 139-181

Résumés

L’Alsace est très gravement touchée par les combats et les bombardements de la Seconde Guerre mondiale : parmi les sinistres recensés, on compte de nombreux monuments classés et inscrits. Après 1945, leur restauration-reconstruction incombe au service des monuments historiques. Cette administration, rajeunie et réorganisée, est dotée de nouveaux moyens d’intervention mais elle dispose de crédits très insuffisants pour accomplir ses missions et doit composer avec les services du puissant ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme. Dans un premier temps, elle cherche à sauver un maximum d’édifices par des travaux de déblaiement, de mise hors d’eau et de consolidation provisoire. Sa politique de sauvegarde de l’aspect traditionnel des quartiers anciens et des villages pittoresques d’Alsace connaît des réussites et des échecs. Vient ensuite le temps des travaux définitifs qui doivent rendre aux monuments leur beauté et leur solidité tout en préservant leur authenticité. Les nombreuses restaurations, dirigées par l’architecte en chef Bertrand Monnet (1910-1989), posent des problèmes multiples sur le plan administratif, économique et technique. Elles soulèvent également des questions de doctrine, d’ordre archéologique et esthétique. Elles revêtent enfin des enjeux politiques et symboliques, nationaux et locaux, qui appellent des réponses variées : la reconstruction à l’identique, la restauration d’une unité de style, la reconstruction des parties détruites dans un style contemporain ou la dérestauration des parties transformées au XIXe siècle.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2019.

Plan

Des dommages sans précédent
Organisation, législation et moyens financiers des monuments historiques en Alsace
La doctrine des monuments historiques au début de la reconstruction
Les mesures provisoires et les premières difficultés
La sauvegarde du Vieux Strasbourg
« Des monuments plus beaux, plus anciens et plus solides »
La restauration exceptionnelle d’une unité de style : l’église de Sigolsheim
Monuments historiques et architecture contemporaine : le refus du pastiche
Le sort des transformations du XIXe siècle : de la dérestauration à la patrimonialisation
Conclusion

Aperçu du texte

Région frontalière, annexée de fait au IIIe Reich de 1940 à 1944, l’Alsace est très fortement touchée par les combats, les bombardements et les destructions volontaires de la Seconde Guerre mondiale, bien plus qu’elle ne l’avait été pendant la Grande Guerre où les dégâts s’étaient concentrés principalement dans le sud du Haut-Rhin. Parmi les édifices sinistrés que l’on recense après la Libération, on compte de nombreux monuments historiques, définis par la loi française du 31 décembre 1913 comme « les immeubles dont la conservation présente, au point de vue de l’histoire ou de l’art, un intérêt public ». Après guerre, c’est au service des monuments historiques qu’incombe la responsabilité de les restaurer pour « rendre à l’Alsace son beau visage modelé par l’histoire ». Son action dans le cadre de la reconstruction a été étudiée au plan national par Patrice Gourbin dont la thèse a été publiée en 2008. Par contre, elle restait en grande partie à analyser à l’échelle des deux départem...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Lefort, « « Rendre à l’Alsace son beau visage » : la reconstruction des monuments historiques après 1945 », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 139-181.

Référence électronique

Nicolas Lefort, « « Rendre à l’Alsace son beau visage » : la reconstruction des monuments historiques après 1945 », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 23 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/2415 ; DOI : 10.4000/alsace.2415

Haut de page

Auteur

Nicolas Lefort

Professeur d’histoire-géographie, docteur en histoire de l’Université de Strasbourg, chercheur associé à l’EA 3400 ARCHE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page