Navigation – Plan du site
Compte rendus
Les périodes de l'histoire
Moyen Age et Renaissance

Waller (John), Les danseurs fous de Strasbourg. Une épidémie de transe collective en 1518

La Nuée Bleue, 2016, 223 p. (trad. de A Time to Dance, a Time to Die, Londres, 2008)
Élisabeth Clementz
p. 451-453
Référence(s) :

Waller (John), Les danseurs fous de Strasbourg. Une épidémie de transe collective en 1518, La Nuée Bleue, 2016, 223 p. (trad. de A Time to Dance, a Time to Die, Londres, 2008)

Texte intégral

1Le sujet de ce livre est un épisode alsacien de danse de saint Guy, que l’auteur essaie d’expliquer à l’aide des nombreuses publications, de qualité variable, qui ont paru à ce sujet. Rappelons que le terme de danse de saint Guy recouvre deux affections différentes : la chorée de Sydenham – une maladie infectieuse du système nerveux central, provoquant des mouvements involontaires, qui n’ont rien d’une danse – et la chorée hystérique rythmique. En Alsace, cette dernière est attestée une seule fois dans les sources, en juillet 1518 à Strasbourg. Pour tenter d’y voir clair, il aurait fallu commencer par faire l’inventaire des sources contemporaines de l’événement, et s’en tenir aux renseignements qu’elles livrent. Ce sont les « Annales de Brant », la chronique de Hieronymus Gebwiller et la réponse du Magistrat de Strasbourg à l’évêque, qui lui demandait des informations sur cette inhabituelle maladie (der ungewönlichen kranckheit halb : ADBR 12J 1495). Tous trois évoquent, sans donner son nom, une femme qui s’est mise à danser, imitée par une cinquantaine de personnes. Aucun auteur contemporain n’évoque de décès liés à cette épidémie de manie dansante. D’après les médecins, il s’agissait d’une maladie naturelle due à une conjonction astrale (diß jars constellation) et à la chaleur de la saison. Les personnes atteintes ont été surveillées et on les a fait conduire chez saint Guy (ADBR 12J 1495), c’est-à-dire au pèlerinage du Hohlenstein, au-dessus de Saverne. Par la suite, des écrits postérieurs aux faits ont déformé la réalité. Ainsi Paracelse fait-il remonter cette maladie à une Frau Troffea – un nom fort improbable – qui l’aurait simulée dès que son mari la contrariait, mais sans indiquer où ni quand elle aurait vécu (Œuvres médico-chimiques ou paradoxes, II, 1975, p. 297‑298). Non seulement Waller n’hésite pas à placer Troffea à Strasbourg en 1518, mais il invente même qu’elle « était toute diminuée par des rations insuffisantes de pain et de viande » (p. 84) et « qu’elle agit en état de choc, sous l’effet d’un état de conscience altéré » (p. 86). Un peu plus loin, l’auteur devine les pensées de Frau Troffea, qui, « fuyant les horreurs du présent, se retournèrent vers l’excitation du Carnaval » (p. 88). Selon Waller, le chroniqueur Johannes Wencker eut accès aux souvenirs de dizaines de survivants (p. 132). Est-ce crédible quand on sait que Wencker est né en 1590, 72 ans après les faits ? C’est d’après le même Wencker, et d’après D. Specklin (v. 1580), que l’auteur affirme que l’épidémie dansante a fait des morts, sans remarquer que les textes contemporains des faits ne disent rien de tel.

2L’auteur s’interroge également sur les causes possibles du phénomène. Il invoque tour à tour l’agitation croissante des pauvres à partir de 1490 (p. 26), la pollution de l’eau (p. 51), les mœurs du clergé (p. 55), les conditions météorologiques (p. 63), des décennies de délaissement spirituel et même Geiler, qui exhortait ses ouailles à avoir soin de leur âme. À ce sujet, Waller suggère qu’elles ont peut-être cru suivre son conseil en dansant (p. 101), ce qui est faire peu de cas du fait qu’en 1518, Geiler est mort depuis huit ans ! Waller ne manque aucune occasion de dire le plus grand mal du clergé de la fin du Moyen Âge ; la thèse de F. Rapp, qu’il cite fréquemment, aurait pourtant dû l’inciter à nuancer son jugement.

3Ce n’est de loin pas le seul point sur lequel l’auteur reprend des clichés traditionnels. Il évoque par exemple « l’isolement [en fait tout relatif] et l’exécration dont souffraient les lépreux » (p. 68) et « le retour de vieilles calamités comme la lèpre, la variole et la peste » vers 1518 en Alsace (p. 71), qu’il serait bien en peine de démontrer. Il décrit les danseurs avec des vêtements gris et rêches, des visages amaigris, des yeux profondément enfoncés dans leurs orbites, des dents noires (p. 102) – bref un physique qu’il croit reconnaître dans un dégorgeoir de moulin du XVIIIe siècle (p. 206). Quant aux femmes maltraitées par leur mari, il leur restait, selon lui, la liberté de se faire enterrer loin de lui (p. 81) !

4Le lecteur est également gêné par de nombreuses erreurs de détail : par exemple, l’auteur (ou son traducteur ?) invente la corporation des médecins de Strasbourg (p. 109). Il évoque « les tours du château de Greifenstein montant la garde comme pour symboliser la puissance de… l’évêque de Strasbourg » (p. 147). Or, en 1518, Greifenstein est déserté depuis plus de 24 ans (ADBR G 977 e). On regrette également l’inexactitude de certaines références. C’est ainsi que l’auteur affirme que « les Dominicains, exaspérés, finirent par se plaindre à l’évêque qu’ils avaient trop de travail » (p. 70), en citant F. Rapp, Réformes et Réformation dans le diocèse de Strasbourg, p. 72, qui ne dit rien de tel. Que penser enfin de l’idée que « la danse de saint Guy paraissait… l’obscène caricature » du Schwörtag (p. 108) ?

5En conclusion, l’ouvrage de Waller se rapproche plus d’un roman historique que d’un ouvrage scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Clementz, « Waller (John), Les danseurs fous de Strasbourg. Une épidémie de transe collective en 1518 », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 451-453.

Référence électronique

Élisabeth Clementz, « Waller (John), Les danseurs fous de Strasbourg. Une épidémie de transe collective en 1518 », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://alsace.revues.org/2457

Haut de page

Auteur

Élisabeth Clementz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page