Navigation – Plan du site
Compte rendus
Les périodes de l'histoire
Moyen Age et Renaissance

Christ - von Wedel (Christine), Grosse (Sven) et Hamm (Berndt) (dir.), Basel als Zentrum des geistigen Austauschs in der frühen Reformationszeit

Mohr Siebeck, 2014, 378 p.
Olivier Richard
p. 453-454
Référence(s) :

Christ - von Wedel (Christine), Grosse (Sven) et Hamm (Berndt) (dir.), Basel als Zentrum des geistigen Austauschs in der frühen Reformationszeit, Mohr Siebeck, 2014, 378 p.

Texte intégral

1Ce volume des actes d’un colloque qui eut lieu à Bâle en 2012 réunit des chercheuses et chercheurs en théologie, philologie, histoire de l’Église ou du livre, venus de Suisse, d’Allemagne, d’Alsace, mais aussi de Hongrie ou encore d’Amérique du Nord. Il a pour objectif d’étudier le rôle de Bâle dans les échanges intellectuels pendant la première phase de la Réforme, sans se limiter, comme c’est souvent le cas, à l’imprimerie, dont la cité au coude du Rhin était un des grands centres.

2Le livre s’ouvre sur un vaste panorama, de la plume de Bernd Hamm, sur le Rhin supérieur comme la région intellectuelle (« geistige Region ») en pointe dans l’Empire, de 1450 à 1520, comparable seulement à l’Italie du Nord ou aux Pays-Bas bourguignons. La présence de ce tour de force transdisciplinaire, qui aborde autant la littérature, l’histoire de l’art, l’histoire culturelle et des médias que la théologie, s’explique par le constat initial que Bâle était à cette époque beaucoup plus orientée vers Mulhouse, Colmar, Sélestat et Strasbourg ou Fribourg que vers Berne et Zurich. L’humanisme, la présence de deux universités à Bâle et Fribourg (trois avec Heidelberg), la densité urbaine avec de nombreuses villes d’Empire, le rôle des établissements ecclésiastiques mais aussi de « l’intelligentsia » laïque (avec Sebastian Brant), et la symbiose de ces facteurs avec les nouveaux médias imprimés sont abordés. La Réforme, dans les années 1520, apporta cependant une reconfiguration des régions intellectuelles, le Rhin supérieur étant par exemple concurrencé par l’espace saxon-thuringien.

3Ce principe d’étudier Bâle dans sa région, où l’Alsace joue un rôle prépondérant, traverse les deux premières grandes parties, consacrées à « l’imprimerie et l’humanisme » puis aux « Relations entre réformateurs ». Il y est ainsi question de Beatus Rhenanus ou de Leo Jud, puis de Wolfgang Capito ou Martin Bucer. En plus de cet effort d’inscription de Bâle dans l’espace du Rhin (puis celui de la Confédération), les contributions s’appliquent à ne pas voir la Réforme comme une césure, mais au contraire à mettre en évidence les traits de continuité avec le Moyen Âge tardif.

4Les deux dernières parties, plus courtes, traitent des dissidents religieux – deux contributions sur les anabaptistes – puis du « rayonnement européen de Bâle », avec des articles sur la cité comme centre de transfert pour les non-conformistes italiens, les éditions bâloises dans l’espace carpato-danubien et les liens entre l’université de Bâle et ses étudiants hongrois de confession réformée, jusqu’au XVIIIe siècle. Deux index, des personnes et des matières (où se trouvent certains lieux), facilitent l’accès à l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Richard, « Christ - von Wedel (Christine), Grosse (Sven) et Hamm (Berndt) (dir.), Basel als Zentrum des geistigen Austauschs in der frühen Reformationszeit », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 453-454.

Référence électronique

Olivier Richard, « Christ - von Wedel (Christine), Grosse (Sven) et Hamm (Berndt) (dir.), Basel als Zentrum des geistigen Austauschs in der frühen Reformationszeit », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2459

Haut de page

Auteur

Olivier Richard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page