Navigation – Plan du site
Compte rendus
Les périodes de l'histoire
XIXe et XXe siècles

Chrastil (Rachel), The Siege of Strasbourg

Harvard University Press, 2014, 320 p.
Franck Burckel
p. 457-458
Référence(s) :

Chrastil (Rachel), The Siege of Strasbourg, Harvard University Press, 2014, 320 p.

Texte intégral

1L’historienne américaine Rachel Chrastil a publié en 2014 un ouvrage en langue anglaise dédié au siège de Strasbourg de 1870. Pour ce faire, l’auteur a exploité l’ensemble des sources disponibles, tant en langue française qu’allemande. Outre les nombreux ouvrages publiés depuis le XIXe siècle, l’auteur a consulté les sources d’archives et des manuscrits inédits. Elle s’est plus particulièrement arrêtée, en les citant largement, sur les mémoires de Frédéric Piton, de Rodolphe Reuss et de Catherine Weiss, rare témoignage connu d’une strasbourgeoise. Concernant la critique des sources, si l’auteur questionne de rares fois les écrits des militaires, notamment les silences d’Uhrich, elle semble accorder sa confiance aux mémoires des civils, pour lesquelles elle prend fait et cause, même les assertions pittoresques de Gustave Fischbach.

2Mme Chrastil démontre sa maitrise de l’histoire européenne des XVIIIe et XIXe siècles, et de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. De même, ses recherches approfondies sur le Strasbourg de 1870 lui permettent d’en dresser un portrait détaillé. Seules quelques approximations mineures peuvent lui être reprochées, comme le fait d’attribuer les fortifications de la ville au seul Vauban, oubliant de mentionner Daniel Specklin.

3Si l’auteur relate, sans oubli majeur, le déroulement du siège de Strasbourg, force est de constater qu’elle consacre peu de lignes aux combats eux-mêmes, les militaires ne l’intéressant que dans leur interaction ou leur impact sur les civils. De son propre aveu, dès sa note initiale, son essai est centré sur la population civile assiégée. De ce fait, les évènements servent avant tout de fil rouge pour comprendre une population confrontée aux dilemmes moraux assurant sa survie.

4Il résulte de ce parti pris un déséquilibre net dans le texte, où des faits importants sont tout juste cités au profit de longs exposés sur la notion de guerre juste ou l’émergence du mouvement humanitaire. De cette manière, le manque de munitions de Werder, l’empêchant de poursuivre le bombardement à outrance au-delà du 27 août, est tout juste mentionné. À force de voir centré le récit sur les assiégés, le lecteur finit par se sentir lui-même enfermé avec l’auteur derrière les murs de Strasbourg, espérant des nouvelles du monde extérieur pour suivre le cours de la guerre. Pour mieux comprendre les Strasbourgeois de 1870, Mme Chrastil est parfois tentée de se livrer à l’exercice hasardeux de « psychanalyse historique », attendu que la chose soit possible…

5Le livre de Rachel Chrastil procède donc moins d’un ouvrage sur le siège de 1870 que d’un essai sur l’histoire des mentalités, et plus particulièrement sur le sort des civils, hommes et femmes, dans les guerres contemporaines. Plutôt que « Le siège de Strasbourg », l’auteur aurait pu prendre comme titre « 1870, Strasbourgeois assiégés » ce qui aurait mieux reflété le contenu de son livre. Cet ouvrage s’adresse donc moins à un lectorat qui veut connaitre dans le détail le déroulement du siège de 1870 qu’à des personnes intéressées par l’évolution de l’art de la guerre à partir des Lumières, Strasbourg y étant érigé en cas d’école.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Burckel, « Chrastil (Rachel), The Siege of Strasbourg », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 457-458.

Référence électronique

Franck Burckel, « Chrastil (Rachel), The Siege of Strasbourg », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2469

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page