Navigation – Plan du site
Compte rendus
Les périodes de l'histoire
XIXe et XXe siècles

Lefort (Nicolas) et Spitz (Michel), Hartmannswillerkopf. Monument national de la Grande Guerre en Alsace

Éditions du Signe, 2015, 158 p.
Anne-Marie Châtelet
p. 461-462
Référence(s) :

Lefort (Nicolas) et Spitz (Michel), Hartmannswillerkopf. Monument national de la Grande Guerre en Alsace, Éditions du Signe, 2015, 158 p.

Texte intégral

1Le 3 août 2014, à l’occasion des commémorations du centenaire du début de la Grande Guerre, eut lieu au Hartmannswillerkopf une cérémonie réunissant les présidents de la République française et de la République fédérale d’Allemagne. Placée sous le signe de la réconciliation, elle fut l’occasion de poser la première pierre d’un historial franco-allemand, alors que venaient d’être achevées la restauration du mémorial par l’agence Michel Spitz Architectes et la mise en place de parcours pédagogiques conduite par l’Office national des Forêts, toutes deux entreprises à la demande du Comité de ce monument national.

2Un an plus tard, en 2015, l’historien Nicolas Lefort et l’architecte Michel Spitz ont publié sur ce monument un bel ouvrage de grand format, richement illustré de documents historiques inédits ainsi que de photos actuelles, variant les points de vue et les atmosphères, dues à Patrick Bogner. Le texte suit au plus près l’histoire de la conception de cette œuvre en un récit chronologique émaillé de focus biographiques consacrés aux principaux acteurs qui ont pris part à sa réalisation. Il alterne les approches, allant de l’étude de détail à la mise en perspective, offrant une vision de l’édifice à plusieurs échelles. Les dernières pages, probablement signées de l’auteur de la restauration, sont d’une autre teneur, proposant des éclairages sur les méthodes et techniques employées pour remettre le monument en l’état.

3Si l’histoire des violents combats qui se déroulèrent sur ce sommet dominant le sud de la plaine d’Alsace était connue, celle de ce monument ne l’était pas. C’est en puisant à des sources relevant tout autant de la gestion administrative de l’Alsace que de celles des monuments historiques que Nicolas Lefort l’a minutieusement reconstituée et, en la confrontant à celle de trois autres monuments nationaux de la Grande Guerre – Douaumont, Dormans et Notre-Dame de Lorette –, qu’il en a dégagé les caractères. L’un des plus frappants est que, d’emblée, sa conception a été dominée par une dimension paysagère. C’est à un artiste en effet, le peintre Frédéric Robida, que le Commissaire général de la République à Strasbourg confia, en 1919, une mission visant à délimiter les sites à classer en Alsace-Lorraine. Son rapport, accompagné de ses propres dessins, privilégiait une appréhension sensible du paysage, s’opposant à l’érection de monuments qui porteraient atteinte aux lignes de crêtes, mettant en garde contre toute mégalomanie.

4L’ouvrage retrace la longue gestation de l’œuvre durant l’entre-deux-guerres, à travers les initiatives des comités de Thann et de Mulhouse opposant une vision régionale à une vision nationale du monument, les projets successifs des architectes Paul Gélis et Robert Danis, l’étroite collaboration avec le sculpteur Émile-Antoine Bourdelle, les difficultés de financement et le lancement d’une souscription à l’occasion de l’exposition des Arts décoratifs de 1925… Il en explore les sources d’inspiration, en montre « l’esprit d’œcuménisme » et le caractère polysémique. Enfin, il aborde les transformations dont elle fut l’objet après la Seconde Guerre mondiale. On y découvre comment se sont confrontés des enjeux commémoratifs, pédagogiques et touristiques ; comment la scénographie de Danis s’inscrit dans son admiration pour Vauban et Le Nôtre ; en quels termes Bourdelle évoque l’émouvante Vierge à l’enfant de la crypte… Ce monument apparaît exceptionnel à plus d’un titre et l’exposé dévoile les raisons qui sont à l’origine de ses traits uniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Châtelet, « Lefort (Nicolas) et Spitz (Michel), Hartmannswillerkopf. Monument national de la Grande Guerre en Alsace », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 461-462.

Référence électronique

Anne-Marie Châtelet, « Lefort (Nicolas) et Spitz (Michel), Hartmannswillerkopf. Monument national de la Grande Guerre en Alsace », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2482

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Châtelet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page