Navigation – Plan du site
Compte rendus
Les périodes de l'histoire
XIXe et XXe siècles

Société d’Histoire de La Poste et de France Télécom en Alsace, À la guerre… malgré moi

S.H.P.T., 2015, 272 p.
Claude Muller
p. 463-464
Référence(s) :

Société d’Histoire de La Poste et de France Télécom en Alsace, À la guerre… malgré moi, S.H.P.T., 2015, 272 p.

Texte intégral

1En 2011, la Société d’Histoire de la Poste et de France Télécom en Alsace avait lancé un appel par voie de presse et de télévision en vue de collecter des objets, des lettres, des documents et des photographies conservées dans des archives privées, relatives à l’incorporation de force. La demande rencontra un franc succès, dépassant les cinq mille lettres et autres. Un premier travail consista à traduire. Une vingtaine de traducteurs bénévoles, dont on ne remerciera jamais assez le travail ingrat de fourmi, permit un premier tri dans la masse récoltée. Cent trente lettres furent publiées en 2012 (voir compte rendu dans Revue d’Alsace, no139, 2013, p. 476, par François Uberfill).

2Comme souvent, les meilleurs documents ne peuvent rendre compte d’une richesse globale. D’où la décision prise d’utiliser un matériau appelé à être rétrocédé ou restitué, avec le risque assumé de la dispersion, voire de la destruction après retour. Ce deuxième ouvrage propose une approche différente avec le choix de privilégier des aspects thématiques, abordés par Jonathan Sittler, Ivan Epp, Nicolas Mengus, Antoine Biache, Alphonse Troestler, Marlène Anstett, ce qui permet à la fois de mettre en valeur la formidable moisson iconographique réunie et de structurer le fonds éphémère réuni. Inutile de préciser que cet ouvrage, qui s’ajoute une liste impressionnante d’autres, deviendra incontournable, précisément à cause de sa particularité, le dit et le non-dit des personnes ayant vécu cette période, relevant de l’histoire de l’intime et de la censure.

3Comme toujours l’aboutissement de longs mois de travail par un groupe de personnes marque la fin d’une recherche. Toutefois Alfred Wahl écrit et pressent dans sa fine introduction (p. 11) : « L’on sait que toutes les familles alsaciennes n’étaient pas hostiles à l’Allemagne nazie. Dès lors, leurs fils, bien que juridiquement incorporés de force, n’étaient pas pour autant des Malgré-Nous. Ces familles n’ont évidemment pas souhaité mettre des lettres à la disposition des historiens. Voilà qui explique l’absence quasi générale de mentions plutôt favorables à l’Allemagne nazie. » Qu’il soit permis de développer cette remarque.

4Les atrocités de la Seconde Guerre mondiale ont bouleversé les contemporains, mais aussi une, deux, voire trois générations suivantes. Grosso modo, dans une guerre, de manière intemporelle, il y a les gagnants, les contraints, les vaincus. Pour l’Alsace, après 1945, les gagnants étaient ceux qui avaient fait le bon choix, celui des alliés ou de la France. Les contraints, ce sont les incorporés de force, enrôlés par un extrémisme de droite, emprisonnés par un extrémisme de gauche, soumis à leur retour à un extrémisme intellectuel les condamnant au silence et à la honte, ce qui explique paradoxalement le flot postérieur à gros bouillons de livres rendant compte de ce triste vécu.

5Il reste donc les vaincus. Maintenant que les gagnants ont été reconnus dès la fin de la guerre, maintenant que les contraints sont enfin évoqués, qui va un jour évoquer les vaincus ? La mémoire orale, qui tend à disparaître ou à transformer le réel, sait et nomme ceux et celles qui étaient favorables ou fascinés par l’idéologie menant à la guerre. Certains, jusqu’au bout, ont cru que le Reich allait durer mille ans, étaient subjugués par ceux qui montraient la vie. D’autres, petit à petit, ont ouvert leurs yeux, se rendant compte qu’ils s’étaient trompés. Quels sont les historiens et les historiennes qui dépasseront enfin l’autocensure (n’y-a-t-il pas eu une seule lettre parmi les cinq mille réunies qui allait dans le mauvais sens ?) pour étudier enfin la dernière catégorie vouée aux gémonies ? Vae victis, disaient déjà les Romains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Société d’Histoire de La Poste et de France Télécom en Alsace, À la guerre… malgré moi », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 463-464.

Référence électronique

Claude Muller, « Société d’Histoire de La Poste et de France Télécom en Alsace, À la guerre… malgré moi », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/2485

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page