Navigation – Plan du site
Compte rendus
Les périodes de l'histoire
XIXe et XXe siècles

Zeller (Guillaume), La baraque des prêtres : Dachau (1938-1945)

Tallandier, 2015, 313 p.
Gilles Muller
p. 467-469
Référence(s) :

Zeller (Guillaume), La baraque des prêtres : Dachau (1938-1945), Tallandier, 2015, 313 p.

Texte intégral

1Guillaume Zeller, rédacteur en chef de DirectMatin.fr, nous plonge au cœur de la vie ecclésiastique dans l’univers concentrationnaire nazi en retraçant la vie quotidienne de nombreux prêtres, religieux et séminaristes déportés dans le camp de concentration de Dachau. Construit dès 1933 à l’initiative d’Heinrich Himmler, le camp de Dachau est le premier Konzentrationslager du régime nazi. Il voit passer, entre 1938 et 1945, près de 2 720 religieux déportés issus des quatre coins de l’Europe. Ces nombreux ecclésiastiques sont, contrairement à ce que laisse entendre le titre de l’ouvrage, confinés dans deux ou trois baraques, en fonction des effectifs et des années. Pour retracer ces douloureux parcours, l’auteur s’appuie sur les nombreux témoignages autobiographiques publiés après guerre ainsi que sur les archives jésuites de la Province de France conservés à Vanves.

2« Le plus grand diocèse d’Europe » regroupe des prêtres issus de toute l’Europe et notamment de Pologne. Nombreux sont ceux qui viennent d’Alsace et de Moselle, annexées par le IIIe Reich après l’effondrement français en avril 1940. Leur incarcération est souvent due à des sermons ou des propos dénonçant les affres et les excès de l’idéologie nazie. C’est le cas de l’Alsacien Auguste Haumesser (Riedwihr 1910 ‑ Colmar 1971), ordonné prêtre le 16 juillet 1936 à Strasbourg et en poste dans la paroisse de Sausheim près de Mulhouse. Coupable d’avoir malmené le Führer dans deux textes de chanson et d’avoir déconseillé à son frère de revenir en Alsace, il est déporté à Dachau le 2 septembre 1942 (quelques jours plus tard, le 17 septembre 1942, le Guebwillerois François Xavier Scherer, spiritain, est le premier prêtre français à y mourir, voir René Epp, L’enfer sur terre. Prêtres et religieux d’Alsace internés et déportés par les nazis, 2000, compte-rendu dans RA 2001, p. 350, non cité dans la bibliographie). Il est rejoint en décembre 1942 par les Lorrains François Goldschmitt et Robert Muller, jugés « hostiles au régime ». Le père Goldschmitt, curé de Sarralbe-Rech, décrit avec beaucoup d’humilité les conditions de vie dans son ouvrage Alsaciens et Lorrains à Dachau, paru en 1947. Les religieux sont placés dans les baraques no26, 28 et 30, au nord-est du camp. Malheur de l’histoire et sans doute pas hasard géographique, ces baraques jouxtent le crématoire dont l’odeur de chaire brûlée rappelle aux détenus que la mort n’est jamais très loin.

3L’ouvrage retrace avec minutie l’enfer de la vie quotidienne. La faim, le froid, la famine, les maladies (typhus notamment), le travail harassant, la haine antichrétienne, les coups des SS et surtout des kapos ainsi que les expériences médicales du docteur Schilling ont souvent raison des corps et des esprits. L’état de fatigue et de lassitude mentale qui en résulte scelle bien souvent le sort funeste de nombreux hommes. Ainsi sur les 2 720 religieux déportés, 1 034 sont morts dans le camp, soit près de 40 %. Les prêtres polonais sont les plus touchés en raison du mépris et de la haine qui touchent leur statut d’Untermenschen. Près d’un prêtre polonais sur deux est mort en détention. Les religieux français – où sont inclus les Alsaciens et Mosellans – connaissent un traitement moins dur avec tout de même 10 morts (pour 156 détenus).

4Malgré « l’enfer du camp », les prêtres de Dachau s’efforcent de maintenir intacte leur vie spirituelle et sacerdotale. Devant l’insistance du Vatican, une chapelle est édifiée dès 1940 dans le block 26. Elle est réservée aux religieux, qui y célèbrent la messe et y donnent l’eucharistie. À côté de ces pratiques encadrées, les prêtres s’organisent clandestinement pour transmettre la parole des Evangiles aux autres détenus. Dachau est aussi le cadre d’un événement exceptionnel : l’ordination d’un jeune séminariste, Karl Leisner, par l’évêque de Clermont-Ferrand, Mgr Gabriel Piguet. Beaucoup y ont vu la revanche de Dieu et un signe de victoire du sacerdoce sur la barbarie nazie.

5Soixante-dix ans après la libération du camp par les troupes américaines, Guillaume Zeller rend hommage à ces prêtres dont l’itinéraire demeure souvent méconnu du grand public. La déshumanisation entreprise dans les camps de concentration s’est heurtée à une foi inébranlable et à l’attitude exemplaire des ecclésiastiques, comme l’attestent les nombreux témoignages des rescapés. « Mais l’ange du Seigneur descendit dans la fournaise ; il repoussa au dehors la flamme du feu, si bien que le feu ne les toucha point et ne leur causa douleur ni angoisse » (Daniel, 3, 49-50).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Muller, « Zeller (Guillaume), La baraque des prêtres : Dachau (1938-1945) », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 467-469.

Référence électronique

Gilles Muller, « Zeller (Guillaume), La baraque des prêtres : Dachau (1938-1945) », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 20 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/2489

Haut de page

Auteur

Gilles Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page