Navigation – Plan du site
Comptes rendus
XVIe - XVIIe - XVIIIe siècles

Muller (Claude), « Le beau jardin de la France ». L’Alsace au XVIIIe siècle. Les événements, les lieux, les hommes

Ed. Place Stanislas, 242 p., 2008
Jean-Michel Boehler
p. 448-450
Référence(s) :

Muller (Claude), « Le beau jardin de la France ». L’Alsace au XVIIIe siècle. Les événements, les lieux, les hommes, Ed. Place Stanislas, 242 p., 2008

Texte intégral

1Après avoir refermé cet ouvrage, qui se lit comme un roman, s’articule autour de formules imagées dont l’auteur a le secret (« le ciel et ses réseaux », « la France allemande », « l’Alsace, une nouvelle Amérique ») et se dote de magnifiques illustrations, presque toutes en couleurs, deux réflexions viennent à l’esprit du lecteur : Que pouvait-on encore écrire sur l’Alsace au XVIIIe siècle à la suite des nombreuses études universitaires qui y ont été consacrées ? A quel public est destiné ce livre ? aux historiens ? aux amateurs d’histoire ? ou à un public plus large ?

2En dépit des apparences, ce nouvel ouvrage de Claude Muller n’est pas dépourvu d’originalité, ne serait-ce que par l’approche qu’il propose du XVIIIe siècle alsacien. Sortant des sentiers battus, l’auteur aborde la question par le recours au texte (chroniques et récits de voyage), la présentation judicieuse de quelques galeries de portraits et le choix d’exemples concrets que lui fournissait tel ou tel acte notarié. Ecrit dans un style parfaitement limpide, bien structuré, l’ouvrage s’organise autour de trois axes constituant chacun la colonne vertébrale de trois parties bien équilibrées : la conjoncture particulière d’une province frontière (p. 11-60) ; les permanences d’un certain ordre social (p. 61-144) et la réalité de particularismes régionaux (p. 145-203).

3Ce n’est pas parce qu’il s’abstient de proposer « un inventaire exhaustif des connaissances » (introduction p. 10) que ce livre ne s’adresse pas aux historiens dont le péché originel est, par contre, d’être friand de références archivistiques. Ces dernières ont été intentionnellement omises, sans doute pour alléger la démonstration, et la bibliographie succincte proposée en fin d’ouvrage ne saurait y suppléer. Par ailleurs, le choix de ce genre de raccourci expose l’auteur à une série de schématisations qui risquent d’introduire de fausses évidences dans l’esprit du lecteur et de générer chez lui des interprétations hâtives, sans même que l’auteur ne l’ait voulu.

4En effet, il n’y a plus, à notre sens, au XVIIIe siècle, de « carcan des trois ordres », la société française devenant à la fois plus mobile et plus poreuse et l’auteur, après avoir adopté un titre un peu facile, reconnaît lui-même (« un clergé de seigneurs ou de rustres ? » p. 88 ; « l’ascension irrésistible » d’une nouvelle noblesse, la noblesse de robe, p. 109) les nuances qu’il conviendrait d’appliquer à la société alsacienne qui a perdu de sa rigidité. Quant à la montée de « la bourgeoisie », elle va jusqu’à contaminer le monde rural, dans lequel l’auteur éprouve quelque difficulté (p. 130) à faire la distinction entre le statut juridique et les clivages socio-économiques, en même temps que la différence n’est pas toujours clairement établie entre les journaliers et les valets (p. 129), ces derniers étant les grands absents des études d’histoire sociale. En évoquant les « mille et un métiers de la campagne » (p. 133), Claude Muller semble occulter la réalité, pourtant très présente, de la double activité paysan-artisan, fréquente à la campagne, et qui se situe en dehors de toute spécialisation professionnelle rigoureuse qui serait plutôt le fait de la ville. Enfin la question de la « propriété », qui se confond souvent, grâce à un système d’affermage particulièrement favorable au paysan, avec la « possession », est trop rapidement évacuée à notre sens. Même si les paysans doivent compter, comme l’affirme à juste titre l’auteur, avec l’offensive bourgeoise (à nuancer depuis le débat Juillard/Vogt) et des réactions seigneuriales en série, ils s’octroient au moins 60 % du sol, davantage sans doute si l’on tient compte des baux particulièrement avantageux.

5Les particularismes alsaciens sont vus presque exclusivement sous l’angle des options confessionnelles et des institutions urbaines, alors qu’ils imprègnent la vie quotidienne tout entière. Encore faudrait-il, quand on évoque la spécificité alsacienne, faire appel aux influences respectives non seulement de la France (elles sont présentes du fait de la mainmise du pouvoir royal sur la province au XVIIIe siècle et le « beau jardin » est là pour nous le rappeler), mais également de l’Allemagne (elles sont traditionnellement absentes). Aussi le problème de la double culture, au sens large de l’expression, nous laisse quelque peu sur notre faim. Peut-on savoir, à travers leurs chroniques ou récits de voyage, si nos voisins allemands se sentaient chez eux dans cette province, somme toute récemment rattachée à la France ?

6L’ouvrage se termine par la présentation d’une série de témoignages (de celui de l’intendant de La Houssaye à celui de Jean-Michel Freudenreich, vigneron d’Eguisheim) qui révèlent à la fois des données météorologiques, anecdotiques, administratives, biographiques : un ensemble trop disparate pour générer une quelconque cohésion. Enfin Claude Muller, à la fin de son livre, met au service des lecteurs une chronologie de l’histoire d’Alsace et un glossaire des principaux personnages qui ont fait son histoire, au nombre desquels on ne s’étonnera pas de trouver Louis XIV, Louis XV et Louis XVI…

7Agréable à lire, cet ouvrage s’adresse à tous ceux qui cherchent à se familiariser avec l’histoire de la province. Si le pari était de proposer une vulgarisation des connaissances sans concession à l’indispensable rigueur historique, ce pari est gagné.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Boehler, « Muller (Claude), « Le beau jardin de la France ». L’Alsace au XVIIIe siècle. Les événements, les lieux, les hommes », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 448-450.

Référence électronique

Jean-Michel Boehler, « Muller (Claude), « Le beau jardin de la France ». L’Alsace au XVIIIe siècle. Les événements, les lieux, les hommes », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/249

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Boehler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page