Navigation – Plan du site
Compte rendus
Les lieux et les hommes
Strasbourg: cathédrale et Koenigshoffen

Dantes (Paul-Antoine), Koenigshoffen. Un faubourg de Strasbourg. Deux mille ans d’histoire

Éditions du Signe, 2015, 232 p.
François Uberfill
p. 477-478
Référence(s) :

Dantes (Paul-Antoine), Koenigshoffen. Un faubourg de Strasbourg. Deux mille ans d’histoire, Éditions du Signe, 2015, 232 p.

Texte intégral

1Les faubourgs de Strasbourg, longtemps négligés par les historiens locaux, trouvent peu à peu leur narrateur qui s’attelle à la tâche de faire connaître leur passé et d’évoquer le patrimoine de ces composantes essentielles de Strasbourg. Paul-Antoine Dantès était tout à fait qualifié pour mener à bien cette entreprise et faire revivre les grandes étapes du passé du « plus ancien faubourg de Strasbourg, Koenigshoffen ». Militant de longue date de l’association de quartier Koenigshoffen demain, il s’est beaucoup investi pour la conservation de son patrimoine. Son père, lui aussi natif de ce faubourg, lui a transmis, outre sa passion pour l’histoire, une belle collection de cartes postales anciennes qui illustrent magnifiquement l’ouvrage.

2Celui-ci s’articule autour de neuf grands chapitres bâtis autour de « thèmes fédérateurs inspirés par les différents sites du faubourg » et se conclut par un épilogue sous la forme d’« une complainte pour un faubourg mal aimé ». Il est complété par plusieurs annexes, dont un dossier consacré à la Villa Schweitzer à l’avenir incertain, un tableau des professions et activités tiré de l’Adressbuch der Stadt Strassburg de l’année 1908, enfin par une chronologie et un index qui sont les bienvenus.

3Nous avons particulièrement apprécié les passages consacrés à la route des Romains, où régnait longtemps un esprit villageois avec ses nombreux bistrots et ses petits commerces, ainsi que le quartier de la Chartreuse, prieuré démoli en 1591 dans le contexte agité de la Réforme et dont il ne reste plus rien de nos jours.

4Paul-André Dantès s’est passionné pour la période romaine au point d’intituler le chapitre qu’il lui consacre Ave Caesar. Toutefois, c’est par erreur qu’il situe la victoire décisive du César Julien sur les Alamans en 357 non loin de la colline de la Musau. Les recherches menées par Jean‑Jacques Hatt dans les années 1960 ont montré qu’elle se déroula au pied de la colline d’Oberhausbergen.

5Resté longtemps un gros village vivant de l’agriculture, Koenigshoffen attira tout au long du XIXe siècle des activités brassicoles liées à la présence de terres limoneuses qui prolongent la terrasse de Schiltigheim. Environ dix brasseries fonctionnaient en 1870. Parmi celles-ci, se distinguaient les brasseries Freysz, Grüber, Prieur et Schneider. Le caractère impressionnant de la Villa Schweitzer-Grüber, qui date de cette époque, témoigne de l’opulence de ces occupants.

6Le choix du grand format qui rend la lecture de l’ouvrage agréable, des chapitres aérés, une illustration variée et de qualité, enfin une érudition jamais prise en défaut, tout ceci donne envie de prendre la direction de ce faubourg pour en découvrir les richesses insoupçonnées, avant que celles-ci ne disparaissent irrémédiablement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Uberfill, « Dantes (Paul-Antoine), Koenigshoffen. Un faubourg de Strasbourg. Deux mille ans d’histoire », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 477-478.

Référence électronique

François Uberfill, « Dantes (Paul-Antoine), Koenigshoffen. Un faubourg de Strasbourg. Deux mille ans d’histoire », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2500

Haut de page

Auteur

François Uberfill

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page