Navigation – Plan du site
Compte rendus
Les lieux et les hommes
Vies et écrits d'Alsaciens

Schelcher (Jean-Marie), Bartholdi, mère et fils (1856-1886). Docu-fiction épistolaire

Le Verger Éditeur, 2015, 720 p.
Jean-Marie Schmitt
p. 480-481
Référence(s) :

Schelcher (Jean-Marie), Bartholdi, mère et fils (1856-1886). Docu-fiction épistolaire, Le Verger Éditeur, 2015, 720 p.

Texte intégral

1Le musée Bartholdi à Colmar conserve dans ses fonds documentaires plusieurs centaines de lettres envoyées à sa mère par Auguste Bartholdi (1834-1904), qui s’était établi à Paris comme statuaire. Restée dans la maison familiale de Colmar, sa mère Charlotte Bartholdi née Beysser, veuve depuis de nombreuses années, pourvut à son installation et à son entretien. Dès lors, l’artiste mena une correspondance très assidue, parfois quotidienne, avec sa mère qui conserva pieusement ces lettres parfois décorées de dessins.

2La publication de plus de trois cents de ces missives est une première. Non pas que cette correspondance ait été ignorée jusqu’à présent : depuis des décennies, les biographes de Bartholdi l’ont étudiée de près et en ont transcrit des extraits dans leurs travaux. Mais aucun de ces historiens n’avait manifestement éprouvé la nécessité d’une telle publication. À cela plusieurs raisons, dont Jean-Marie Schelcher ne fait d’ailleurs pas mystère : beaucoup de lettres ne renferment que des banalités sur les relations entre le fils et sa mère ; par ailleurs l’on y chercherait en vain des considérations esthétiques sur les œuvres du sculpteur, ou des informations précises sur les étapes de la réalisation de tel ou tel monument ; enfin, en-dehors de quelques mentions de visites familiales ou protocolaires, Bartholdi reste toujours très discret sur sa vie quotidienne, ses relations amicales, sa vie amoureuse. Bref, ce corpus de lettres n’est aucunement assimilable à ces « correspondances d’artistes » fécondes dont l’on dispose pour certains grands peintres et sculpteurs. Alors, que nous apporte cette publication ?

3Pour Jean-Marie Schelcher, elle permet de découvrir l’homme au quotidien, ses joies, ses peines, ses relations déférentes avec une mère possessive et imprégnée de convenances sociales. Les fréquentes visites d’Auguste à son frère aîné Charles, interné dans une clinique psychiatrique à partir de 1862, constituent un sujet récurrent et poignant. Charles faisait le désespoir de sa mère, d’abord en raison d’un comportement que, dans les milieux bourgeois de l’époque, on aurait pu qualifier de « vie dissolue », puis du fait des progrès inquiétants d’une grave maladie cérébrale qui finira par l’emporter. Enfin, à travers cette correspondance, « on pénètre également dans la micro-histoire d’une famille bourgeoise aisée d’Alsace, aspirant à l’élévation sociale et à la reconnaissance par les contemporains », estime avec raison Jean-Marie Schelcher.

4En-dehors de ces motivations, cette publication représente évidemment une mesure de sauvegarde pour un fonds documentaire original. Une bibliographie sommaire, des notices biographiques sur les principaux personnages cités, un index des noms de lieux et un index des noms de personnes complètent la partie « scientifique ». Pour le grand public en revanche, la démarche serait demeurée guère intelligible, si le transcripteur n’avait inséré dans les matériaux originaux des monologues fictifs de Bartholdi, ce qu’il a souhaité appeler une « docu-fiction épistolaire ». Ces chapitres romancés procèdent cependant d’un recours scrupuleux aux biographies de Bartholdi déjà publiées ; à aucun moment Jean-Marie Schelcher ne s’aventure dans des situations incertaines ou des hypothèses invérifiables. Ces ajouts fictifs ont pour but de rappeler le contexte dans lequel ont été rédigées des lettres originales parfois mièvres ou peu explicites. Le résultat est donc un amalgame audacieux (pour des historiens qui s’interdiraient généralement un tel procédé) de textes originaux et d’un « liant » imaginaire, mais en tout point conforme à ce que l’on sait de la vie d’Auguste Bartholdi, dont une trentaine d’années – incluant l’aventure de la statue de la Liberté et le mariage de l’artiste – est ainsi évoquée. Dans cette logique, le récit eût même gagné à intégrer davantage de rappels sur la période qui précède et sur celle qui suit la tranche de vie couverte par la correspondance publiée, tant il est vrai que Bartholdi reste un artiste encore trop peu connu du public, et que les ouvrages qui lui sont consacrés ne sont guère nombreux et rapidement promus à l’épuisement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Schmitt, « Schelcher (Jean-Marie), Bartholdi, mère et fils (1856-1886). Docu-fiction épistolaire », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 480-481.

Référence électronique

Jean-Marie Schmitt, « Schelcher (Jean-Marie), Bartholdi, mère et fils (1856-1886). Docu-fiction épistolaire », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 24 février 2017. URL : http://alsace.revues.org/2508

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page