Navigation – Plan du site
Compte rendus
Les lieux et les hommes
Vies et écrits d'Alsaciens

Schweitzer (Louis), Journal de Louis Schweitzer, Gunsbach 1914‑1919

AISL (Association internationale pour l’œuvre du Dr Schweitzer de Lambaréné) et SHVVM (Société d’Histoire du Val et de la Ville de Munster), 2015, 310 p.
Jean-Paul Sorg
p. 482-484
Référence(s) :

Schweitzer (Louis), Journal de Louis Schweitzer, Gunsbach 1914‑1919, AISL (Association internationale pour l’œuvre du Dr Schweitzer de Lambaréné) et SHVVM (Société d’Histoire du Val et de la Ville de Munster), 2015, 310 p.

Texte intégral

1Il a fallu toute la ténacité et la passion de Gérard Leser, le président de la SHVVM, pour organiser, avec la direction de la Maison Schweitzer, la publication de ce Journal dont on connaissait l’existence, mais qui était resté égaré dans les archives. Il a fallu un travail d’équipe, bénévole : saisir sur ordinateur 402 pages de texte et traduire en français toute la partie allemande (de la page 151 à la 397 du tapuscrit).

2Né en 1846, Louis Schweitzer, pasteur à Gunsbach de 1875 à sa mort en 1925, s’exprimait naturellement dans les deux langues. Il paraît curieux néanmoins qu’il ait écrit son Journal « de guerre » d’abord en français, jusqu’en juin 1915. Peut-être parce que son intention initiale fut de le destiner, comme une longue lettre, à son fils Albert et à Hélène qui se trouvaient depuis mars 1913 à Lambaréné, sur un territoire colonial français, et qui y seront retenus par décision politique jusqu’en septembre 1917 ? (Les Schweitzer seront ensuite envoyés en France et internés successivement dans deux camps.) La guerre s’éternisant et, dans la vallée coupée en deux par le front, le village de Gunsbach restant du côté allemand, il a préféré continuer ses notations au jour le jour dans la langue parlée, écrite et imprimée dans son environnement. De toute façon il prêchait toujours en allemand, et chaque dimanche il mentionne les passages tirés de la Bible de Luther.

3Si en novembre 1918, après l’armistice, il se remet progressivement au français, on le comprend aisément. Il a encore continué à tenir son Journal jusqu’au mercredi 12 février 1919, s’arrêtant sur ces mots : « Un peu moins froid ».

4La veille du 11 novembre 1918 il avait juste écrit : « Abdication de l’empereur Guillaume II » et relevé sans commentaire les conditions drastiques que les vainqueurs imposaient au vaincu. La paix n’est pas… pacifique. 11 novembre : « Révolution en Allemagne. Grande agitation à Colmar ». Des affiches ont été collées aux murs, qui dénoncent « quelques partisans de la neutralité de l’Alsace-Lorraine ». Dénonciations et pillages de magasins se poursuivent au long des semaines. Le 11 février 1919, la presse régionale signale que « le magasin Ehretsmann est défendu aux soldats ». Jules Ehretsmann est le gendre de Louis Schweitzer. Lui et sa femme tenaient une chapellerie, place de la cathédrale à Colmar.

5L’intérêt premier de ce Journal pour les historiens réside dans le mélange de notations sur la vie privée ou familiale, au quotidien, et d’informations sur la situation politique et la guerre alentour, passages de troupes, réquisitions, combats, obus qui éclatent, incendies, évacuations, morts et blessés, organisation de secours, enterrements. Lorsque les faits qu’on rapporte lui paraissent douteux, portés par des rumeurs invérifiables, le pasteur, esprit rationnel et pondéré, prend soin de le signifier. Jeudi le 4 mars 1915 : « On a emmené, me dit-on, des personnes de Munster suspectes. Combien ? Les uns disent une trentaine, je crois que ce chiffre est exagéré. »

6Le diariste relate ce qui se passe, les choses vues, vécues, entendues, lues, il ne les décrit pas et ne glose pas, il les note juste, sans exprimer de sentiments moraux personnels, comme à distance. La distance de soi au monde d’une conscience claire. Sans sourciller, il reproduit des nouvelles contradictoires, dictées par la propagande. Par exemple, le journal allemand du 14 octobre 1915 dit : « Dans les Vosges, les Français essayent de reprendre les positions qu’ils avaient perdues le 12 octobre au Schratzmaennle. Grâce à notre action, l’attaque a échoué. » Les informations françaises du même jour disent : « Les Allemands n’ont pu mettre pied dans nos tranchées… Notre contre-attaque a permis d’en reprendre une partie. »

7Ironie. Neutralité. Absence d’illusions. Pas de passions patriotiques. Impassibilité voulue. Les émotions du père et du pasteur transparaissent cependant, des soucis, des inquiétudes pour autrui, pour ses paroissiens et ses enfants. Pour son cadet, Paul, enrôlé en Allemagne et séparé de sa femme Emma Munch. Pour Albert et Hélène, dont il est souvent sans nouvelles pendant des mois.

8Ceux qui s’intéressent à la vie d’Albert et de Hélène Schweitzer durant toute cette période apprennent beaucoup de choses dans ce Journal, qu’ils n’ont jusqu’ici trouvées nulle part ailleurs : les conditions de leur détention jusqu’en décembre 1914, la reprise partielle, ensuite, de leurs activités à l’hôpital, les relations tendues avec les missionnaires patriotes, leur travail philosophique dans une cabane au bord de l’océan, leur réseau d’amis, leur correspondance par la Suisse.

9L’ouvrage est judicieusement illustré de photos, très bien rendues, sorties des archives Schweitzer et de celles de la SHVVM, images de la guerre dans la vallée et de la famille. Sont reproduites in extenso deux lettres manuscrites, l’une du père, datée du 1er août 1914, en français, non envoyée, et l’autre du fils, 24. Juli 1917, Lambarene, Gabun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Sorg, « Schweitzer (Louis), Journal de Louis Schweitzer, Gunsbach 1914‑1919 », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 482-484.

Référence électronique

Jean-Paul Sorg, « Schweitzer (Louis), Journal de Louis Schweitzer, Gunsbach 1914‑1919 », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/2513

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Sorg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page