Navigation – Plan du site
Compte rendus
Les lieux et les hommes
Vies et écrits d'Alsaciens

Krempper (Michel), Joseph Rossé (1892-1951). Alsacien interdit de mémoire

Éditions Yoran Embanner, 2016, 438 p.
Claude Muller
p. 484-485
Référence(s) :

Krempper (Michel), Joseph Rossé (1892-1951). Alsacien interdit de mémoire, Éditions Yoran Embanner, 2016, 438 p.

Texte intégral

1Né à Montreux-Vieux le 26 août 1892, fils d’un boulanger, Joseph Rossé épouse à Colmar le 7 septembre 1920 François Joséphine Sonntag. Issu d’une famille nombreuse, il quitte l’école à l’âge de quatorze ans pour apprendre le métier de son père. L’instituteur et le curé en décident autrement. Sorti premier à l’École normale en 1913, il est nommé assistant – instituteur dans son village natal. La guerre passe bientôt. Elle l’emmène en Russie, met en valeur son courage, ce qui lui vaut une Croix de fer. Après l’armistice, il reprend le métier d’instituteur, œuvre à Colmar en 1918, à Lauterbourg en 1919, à Colmar en 1920. Syndicaliste actif, il participe après 1924 à la lutte scolaire, rejoignant les milieux de la Zukunft pour défendre une politique alsacienne plus énergique. Signataire du Manifeste de l’Elsass-Lothringer Heimatbund de juin 1926, il est confronté à un événement brutal : sa destitution de sa fonction d’enseignant.

2Il entre alors à l’Elsässer Kurier, grand quotidien catholique, dont il devient rédacteur en chef. Arrêté le 7 décembre 1927 sous l’inculpation d’atteinte au crédit de l’État, il bénéficie d’un non-lieu. Entre-temps il est accusé de complot contre la sûreté de l’État et condamné, lors du procès de Colmar de mai 1928, à un an de prison. Or il avait été élu député de Colmar en avril 1928, un mois plus tôt. Sa déchéance est votée par la Chambre des députés le 8 octobre 1928. Gracié en juillet 1928, il est élu conseiller général de Colmar en octobre 1928, élection invalidée en mars 1929. Réélu en 1936, élu conseiller général du canton de Wintzenheim en août 1935 avec le soutien des communistes.

3Son pacifisme, ses voyages fréquents en Allemagne, ses procès lui valent, à partir de 1938, des attaques de plus en plus violentes. Arrêté en octobre 1939 sous l’inculpation d’atteinte à la sûreté extérieure de l’État, il est emprisonné à Nancy. Libéré le 14 juillet 1940, sur injonction de l’Allemagne, il souscrit, le 18 juillet 1940, au manifeste des Trois-Épis qui demande l’intégration de l’Alsace au Troisième Reich. Directeur des éditions Alsatia en juillet 1940, il se rend en France pour évoquer la situation alsacienne, plaidant pour une Alsace-Lorraine autonome, sans succès. Le 2 décembre 1944, Rossé échappe à une perquisition de la Gestapo. Quand il sort de sa cachette le 3 février 1945, il se livre aux autorités militaires. Arrêté, jugé du 29 mai au 12 juin 1947, il est condamné à quinze ans de travaux forcés, à vingt ans d’interdiction de séjour, à l’indignité nationale et à la confiscation de ses biens. Il meurt, le 24 octobre 1951, dans la maison centrale d’Eysses à Villeneuve-sur-Lot, ayant passé 2 450 jours de sa vie en prison.

4Ce destin tragique, dans un contexte de deux nationalismes français et allemand exacerbés, est évoqué par Michel Krempper. Bien documenté, avec des textes inédits, dans un contexte correctement présenté en ayant recours à une bibliographie où le meilleur (Bankwitz, Baechler, Igersheim, Strauss, Irjud, Wahl) voisine avec du moins bon (Zind, voir RA 1980, p. 296), l’ouvrage de Michel Krempper s’insère dans un courant qui réhabilite, à juste titre, des personnes comme Jean Keppi (biographie par Bernard Wittmann en 2014) par exemple.

5Pour autant, le recenseur se doit de relever le parti pris de l’auteur. Revendiquant ses opinions, Michel Krempper se laisse guider par l’indignation (qui n’est pas une science auxiliaire de l’histoire), comme souvent dans ce type de thèse. Ce n’est, à notre sens, pas le meilleur moyen de rendre service à la mémoire de Joseph Rossé. Un lecteur contemporain peut trouver par lui-même, sans qu’il soit nécessaire d’abuser d’excès de langage, le tragique d’une vie et d’une époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Krempper (Michel), Joseph Rossé (1892-1951). Alsacien interdit de mémoire », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 484-485.

Référence électronique

Claude Muller, « Krempper (Michel), Joseph Rossé (1892-1951). Alsacien interdit de mémoire », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2515

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page