Navigation – Plan du site
Compte rendus
Les lieux et les hommes
Vies et écrits d'Alsaciens

Mengus (Christiane) et Koenig (Pierre), Christiane, Strasbourg, 1939‑1945

Éditions SALDE, 2014, 204 p.
Jean-Noël Grandhomme
p. 485-486
Référence(s) :

Mengus (Christiane) et Koenig (Pierre), Christiane, Strasbourg, 1939‑1945, Éditions SALDE, 2014, 204 p.

Texte intégral

1Sous forme romancée, Pierre Koenig, ancien officier des sapeurs-pompiers qui n’a pas connu la guerre, raconte ici l’histoire de sa sœur aînée Christiane – elle-même fille d’un pompier de la caserne du quai Finckwiller, née en 1934. C’est, à travers le regard reconstitué de cette enfant, la vie des Strasbourgeois de l’époque de la tourmente qui nous est ici retracée. Cela commence par l’évacuation à Châteauroux en septembre 1939, tandis que le père, mobilisé, participe à la Drôle de guerre, puis à la Débâcle, avant d’être fait prisonnier par la Wehrmacht à Haguenau. Libéré comme Alsacien, il rentre à Strasbourg, où il est vite renvoyé du corps des pompiers et trouve du travail comme ébéniste chez un patron allemand de la Krutenau. Même s’il pratique le canoë dans l’organisation sportive de la SS (Sportgemeinschaft-SS), installée dans son immeuble, il a affaire à la Gestapo pour son esprit bravache et parce qu’il n’a pas sa langue dans sa poche.

2Pour sa fille, en dépit des circonstances, la vie continue, avec par exemple les jeux dans la neige au cours de l’hiver de 1940‑1941. Le contraste entre l’existence difficile des adultes dans un environnement nazi et l’insouciance des enfants est un sujet d’étonnement, mais, en fait, d’espoir dans l’humanité. Scolarisée à la Gudrunschule, l’ancienne institution Sainte-Clotilde, Christiane Koenig subit la germanisation et la nazification imposées à tous. Cela ne déclenche cependant pas chez elle une aversion pour la langue allemande, qu’elle apprend presque en s’amusant à l’aide de la bande dessinée Max et Maurice ; même si l’écriture gothique lui donne beaucoup de mal.

3L’incorporation de force de Marcel Koenig dans la Waffen SS en avril 1943, la pénurie et les soucis du quotidien, la mère obligée de travailler elle aussi pour un Allemand à la Metzger Buchhandlung (librairie Kléber), les bombardements alliés – terrifiants pour la fillette apeurée –, qui manquent de la rendre orpheline en septembre 1944 : la petite fille, maintenant âgée de dix ans, s’en souvient bien. La Libération de Strasbourg par la 2e DB du général Leclerc le 23 novembre, précédée par la fuite honteuse des Allemands, est elle aussi restée imprimée dans son esprit ; tout comme les incertitudes de l’opération Nordwind, en janvier 1945, lorsque les Allemands tentent de reprendre la ville. Et, parallèlement à la grande histoire, une veillée de Noël entre femmes (grand-mère, mère, fille) et les premiers émois amoureux face au jeune Maurice, un voisin, nous ramènent à l’histoire particulière d’une famille. Le 11 février 1945, Christiane Koenig n’aurait voulu manquer pour rien au monde la visite du général De Gaulle, qu’elle réussit à apercevoir place Broglie. Tandis que l’école reprend en français sous l’égide des sœurs de Ribeauvillé, il reste une ombre au tableau : l’absence de ce père que sa fille a surnommé « Errol Flynn ». Quand il rentre, le 2 juillet, elle a d’abord du mal à le reconnaître. Et puis la vie reprend son cours.

4Parce qu’il est bien écrit, parce que les témoignages de petites filles sur la guerre sont rares et parce qu’il est émouvant et plein d’intérêt pour l’histoire de la vie quotidienne des Alsaciens sous l’annexion de fait, ce petit livre mérite une place dans toutes les bibliothèques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Grandhomme, « Mengus (Christiane) et Koenig (Pierre), Christiane, Strasbourg, 1939‑1945 », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 485-486.

Référence électronique

Jean-Noël Grandhomme, « Mengus (Christiane) et Koenig (Pierre), Christiane, Strasbourg, 1939‑1945 », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 30 avril 2017. URL : http://alsace.revues.org/2517

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Grandhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page