Navigation – Plan du site
Compte rendus
Arts et techniques

Le Minor (Jean-Marie) (photographies par Yvon Meyer), Objets de dévotion à Sainte Odile

Éditions du Signe, 2015, 173 p.
Louis Schlaefli
p. 487-489
Référence(s) :

Le Minor (Jean-Marie) (photographies par Yvon Meyer), Objets de dévotion à Sainte Odile, Éditions du Signe, 2015, 173 p.

Texte intégral

1Après la publication des images pieuses à l’effigie de sainte Odile, il n’est pas surprenant que l’infatigable Jean-Marie Le Minor ait réalisé un ouvrage sur les objets de dévotion consacrés, ou plutôt inspirés, par la même sainte.

2Dans son introduction historique, il relate le destin des reliques de sainte Odile, qui se trouvent au cœur du pèlerinage et du culte qui lui est rendu, surtout depuis 1853, date de l’acquisition du lieu par l’Évêché de Strasbourg. Une échoppe destinée à la vente de souvenirs variés (chapelets, médailles…) existait sur place dès avant 1861, puisque la chronique du Mont relate que son plancher pourri dut être réparé à cette date.

3Pour les périodes anciennes, il mentionne l’insigne de pèlerinage en plomb, de la première moitié du XVe siècle, conservé au Germanische Nationalmuseum de Nuremberg ; d’autres objets ou documents, comme les ex-voto reproduits sur une gravure de 1751, n’ont pas survécu à l’iconoclasme révolutionnaire.

4Les ex-voto constituent une des catégories d’objets les plus intéressantes, puisqu’il s’agit de pièces originales personnalisées, peintures à l’huile, textes calligraphiés, « remerciements » brodés, voire les sinistres plaques de marbre gravées (qui déparent bien des pèlerinages…). Au Mont Sainte-Odile, ils furent tous décrochés et rangés après 1930.

5Le chapitre suivant est consacré aux bannières des 57 cantons de l’Alsace réalisées à la demande de Mgr Ruch lors des débuts de l’Adoration perpétuelle ; chacune d’elles est exposée dans la basilique lors de la semaine de présence des adorateurs du canton correspondant. Seulement deux d’entre elles comportent sainte Odile dans leur décor. L’auteur espère consacrer à l’ensemble une publication spécifique !

6Quant aux bénitiers, beaucoup d’entre eux, en bois ou en métal, ne comportent qu’un médaillon en métal repoussé à l’effigie de la sainte. À ces pièces industrielles, le connaisseur préférera les créations en céramique de Léon Elchinger, père de l’ancien Évêque et réalisateur du grand chemin de croix du Mont Sainte-Odile. Les chapelets ne diffèrent des autres que par la représentation de la sainte sur la médaille intermédiaire à trois bélières dite « cœur du chapelet ».

7Les statuettes sont généralement des réductions des grandes statues de la sainte, notamment de celle qui orne la cour du cloître. Il en existe en métal, notamment en régule, argenté ou doré, mais aussi en bois, en composite, ou en matière plastique, éventuellement phosphorescente. Dans le monde rural, les anciens avaient jadis en poche, outre le couteau et un bout de ficelle, leur « Sackseppele » (« petit saint Joseph de poche »), une statuette minuscule du saint dans un étui en bois tourné à couvercle vissé, destinée à les protéger. On en trouve de plus en plus souvent avec la Vierge de Lourdes ou sainte Odile ; le buis est progressivement remplacé par du plastique.

8Au rang des cadres de dévotion figurent de belles pièces, comme cet exemplaire en bois sculpté et doré de 1807 ou ces représentations de la sainte dans des passe-partout en verre églomisé. Celles en métal ont parfois le même fond que des bénitiers, mais sans la vasque. Pour l’exhaustivité, il fallait bien évoquer les réalisations en celluloïd ou ces objets en verre avec une image pieuse collée à l’arrière.

9Le volume se termine avec le chapitre des médailles, très riche : le profane n’imagine pas qu’il ait pu y en avoir une telle diversité. Y figurent aussi et surtout deux médailles d’art de grande taille, d’Aline Lauth-Bossert, originaire de Barr, destinées à être exposées et non portées.

10La plupart de ces objets ne sont pas datés : cela permettait à leurs réalisateurs une réutilisation aisée, sans risque de paraître démodé.

11Que les pièces soient décrites avec la précision de l’anatomiste n’étonnera personne. Elles sont reproduites avec la netteté que peut souhaiter le collectionneur ou le spécialiste !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis Schlaefli, « Le Minor (Jean-Marie) (photographies par Yvon Meyer), Objets de dévotion à Sainte Odile », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 487-489.

Référence électronique

Louis Schlaefli, « Le Minor (Jean-Marie) (photographies par Yvon Meyer), Objets de dévotion à Sainte Odile », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 24 février 2017. URL : http://alsace.revues.org/2524

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page