Navigation – Plan du site
Compte rendus
Arts et techniques

Ferry (Bruno), L’Art patriotique face à l’Annexion. Alsace-Lorraine, 1871-1918

Éditions du Quotidien, 2014, 167 p.
Jean-Noël Grandhomme
p. 489-490
Référence(s) :

Ferry (Bruno), L’Art patriotique face à l’Annexion. Alsace-Lorraine, 1871-1918, Éditions du Quotidien, 2014, 167 p.

Texte intégral

1Sous la IIIe République anticléricale, la Patrie devient une religion de substitution et les « Provinces perdues » un mythe. « Y penser toujours, n’en parler jamais », l’axiome de Léon Gambetta (1872) tient lieu de politique. Partout en France fleurissent des boulevards d’Alsace-Lorraine, de Metz et de Strasbourg. En 1886‑1887, le général Boulanger doit une grande partie de sa popularité à son appel à peine déguisé à la reconquête. La Ligue des Patriotes de Paul Déroulède et le Souvenir français (fondé en 1887 par l’Alsacien Xavier Niessen) s’efforcent ensuite de maintenir vivante cette thématique. Après une période d’essoufflement, elle reprend de la vigueur à la veille de la Grande Guerre, réveillée, entre autres, par l’affaire de Saverne en 1913.

2En France, on retrouve les dizaines de milliers d’Alsaciens-Lorrains optants et leurs descendants dans toutes les couches de la société, mais surtout dans l’enseignement, l’armée, la fonction publique, l’industrie, le négoce et la domesticité. Ils apportent une contribution non négligeable au rayonnement de la IIIe République. C’est dans ce contexte que fleurit – essentiellement en Lorraine restée française, foyer mondial de l’art nouveau, mais aussi à Paris – un art de la Revanche, qui avait jusqu’ici été étudié, de manière partielle, pour la littérature, la peinture et la sculpture, mais peu pour les arts décoratifs. Cet art fait la part belle aux Alsaciennes et aux Lorraines en coiffe, aux croix de Lorraine (parfois brisées, pour représenter le tragique de la séparation de la province), aux Jeanne d’Arc (surtout après sa béatification en 1909), aux chardons (lorrains bien sûr). La symbolique « alsacienne-lorraine » est déclinée sur tous les tons et à travers toutes sortes d’objets, parmi lesquels dominent les broches, les presses papiers, les pendentifs, les tasses, les pommeaux de canne. La guerre de 1914‑1918 ajoute à cet éventail déjà très large des objets d’artisanat de tranchée et des souvenirs de champs de bataille et de secteurs. Cet art patriotique, qui n’a ensuite plus de raison d’être, cesse pratiquement dans les années 1920.

3Bruno Ferry allie ici la passion du collectionneur et la rigueur de l’historien et de l’historien de l’art pour nous proposer un livre très original servi par une riche iconographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Grandhomme, « Ferry (Bruno), L’Art patriotique face à l’Annexion. Alsace-Lorraine, 1871-1918 », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 489-490.

Référence électronique

Jean-Noël Grandhomme, « Ferry (Bruno), L’Art patriotique face à l’Annexion. Alsace-Lorraine, 1871-1918 », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 23 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/2527

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Grandhomme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page