Navigation – Plan du site
Compte rendus
Arts et techniques

Fuss Nicolić (Sandrine), La vie musicale strasbourgeoise à l’ombre de la croix gammée

Bentzinger Éditeur, 2015, 396 p.
Gabriel Braeuner
p. 491-492
Référence(s) :

Fuss Nicolić (Sandrine), La vie musicale strasbourgeoise à l’ombre de la croix gammée, Bentzinger Éditeur, 2015, 396 p.

Texte intégral

1La culture et plus précisément la musique fut-elle, sous l’Alsace nazifiée, un simple médiateur culturel ou davantage encore un vecteur de l’idéologie nazie ? C’est cette interrogation qui a servi de fil conducteur à la thèse soutenue par Sandrine Fuss Nicolić à l’Université de Bâle, sous la direction du professeur émérite Georges Kreis. Pour y répondre, elle s’est livrée à une analyse solide et le plus souvent inédite de quelques institutions strasbourgeoises, à savoir le théâtre municipal et son prestigieux orchestre, le conservatoire et l’École musicale pour la jeunesse et le peuple (Jugendmusikschule). Les deux premiers, sous le Reichsland déjà, avaient atteint une forme d’excellence, la dernière était une création nazie, qui affichait haut et fort son idéologie. Manquaient à ce tableau, les sociétés chorales qui avaient été clairement mises à l’écart, leurs liens avec les institutions religieuses étant jugées trop dangereuses.

2Il fallait en imposer, et le théâtre en imposa. Son orchestre comptait parmi les meilleurs et ses membres étaient avantageusement rémunérés. On ne mégota ni sur les moyens – le théâtre fut profondément rénové – ni sur les talents. Henri Rosbaud, le chef d’orchestre, en disposait abondamment. Et les solistes invités comptaient parmi les meilleurs. Les programmes étaient alléchants et le public strasbourgeois fut suffisamment séduit pour remplir les salles. L’investissement consenti porta ses fruits. La musique joua son rôle de lien social. On communiait à la même musique, sans se sentir suspect de sympathie idéologique. Parallèlement, l’occupant assurait une transition sans douleur, sans bruit et sans l’usage de la force. A défaut de se convertir au nazisme, on glissait insidieusement vers une culture allemande quasi exclusive. Une étape ?

3On s’attendrait à voir l’éducation musicale davantage sensible aux sirènes idéologiques. Il n’en fut rien pour le Conservatoire tenu de longue date par Fritz Munch, homme de concorde, apprécié des Strasbourgeois et de ses pairs, enseignants alsaciens. L’institution fit bien ce qu’elle avait toujours su faire : former des musiciens de qualité. Elle demeura une forme de refuge culturel, à défaut d’être un bastion de la résistance, elle composa plutôt que de collaborer à la différence de la Jugendmusikschule qui avait été créée pour nazifier les esprits mais échoua finalement, victime de querelles internes et surtout faute de moyens, de temps probablement aussi. Quand elle trouva enfin (un peu) sa place, il était trop tard, le conflit touchait à sa fin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabriel Braeuner, « Fuss Nicolić (Sandrine), La vie musicale strasbourgeoise à l’ombre de la croix gammée », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 491-492.

Référence électronique

Gabriel Braeuner, « Fuss Nicolić (Sandrine), La vie musicale strasbourgeoise à l’ombre de la croix gammée », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/2530

Haut de page

Auteur

Gabriel Braeuner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page