Navigation – Plan du site
Mélanges

« En Alsace, le Saint-Esprit est aux ordres du roi »

Réalité et limites de la politique monarchique française au XVIIIe siècle
« In Alsace the Holy Ghost takes orders from the King ». Realities and limits of the French monarch’s policy in Alsace
„Im Elsass befolgt der Heilige Geist die Befehle des Königs“. Wirklichkeit und Grenzen der Politik der französischen Monarchie im 18. Jahrhundert
Claude Muller
p. 299-314

Résumés

Pour mieux fondre l’Alsace dans le moule français au XVIIIe siècle, la monarchie utilise, parmi d’autres moyens, l’introduction des usages français dans la liturgie et surtout la nomination à la tête des institutions, comme l’épiscopat ou les abbayes, de sujets fidèles au roi. Cette politique rencontre pourtant des difficultés à cause du contexte particulier de la région, à savoir le maintien d’usages germaniques.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2019.

Plan

Le prince-évêque, une clé de voûte
S’appuyer sur les Rohan, princes-évêques de Strasbourg
Contrôler le prince-évêque de Bâle
Le prince-évêque de Spire, un prélat allemand
Tenir le clergé séculier
Un héritage allemand incontournable : le grand chapitre de Strasbourg
Remplacer les chanoines allemands
Ces « ecclésiastiques allemands »
Le monde mouvant du clergé régulier
L’élection de l’abbé, un usage allemand maintenu
Les capucins de la province suisse
Des jésuites allemands et des jésuites français

Aperçu du texte

Par les traités de Westphalie en 1648, les Bourbon obtiennent les droits des Habsbourg sur l’Alsace. Volontiers flous, ces traités laissent, en définitive, les armes dire le droit. En 1697, le traité de Ryswick confirme la présence française dans la province. Le mémoire dit de Jacques de La Grange, intendant d’Alsace à cette date, montre bien combien cette région, un demi-siècle après le changement politique, conserve mœurs, langue et droit germaniques. La monarchie française s’en accommode, parfois à contrecœur, s’efforce de se glisser au milieu de ces différences pour atteindre des objectifs nécessaires comme la paix publique, la justice, la fiscalité. Et pour franciser les gens, elle cherche à franciser les âmes.

L’objet de cette étude est la présentation des moyens utilisés par Versailles pour introduire la France par le biais de la chaire : l’action des princes-évêques, la volonté de tenir le clergé séculier et les difficultés à contrôler le clergé régulier. Action et réaction v...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « « En Alsace, le Saint-Esprit est aux ordres du roi » », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 299-314.

Référence électronique

Claude Muller, « « En Alsace, le Saint-Esprit est aux ordres du roi » », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 24 février 2017. URL : http://alsace.revues.org/2538 ; DOI : 10.4000/alsace.2538

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Professeur à l’Université de Strasbourg et directeur de l’Institut d’histoire d’Alsace

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page