Navigation – Plan du site
La Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie

Publications de la Fédération : Le fascicule H du Dictionnaire Historique des Institutions de l’Alsace est paru

p. 507-508

Texte intégral

1On y trouvera la notice Haus, le domicile, élément de la grande ferme ou cour (Hof, curtis). Mais aussi la notice Heirat, par quoi se nouent les familles et les générations, et la notice Hôpital, institution d’assistances et de solidarités et plus d’une centaine d’autres notices. Et la notice Haus (Habitat rural) nous apprend que la maison alsacienne, bien meuble et très adaptable, peut se démonter pour être implantée sur un autre fonds (Hofstatt).

2En le menant jusqu’au tiers de l’alphabet, le groupe de recherche du DHIA, regroupant des auteurs, enseignants, archivistes, bibliothécaires, historiens qualifiés, pilotés par l’Institut d’Histoire de l’Alsace a démontré que ce projet envisagé par les historiens de l’Alsace depuis les années 60 (F.-J. Himly, puis Marcel Thomann) et lancé en 2006, était réalisable. À condition d’en respecter les règles et les formules pratiques : concertations entre partenaires, auteurs, groupe de recherche, chargés de la collecte de la mise au point et de l’édition des notices d’une œuvre collective, qui devra être forcément reprise, corrigée, étendue, actualisée.

3La réalisation du Dictionnaire a coïncidé avec la mutation du métier d’historien et de chercheur en sciences humaines imposée par les développements de l’ère numérique. Les chercheurs formés aux langues, à l’interprétation et à l’exposition juridique, sociologique et historique ont dû accéder à la maîtrise des outils de recherche et de diffusion contemporains.

4Les auteurs et pilotes des grandes entreprises de recherche et de publication de sources de la fin du XIXe siècle se plaignaient que leurs monuments soient si peu visités et encore moins utilisés. Tous ces tomes collectés et imprimés à grands frais, de chartes, de statuts urbains et de règlements étaient retournés à la poussière sur les rayons des quelques bibliothèques et instituts qui les avaient stockés. La grande entreprise d’histoire du droit des territoires du Saint-Empire de la fin du XIXe siècle (Heidelberg, 1896), le Deutsche Rechtswöerterbuch, avait pris soin de dépouiller les sources d’histoire d’Alsace alors en cours de publication. À la fin du XXe et au début du XXIe siècle, l’Université de Heidelberg, sous l’égide du Deutsche Forschungs Gemeinschaft lance une formule novatrice, la double publication d’un fac-similé du dictionnaire imprimé et d’une version électronique. Parviennent donc sur les « scriptoria », ordinateurs des chercheurs, les fichiers des citations de statuts et coutumiers d’Alsace, qui illustrent les notices de vocabulaire juridique. Mais leur intérêt ne se limite pas à l’analyse lexicographique, nécessairement limitée. Peu à peu l’ensemble des sources est mis en ligne, soit que le DRW les aient numérisées, soit par insertion du lien du site qui publie – principalement Munich et la Bayerische Staatsbibliothek (v. http://www.deutsches-rechtswoerterbuch.de, fenêtre quellenverzeichnisse). Le coutumier de Grimm, les grands « cartulaires » UBBasel, Rappolstein UB, les statutaires urbains I = SchlettstStR. II = ReichenweierStR. III = ColmarStR, y sont relevés. En liaison avec la BNU, la BNF (Gallica) se met à publier des sources allemandes d’histoire de l’Alsace : ainsi l’UBStrassburg, jusqu’alors accessible partiellement sur l’Internet Archive des grandes universités américaines. Mais Internet Archive nous donne l’incontournable Eheberg sur Strasbourg, alors que Brucker, vient d’être mis en ligne à Berlin. Sur Gallica cependant, on trouve les répertoires du XVIIIe et du XIXe siècle, indispensables pour la période d’après le traité de Westphalie, de Guyot et Merlin de Douai, les arrêts notables de la Cour d’appel de Colmar, les ouvrages des historiens, Charles Schmidt (seigneurs et paysans) et Rodolphe Reuss, etc. Enfin Google books ouvre souvent la voie : on y trouve les recueils de de Boug, les Ordonnances d’Alsace, le coutumier de d’Agon de la Contrie, le dictionnaire des rues de Ch. Schmidt, les Hanauer (Paysans, Constitutions et études économiques), diverses éditions des Polizeiverordnungen de Strasbourg. La Revue d’Alsace est en ligne de 1851 à nos jours, ce qui n’est pas le cas de la ZGO dont la version online s’arrête à 1923. L’Alsace conserve sur ce point une petite avance. Désormais, l’exercice préalable imposé aux historiens : la recherche bibliographique (y compris des revues) se fait sur leurs ordinateurs, où ils finiront bien par trouver le DHIA.

5Notons pour conclure ce survol : tout comme le DRW a lancé récemment la publication électronique de sources du XVe et XVIe siècles, pourquoi la BNU, en lien avec l’Université et avec le DHIA ne lancerait-elle pas la numérisation et la mise en ligne des questions, cours et thèses de droit de l’Université de Strasbourg des XVIIe et XVIIIe siècles, cette grande université devenue française qui rayonnait sur le Saint-Empire (et sur l’Alsace) !

6Le groupe de recherche du DHIA

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Publications de la Fédération : Le fascicule H du Dictionnaire Historique des Institutions de l’Alsace est paru », Revue d’Alsace, 142 | 2016, 507-508.

Référence électronique

« Publications de la Fédération : Le fascicule H du Dictionnaire Historique des Institutions de l’Alsace est paru », Revue d’Alsace [En ligne], 142 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/2559 ; DOI : 10.4000/alsace.2559

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page