Navigation – Plan du site
Comptes rendus
XIXe - XXe - XXIe siècles

Dubois (Vincent), Méon (Jean-Matthieu), Pierru (Emmanuel), Les mondes de l’harmonie. Enquête sur une pratique musicale amateur

Paris, La Dispute, 2009
Jean-Pierre Hirsch
p. 478-480
Référence(s) :

Dubois (Vincent), Méon (Jean-Matthieu), Pierru (Emmanuel), Les mondes de l’harmonie. Enquête sur une pratique musicale amateur, Paris, La Dispute, 2009

Texte intégral

1Les sociologues Vincent Dubois, Jean-Matthieu Méon, et Emmanuel Pierru exposent dans un livre paru récemment les résultats d’une longue enquête menée en Alsace et portant sur les « harmonies », ces orchestres symphoniques amateurs, privés de leurs cordes, mais non de leurs bois, comme le sont les fanfares.

2La démarche employée constitue le premier intérêt de l’ouvrage : les auteurs mobilisent une large palette de la « boîte à outils » du sociologue (l’analyse statistique, l’observation directe, l’entretien semi-directif) pour cerner leur objet. Un premier corpus obtenu par un questionnaire qui a suscité la réponse de 578 pratiquants permet une étude statistique des pratiques culturelles et des positions sociales des enquêtés. Une deuxième enquête auprès des présidents et dirigeants de 279 sociétés a permis, grâce à une analyse des correspondances multiples, de retenir les trois sites qui présentaient le plus d’écarts en matière de population agglomérée, de nombre de musiciens, d’éloignement par rapport à la grande ville. Dans chacune des trois harmonies implantées respectivement en milieu rural, péri-urbain et dans une petite ville, l’enquêteur a procédé à l’observation des événements qui, entre 2004 et 2005, ont marqué la vie des associations : la répétition, le concert, le concours inter‑sociétés, la cérémonie civique du 14 juillet, ainsi que les moments de convivialité comme les fêtes annuelles. 25 entretiens non directifs avec des volontaires, simples pratiquants, présidents, directeurs d’harmonie, sont complétés par 20 autres de responsables politiques, présidents d’associations. Les auteurs, bien qu’ils évoquent peu la question, ont été confrontés à une difficulté classique de l’enquête en milieu populaire en Alsace, surtout rurale, qui est celle de la langue : comment saisir « ce qui se passe », alors que la sociabilité se fait en dialecte que l’on ne comprend pas ?

3Entre 1850 et 1914, les sociétés de musique ont permis à la petite bourgeoisie de diffuser auprès des auditeurs populaires la haute culture musicale et d’établir un contrôle social sur les jeunes de classes populaires. Au moment de l’enquête, ce n’est plus là la fonction des harmonies. La fonction d’intégration sociale a été récupérée par le rap ou le reggae ; la musique d’harmonie n’a pas la « beauté du mort » des musiques ethniques vouées à la disparition. Ses airs constituent une culture savante dégradée, des œuvres mineures de grands musiciens, de grands airs réécrits auxquels s’ajoutent, dans un éclectisme ouvert, des musiques de films et des marches militaires. Elle est devenue un monde refermé sur une activité entre-soi, le recrutement se faisant à l’intérieur des mêmes familles. Elle constitue un art populaire dont les critères esthétiques sont différents de ceux de l’art savant. Il existe une hiérarchie des valeurs, établie chaque année à l’occasion des concours inter-sociétés ; mais elle est interne au monde de l’harmonie, et les critères esthétiques sont différents de ceux de l’art savant : la musique d’harmonie n’est jamais mentionnée par les traités de musicologie. La fonction esthétique cède le pas devant le rôle civique : la musique d’harmonie est chargée de donner la solennité nécessaire aux cérémonies officielles du 14 juillet, du 11 novembre, de la fête des aînés. La décoration décernée à l’ancien, qui joue faux mais qui depuis trente ans n’a manqué aucune répétition, aucune cérémonie, récompense le citoyen plutôt que l’artiste. Car le but de l’harmonie est de produire une œuvre commune de gens qui ont des capacités musicales inégales. Le monde de l’harmonie devient une culture d’à côté, insulaire, un syncrétisme du politique, du religieux, du culturel.

4La composition sociale des ensembles est moins ouvrier qu’on ne pourrait s’y attendre. La grande majorité des musiciens appartient aux professions intermédiaires. Mais leurs origines sont populaires : bien qu’ils soient en ascension sociale, les musiciens interrogés restent attachés au milieu rural et aux formes de loisir populaire, comme la télévision ; en fait, la présence dans une harmonie, par les horaires qu’il impose, est une forme de loisir exclusif. Et si ces membres en ascension s’intéressent à des œuvres musicales d’un niveau plus élevé, comme le classique ou le jazz, c’est par bonne volonté culturelle, pour s’ouvrir aux nouvelles pièces étudiées.

5Cependant, les clivages qui apparaissent dans l’enquête révèlent les mutations en cours ; plus l’on est jeune, plus on est diplômé, plus on a commencé sa formation musicale à un âge plus tendre, en-dehors du cadre villageois, plus on a de chance d’être une femme. Et c’est cette tension entre préservation et rénovation qui traitée dans la dernière partie de l’ouvrage : révélée par les difficultés du recrutement, elle correspond en fait à une mutation de la culture populaire. L’insécurité de l’emploi, le travail hors de la commune, l’instabilité des horaires, rendent difficiles les engagements associatifs. Mais surtout l’entre-soi culturel est mis à mal par le regard que portent les néo-ruraux et aussi les propres enfants, qui ont acquis en ville des goûts musicaux plus légitimes : « La déstructuration du monde rural et de l’espace villageois n’a ainsi pas seulement affecté les conditions pratiques de l’activité des orchestres qui y sont implantés ; elle a aussi affaibli les formes de protection atténuant les effets de la domination culturelle ». Celle ci touche davantage les moins démunis scolairement et ceux qui ont côtoyé la musique savante par la fréquentation d’un Conservatoire. Mais, lorsque, dans un mouvement d’ouverture, impulsée par les institutions départementales, au champ musical légitime, « le sociétaire fait place au musicien », sous la direction de professionnels de la musique, les anciens sont mal à l’aise : selon eux, dès que la recherche de la qualité l’emporte, l’ambiance disparaît. Tout comme à l’occasion de la fin des corps de pompiers locaux ou de l’engagement de joueurs-entraîneurs de football salariés, la recherche de l’efficacité dévalue le dévouement et la camaraderie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Hirsch, « Dubois (Vincent), Méon (Jean-Matthieu), Pierru (Emmanuel), Les mondes de l’harmonie. Enquête sur une pratique musicale amateur », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 478-480.

Référence électronique

Jean-Pierre Hirsch, « Dubois (Vincent), Méon (Jean-Matthieu), Pierru (Emmanuel), Les mondes de l’harmonie. Enquête sur une pratique musicale amateur », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/281

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Hirsch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page