Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Plas (Pascal) et Schwarzfuchs (Simon) dir., Mémoires du grand rabbin Deutsch : Limoges 1939-1945

Le Puy Fraud, Editions Lucien Souny, 172 p., 2007
Jean Daltroff
p. 516-517
Référence(s) :

Plas (Pascal) et Schwarzfuchs (Simon) dir., Mémoires du grand rabbin Deutsch : Limoges 1939-1945, Le Puy Fraud, Editions Lucien Souny, 172 p., 2007

Texte intégral

1Cet ouvrage est né de la découverte des mémoires manuscrits du grand rabbin Abraham Deutsch, retrouvés à Jérusalem par Simon Schwarzfuchs, professeur à l’université Bar Ilan en Israël spécialiste mondialement connu notamment de l’histoire des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Schwarzfuchs a lui-même été au lycée Gay Lussac à Limoges, puis a été réfugié pendant la guerre. Ce n’est pas une étude exhaustive sur le grand rabbin Deutsch, une biographie comme celle de Paul Lévy sur Elie Bloch (Elie Bloch, Etre Juif sous l’occupation, Niort, Gestes Editions, 1999) jeune rabbin de la communauté juive de Poitiers. Ce n’est pas non plus une autobiographie comme celle du rabbin Simon Fuks (Simon Fuks, Grand rabbin. Un rabbin d’Alsace souvenir de guerre, Colmar, Editions Jérôme Do Bentzinger, 2003). Il s’agit d’une mise en perspective dans le contexte historique par Pascal Plas, correspondant de l’IHTP-CNRS, directeur de rédaction de la revue Histoire-Mémoire et complétée par les témoignages recueillis par Michel Kiener, co-directeur de publication des éditions Souny ainsi que par une étude sur le parcours religieux du rabbin par Georges Weill, archiviste paléographe, conservateur général honoraire du patrimoine.

2Ce rapport est souvent étonnant sur la vie en France occupée. La reconstitution de l’action du rabbin Deutsch est rendue possible par de nombreux témoignages, les archives et les études ultérieures. Le rabbin est au cœur d’un dispositif local qui comprend quatre principales orientations. La première est la structuration et l’encadrement religieux de la communauté de Limoges et des petites communautés de Haute-Vienne. La seconde concerne l’enseignement religieux qui tenait une place essentielle dans la vie du rabbin. La troisième concerne l’accueil des réfugiés et des enfants juifs hébergés dans les maisons des EIF et de L’OSE. La Résistance forme le dernier élément des activités du rabbin en rapport avec des organisations juives et des réseaux locaux, ou en son nom propre, à son domicile, avec ses collaborateurs (p. 13-15). En effet, Abraham Deutsch est un jeune rabbin d’origine alsacienne né à Mulhouse en 1902, qui fait ses études à l’Ecole rabbinique de Paris, rabbin de Sarre-Union de 1924 à 1926 et de Bischheim de 1926 à 1945, puis de Strasbourg et du Bas-Rhin de 1946 à 1969. Il devient un guide incontesté de la communauté juive de Limoges pendant la Seconde Guerre mondiale. Ses mémoires de guerre pudiques avec des notes de Simon Schwarzfuchs (il ne mentionne pas le sort de sa sœur, de son beau-frère et de ses filles qui furent déportés) et son arrestation (p. 69-126) montrent les difficultés qu’il a dû affronter dans l’exercice de ses fonctions mais également toute son activité exceptionnelle d’acteur de cette période. En plein régime de Vichy, Abraham Deutsch se montre un infatigable pédagogue guidé par son orthodoxie religieuse. Il a en effet une préférence pour « le judaïsme intégral » (p. 77). Arrivé à Limoges le 1er septembre 1939, le rabbin y reste six années. Il multiplie les initiatives avec la création d’un Talmud Torah et de conférences pour adultes. Il fonde encore un groupe israélite d’aide sociale, deux synagogues, des cours de religion dans les établissements laïcs, une école et un petit séminaire israélite (PSIL) ouvert à Limoges en 1942, en pensant à l’après-guerre, jetant les bases pour les futures écoles de judaïsme français et pour le recrutement de ses cadres rabbiniques. Il crée également des bains rituels, une boucherie et un restaurant cascher ou encore un carré juif au cimetière municipal de Limoges. Après l’occupation de la zone libre, il participe activement à l’accueil et à la dissimulation des enfants juifs. Arrêté par la Gestapo, puis deux fois par la milice, il recouvre la liberté le jour de la libération de sa ville, le 22 août 1944.

3Le rabbin Abraham Deutsch fut un témoin privilégié et acteur majeur de cette période tragique. Il nous lègue à travers ses mémoires un témoignage, exaltant, poignant et lucide avec lui-même, qui réfléchit, ayant éprouvé parfois des doutes sur sa compétence et prenant des décisions capitales au plus dur de l’épreuve et qui a combattu l’adversité avec courage. C’est aussi un beau témoignage sur la vie juive à Limoges et dans ses environs pendant la Seconde Guerre mondiale, mais aussi sur l’histoire des juifs en France et du reste de l’Europe, de ceux qui les ont persécutés et de ceux qui leur ont apporté leur aide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Daltroff, « Plas (Pascal) et Schwarzfuchs (Simon) dir., Mémoires du grand rabbin Deutsch : Limoges 1939-1945 », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 516-517.

Référence électronique

Jean Daltroff, « Plas (Pascal) et Schwarzfuchs (Simon) dir., Mémoires du grand rabbin Deutsch : Limoges 1939-1945 », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/341

Haut de page

Auteur

Jean Daltroff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page