Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Boquillon (Françoise), Guyon (Catherine), Roth (François), Nancy, du bourg castral à la communauté urbaine, 1000 ans d’histoire

Editions Place Stanislas, 2010, 3e édition actualisée
Gabrielle Claerr-Stamm
p. 520-522
Référence(s) :

Boquillon (Françoise), Guyon (Catherine), Roth (François), Nancy, du bourg castral à la communauté urbaine, 1000 ans d’histoire, Editions Place Stanislas, 3e édition actualisée, 2010

Texte intégral

1Exercice périlleux que de présenter mille ans d’histoire d’une ville aussi importante que Nancy en seulement 286 pages, mais pari tenu par les trois auteurs, tout trois de l’Université Nancy 2. Un ouvrage bien structuré, clair, précis, iconographie riche.

2Le premier Nancy est tardif et modeste, après l’an mil. C’est la résidence princière des ducs de Lorraine. Ce noyau urbain ancien correspond à la Ville-Vieille. Fin XVIe siècle, le duc Charles III décide de la construction de la Ville-Neuve, première expansion de Nancy. Au milieu du XVIIIe siècle, le roi polonais en exil Stanislas, réunit les deux entités en créant la Place Royale (devenue la Place Stanislas). Demeures néo-classiques du XIXe siècle, maisons Art nouveau, grands ensembles et résidences contemporaines ont composé le Grand Nancy. « Le Nancy d’aujourd’hui est à la fois un site, un espace et un héritage. Une approche historique de son développement urbain doit mettre l’accent sur ses étapes, sur ses acteurs. Ce qu’ils ont légué est devenu aujourd’hui notre patrimoine ».

3La naissance de la ville au XIe siècle est le fruit d’une décision politique des ducs de Lorraine, elle fut d’abord une capitale politique, celle d’un Etat souverain, ce qui lui confère une forte identité dont peu de villes françaises peuvent se prévaloir. Son nom apparaît pour la première fois dans une charte de 1061. La tradition historiographique attribue sa fondation à Gérard Ier d’Alsace, troisième fondateur de la dynastie de Lorraine. Le secteur les plus anciennement habité se trouve aux environs de la Place des Dames. Ruinée et incendiée en 1218, Nancy se relève sous les règnes de Mathieu II et de Ferry III. Au XVe siècle, elle voit l’installation d’une nouvelle dynastie, les Angevins (la dernière héritière Isabelle épouse René d’Anjou en 1420). La nouvelle dynastie favorise son essor, mais l’entraîne dans des guerres européennes dont le plus important épisode fut la bataille de Nancy en 1477, véritable charnière chronologique entre le Moyen Âge et l’époque moderne.

4Au XVIe siècle, Nancy devient la résidence principale des ducs de Lorraine, la cour s’y fixe, la ville se développe, s’embellit par touches successives, sans bouleversement de grande ampleur et développe son économie. 1624 à 1714 fut une période difficile, d’épreuves. La politique expansionniste de Louis XIV la plongea dans la tourmente : passage incessant de troupes de mercenaires, alliés ou ennemis, destructions, occupations…

5Le XVIIIe siècle voit l’installation de la cour à Lunéville, l’ancienne dynastie abandonne les duchés à un souverain étranger, Stanislas Leszcynski. A sa mort en 1766, les duchés reviennent à la France et Nancy perd son statut de capitale pour devenir une simple ville provinciale. Toutefois, la ville vit le temps des Lumières, son visage se modifie, la société urbaine est dominée par les gens de robe et la bourgeoisie d’affaires.

6La Révolution fait vivre à la ville une rupture complète avec son passé et un renforcement de ses liens avec la France. Nancy devient le chef-lieu du département de la Meurthe. La défaite de 1870 fut vécue comme un désastre. La proximité de la frontière va bouleverser la ville qui voit sa population doubler en une génération suite à l’arrivée de nombreux Alsaciens et Lorrains. La Faculté de médecine de Strasbourg y est transférée, un nouvel hôpital construit. L’industrialisation s’accélère (imprimerie Berger-Levrault, forges, tonnellerie, chaussures, jumelles…) de nouveaux quartiers sont aménagés. En 1876, la famille Gallé s’installe à La Garenne. « L’école de Nancy » s’épanouit, revendiquant une liaison étroite entre l’art et l’industrie. La reconnaissance fut d’abord parisienne et internationale avant d’être nancéenne ! La presse est vivante et diversifiée (cinq quotidiens).

7Août 1914 marqua une césure. Un élan était interrompu. La crise des années 1930 puis la Seconde Guerre mondiale touchèrent à nouveau la ville dans son dynamisme vital. En 1954, Nancy avait moins d’habitants qu’en 1914. Le Grand Nancy s’est façonné de 1955 à nos jours, au sein de la Région Lorraine.

8Bibliographie et index complètent judicieusement ce travail collectif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Claerr-Stamm, « Boquillon (Françoise), Guyon (Catherine), Roth (François), Nancy, du bourg castral à la communauté urbaine, 1000 ans d’histoire », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 520-522.

Référence électronique

Gabrielle Claerr-Stamm, « Boquillon (Françoise), Guyon (Catherine), Roth (François), Nancy, du bourg castral à la communauté urbaine, 1000 ans d’histoire », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/351

Haut de page

Auteur

Gabrielle Claerr-Stamm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page