Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Les rues de Mulhouse. Histoire et Patrimoine, par le Conseil Consultatif du Patrimoine mulhousien et avec le concours de la Société d’Histoire et de Géographie de Mulhouse

Editions JM 2009, Edition 2009, actualisée et enrichie
Gabrielle Claerr-Stamm
p. 533-534
Référence(s) :

Les rues de Mulhouse. Histoire et Patrimoine, par le Conseil Consultatif du Patrimoine mulhousien et avec le concours de la Société d’Histoire et de Géographie de Mulhouse, Editions JM 2009, Edition 2009, actualisée et enrichie

Texte intégral

1La première édition de cet ouvrage, parue en 2007 et tirée à 2 000 exemplaires avait été épuisée en quelques mois. La seconde édition (tirage 1 000 exemplaires) intègre l’histoire de 15 nouvelles rues créées depuis 2007 et présente une iconographie enrichie. Les textes ont été complétés par de nouvelles informations concernant le patrimoine et l’histoire de la ville. L’index a été remanié en conséquence pour intégrer les nouvelles données. Fort de 650 pages, le livre est dédié à Raymond Oberlé (1912-2007), professeur émérite des Universités, archiviste honoraire de la Ville de Mulhouse et à Edouard Boeglin (1942-2009), Mulhousien, journaliste, historien, conseiller délégué au patrimoine. Il est préfacé par Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la justice et alors maire de Mulhouse qui rappelle que la dénomination des rues exprime « les joies et les préoccupations de l’heure. Elle n’est jamais innocente et reflète à l’occasion les accidents de l’histoire ».

2Ce dictionnaire des rues, sous la direction d’André Heckendorn, traite de toutes les rues de Mulhouse, actuelles ou disparues, ainsi que des parcs, ponts et portes. Pour chaque rue, un carré de plan permet de la situer et les noms successifs sont énumérés depuis les origines. Un texte détaille l’histoire de la rue, évoque le patrimoine, donne les indications biographiques lorsqu’il s’agit de personnages, montre les liens pouvant exister entre la rue et les rues parentes. L’ouvrage apporte aussi une somme impressionnante d’informations sur le patrimoine existant ou disparu, c’est un véritable inventaire des richesses patrimoniales, artistiques et architecturales de la ville.

3Dans leur introduction, Odile Kammerer et Raymond Oberlé évoquent l’histoire des noms des rues. « Nommer les rues est, en réalité, un phénomène fluctuant dans le temps… Il faut attendre 1842 pour que des plaques désignent des rues ». Ils replacent l’histoire des rues dans le contexte de développement de la ville de Mulhouse. Le Mulhouse historique d’avant le XIXe siècle est protégé par ses murs et entouré d’eau. L’explosion industrielle et démographique au début du XIXe siècle suscite une étonnante ségrégation socio-spatiale : les patrons s’installent au sud, les ouvriers au nord. La période allemande de 1871 à 1918 est le temps d’une pensée urbaine remarquable. Sous l’effet de l’extension spatiale les trois noyaux de la ville finissent par former au XXe siècle un tissu plus compact. Dornach en 1914 et Bourtzwiller en 1947 viennent s’y rattacher.

4Le dictionnaire proprement parlé commence par la « rue des Abeilles », rue importante de la Cité ouvrière et qui révèle les courants idéologiques dans lesquels les patrons protestants, initiateurs de la Cité, puisaient leurs convictions philanthropiques, l’abeille n’est-elle pas le symbole du travail collectif qui produit la richesse et dans lequel les ouvriers et les ouvrières conjuguent leurs forces pour accomplir une œuvre qui les dépasse. Le dictionnaire s’achève par la « rue de Zurich » qui rappelle les liens séculaires de Mulhouse avec cette ville, notamment lors de la Réforme de 1523 à 1527 où elle s’est inspirée des thèses du zurichois Zwingli. Un dernier chapitre est consacré aux rues disparues, impasse des drapiers, chemin du fourrage, cul de sac des hannetons ou encore Truttwin Gaesslein…

5Et Marie-Claire Vitoux et Bernard Jacqué de conclure : « Livre d’histoire politique, économique, sociale, architecturale, il retrace aussi une histoire culturelle du politique. Le choix des dénominations, leurs changements selon les régimes politiques révèlent les valeurs conscientes et inconscientes de la société mulhousienne : si la sous-représentation des femmes n’est pas une surprise, celles qui sont nommées sont fille ou mère de grands Mulhousiens… ou saintes… Les autres, les non-mulhousiens, sont les symboles de la France victorieuse, de l’Europe et du pacifisme ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Claerr-Stamm, « Les rues de Mulhouse. Histoire et Patrimoine, par le Conseil Consultatif du Patrimoine mulhousien et avec le concours de la Société d’Histoire et de Géographie de Mulhouse », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 533-534.

Référence électronique

Gabrielle Claerr-Stamm, « Les rues de Mulhouse. Histoire et Patrimoine, par le Conseil Consultatif du Patrimoine mulhousien et avec le concours de la Société d’Histoire et de Géographie de Mulhouse », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/369

Haut de page

Auteur

Gabrielle Claerr-Stamm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page