Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Nemeth (André), La vie du Vénérable Père François Libermann. Traduit du hongrois par Georges Kassai et Gilles Bellamy

L’Harmattan, Paris, 190 p., 2008
François Uberfill
p. 528-529
Référence(s) :

Nemeth (André), La vie du Vénérable Père François Libermann. Traduit du hongrois par Georges Kassai et Gilles Bellamy, L’Harmattan, Paris, 190 p., 2008

Texte intégral

1Un écrivain hongrois qui s’intéresse à un missionnaire alsacien. Etonnant, non ? Pas tellement si l’on sait que A. Nemeth est d’origine juive et que comme Jacob Libermann, il s’est converti au catholicisme. Il a mené son enquête sur Libermann en 1939-1940, mais son livre n’a été traduit en français qu’en 2008. Le premier tiers du livre est consacré au mouvement de conversion au catholicisme et c’est la partie qui a surtout retenu notre attention. Le reste du livre décrit l’itinéraire spirituel du P. Libermann et son activité missionnaire.

2Ils ont été plusieurs juifs alsaciens, issus souvent de familles illustres, à effectuer une démarche identique sous la Restauration. Théodore Ratisbonne, fils de Louis Ratisbonne, banquier et homme d’affaires ; David Drach qui fut précepteur de la famille Sée à Ribeauvillé ; et Jacob Libermann fut précédé par son frère Sanson dans sa démarche de conversion. Le contexte des années 1820 permet d’éclairer ce cheminement : la redécouverte du catholicisme par la génération qui avait vécu la Révolution ; l’atmosphère des débuts du romantisme illustrée par la publication du Génie du christianisme ; la rébellion de la jeune génération contre les enseignements et les règles contraignantes du Talmud, ainsi que les multiples interdits du judaïsme ressentis comme une oppression ; pour certains aussi entrera en ligne de compte l’enseignement de l’abbé Bautain à l’Université de Strasbourg. La religion catholique est alors auréolée d’un grand prestige. Une inclinaison similaire, cette fois au profit du protestantisme, se manifestera cinquante ans plus tard, sous le Reichsland, et touchera les élites intellectuelles allemandes, notamment de grands universitaires. On y vit un esprit d’opportunisme, mais aussi l’influence de la pensée d’Albert Schweitzer. Ce mouvement d’abandon du judaïsme, à ces deux moments du XIXe siècle, est-il spécifique à l’Alsace ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Uberfill, « Nemeth (André), La vie du Vénérable Père François Libermann. Traduit du hongrois par Georges Kassai et Gilles Bellamy », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 528-529.

Référence électronique

François Uberfill, « Nemeth (André), La vie du Vénérable Père François Libermann. Traduit du hongrois par Georges Kassai et Gilles Bellamy », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/374

Haut de page

Auteur

François Uberfill

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page