Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Reiss (René), Kellermann

Editions Tallandier, 735 p., 2009
Claude Muller
p. 530-531
Référence(s) :

Reiss (René), Kellermann, Editions Tallandier, 735 p., 2009

Texte intégral

1Une décennie après la parution de son remarquable Clarke, René Reiss nous gratifie d’un épais Kellermann, non moins digne d’attention. Un Kellermann sans prénom dans le titre, car l’auteur en évoque principalement deux, François Christophe Kellermann (1735-1820), le héros de Valmy, le 20 septembre 1792, maréchal d’Empire, et son fils François Etienne Kellermann (1770-1835), lieutenant général, auquel il faut encore ajouter François Christophe Edmond Kellermann (1802-1868), diplomate et député.

2A partir d’investigations extrêmement poussées aux Archives du Service Historique de la Défense à Vincennes (de plus en plus courues d’ailleurs par les chercheurs régionaux) notamment, René Reiss dépasse la figure figée du vieux Kellermann de Valmy pour montrer à travers lui la continuité du haut commandement militaire de l’Ancien Régime et de la Révolution, en partie récupéré par Napoléon dans sa quête de réconciliation nationale. Kellermann père devient sénateur et un des quatre maréchaux honoraires en 1804. Au couronnement impérial, il porte la tiare de Charlemagne, puis il reçoit en dotation la sénatorerie de Colmar, comblé par l’empereur qui ne le redoute guère. Duc de Valmy, titre unique parmi les maréchaux du fait du nom d’une bataille révolutionnaire, Kellermann apparaît ostensiblement comme le vainqueur reconnu des campagnes révolutionnaires.

3René Reiss ressuscite aussi la figure de Kellermann fils, général de cavalerie depuis 1797, présent à Marengo. A Austerlitz, ce dernier reçoit une mauvaise blessure. Il ne jouit jamais de grands commandements, sauf à… Waterloo. Et pour ce qui est de l’agitation, celle de sa vie privée (il est marié à une Italienne) l’emporte sur celle professionnelle, ce qui n’est pas peu dire. Avec beaucoup de finesse et d’une plume élégante, l’auteur évoque, en somme, une histoire plus balzacienne qu’alsacienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Reiss (René), Kellermann », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 530-531.

Référence électronique

Claude Muller, « Reiss (René), Kellermann », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/378

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page