Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Streith (Jacques), Haute-Alsace et enseignement supérieur, « Le modèle universitaire mulhousien »

Presses Universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 352 p., 2009
Michel Hau
p. 532-533
Référence(s) :

Streith (Jacques), Haute-Alsace et enseignement supérieur, « Le modèle universitaire mulhousien », Presses Universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 352 p., 2009

Texte intégral

1En France, aujourd’hui, l’heure est au regroupement des universités. Le problème est de savoir sous quelle forme : absorption des petites par leurs grandes voisines ou développement des coopérations et des synergies. L’ouvrage de Jacques Streith apporte des éléments intéressants à ce débat en montrant le caractère profondément original du développement de l’Université de Haute-Alsace. Celle-ci est la seule qui ait été conçue dès le départ dans une perspective professionnelle, à l’initiative des industriels mulhousiens. Le noyau primitif a été constitué par l’École de Chimie de Mulhouse, première école d’ingénieur au monde à avoir été créée pour enseigner la chimie, en 1822, à l’initiative des directeurs des laboratoires des deux plus grandes maisons d’impression sur tissus de l’époque, Dollfus-Mieg et Cie et Nicolas Koechlin et Frères. Selon un processus analogue, fut créée en 1861 l’École des Industries Textiles. Le lien entre université et entreprise est inscrit dans les gènes de l’Université de Haute-Alsace. En 1958, les deux écoles mulhousiennes ont quitté leur statut privé pour être regroupées dans un Collège Scientifique Universitaire, lui-même rattaché à l’Université de Strasbourg. L’ensemble s’est enrichi en 1963 d’une antenne de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Strasbourg, puis, en 1968, d’un Institut Universitaire de Technologie basé à Mulhouse et Colmar. L’ensemble a été érigé en 1975 en université de plein droit sous l’appellation d’Université de Haute-Alsace. Son développement n’a jamais cessé d’être conçu dans la perspective de l’insertion professionnelle des étudiants, même dans les filières littéraires. En témoigne, entre autres, la création d’une filière d’archivistique. Aujourd’hui, l’Université de Haute-Alsace est en mesure d’offrir une bonne centaine de filières de formation, dont les deux tiers sont à finalité professionnelle. Seules les universités technologiques de Compiègne, de Troyes et de Belfort-Montbéliard ont une professionnalisation aussi poussée, mais elles constituent jusqu’à présent une exception dans le paysage universitaire français, puisqu’elles sont autorisées à pratiquer la sélection à l’entrée. L’Université de Haute-Alsace cherche à faire diminuer le taux d’échec en première année en renforçant le tutorat et les conseils d’orientation. À présent, le résultat est là : la qualité de ses diplômés et de ses enseignants-chercheurs lui permet de s’insérer aisément dans la Confédération Européenne des Universités du Rhin Supérieur. Après avoir lu cet ouvrage, on comprend que l’importance de l’Université de Haute-Alsace ne réside pas dans ses effectifs ou ses budgets, mais dans son exemplarité pour l’Université française. On peut parler à son propos de « modèle mulhousien ». Alors, fusion avec l’Université de Strasbourg ? Coopération ? Peu importe, au fond. Mais à une condition : que ce soit le modèle mulhousien qui s’impose.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Hau, « Streith (Jacques), Haute-Alsace et enseignement supérieur, « Le modèle universitaire mulhousien » », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 532-533.

Référence électronique

Michel Hau, « Streith (Jacques), Haute-Alsace et enseignement supérieur, « Le modèle universitaire mulhousien » », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/381

Haut de page

Auteur

Michel Hau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page