Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Tomasetti (Philippe), Auguste Spinner. Un patriote alsacien au service de la France

Editions Place Stanislas, 198 p., 2009
François Uberfill
p. 536-537
Référence(s) :

Tomasetti (Philippe), Auguste Spinner. Un patriote alsacien au service de la France, Editions Place Stanislas, 198 p., 2009

Texte intégral

1Auguste Spinner était complètement tombé dans l’oubli. Le NDBA avait même failli omettre de lui consacrer une notice. Et voici qu’à l’occasion du centenaire de l’érection du monument du Souvenir français du Geisberg, Philippe Tomasetti, un historien de l’Alsace du Nord, le sort de l’ombre. Une bien curieuse destinée que celle de ce fils de la petite bourgeoisie wissembourgeoise, peintre-décorateur, aquarelliste (il est mentionné par François Lotz dans son supplément des Artites-peintres alsaciens décédés avant 1800), grand collectionneur d’armes et d’uniformes ! Les récits de la guerre de 1870 bercent son enfance. Deux rencontres vont orienter son destin : celle d’A. Laugel au moment où il lance le Verein zur Erhaltung der Altertümer in Weissenburg und Umgegend ; celle de Fritz Kiener avec lequel, dès 1905, il se lie d’amitié. A. Spinner qui multiplie les contacts avec les partisans de l’idée française en Alsace sera proche du milieu du Cercle de Saint-Léonard. Il prend une part importante dans la construction du monument du Geisberg, pendant alsacien du monument lorrain inauguré à Noisseville en 1905. Les négociations avec les autorités allemandes sont fort longues et la cérémonie d’inauguration est prévue jusque dans les moindres détails. Au dernier moment, Hugo Zorn von Bulach obtient de von Wedel que l’obélisque puisse être couronné par le coq gaulois. Le célèbre volatile fera le bonheur de Hansi qui a longuement séjourné à Wissembourg et qui a représenté les villages environnants dans ses albums.

2Durant la guerre, A. Spinner s’engage comme volontaire dans les services de renseignement et collabore avec le colonel Andlauer et Pierre Bucher. Les différentes responsabilités qu’il exerça sont pour l’auteur l’occasion de fournir des données intéressantes sur les premières commissions de triage des Alsaciens-Lorrains ainsi que sur les « dépôts d’Alsace-Lorraine » où Spinner mena un travail d’enquête. Arrive novembre 1918. Il va connaître son heure de gloire : il entre à Wissembourg à la tête des troupes françaises, reçoit Poincaré et Millerand en août 1919. La République française se montra reconnaissante : Spinner devint directeur de l’entrepôt des tabacs fabriqués de Strasbourg, ville où il termina ses jours.

3Spinner est le représentant type de la petite bourgeoisie alsacienne francophile, au patriotisme ombrageux, attachée aux valeurs de l’Alsace. Si Ph. Tomasetti a quelque peu magnifié son rôle – mais, c’est la loi du genre –, il restitue bien ce milieu provincial mis en scène par Hansi, son ami, celui qui lui a permis d’accéder à la notoriété.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Uberfill, « Tomasetti (Philippe), Auguste Spinner. Un patriote alsacien au service de la France », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 536-537.

Référence électronique

François Uberfill, « Tomasetti (Philippe), Auguste Spinner. Un patriote alsacien au service de la France », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/387

Haut de page

Auteur

François Uberfill

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page