Navigation – Plan du site
La fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace
Les publications de la fédération

Dictionnaire historique des Institutions de l’Alsace

p. 567-568

Texte intégral

1Le printemps 2010 peut être marqué d’une pierre blanche pour l’histoire de la Fédération et pour l’histoire de l’Alsace : il voit la parution du premier fascicule du Dictionnaire historique des Institutions de l’Alsace, édité par la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace. Voilà comment la Commission du Dictionnaire vous présente son projet, qui est aussi un pari sur la capacité des historiens de l’Alsace à mener à bien une œuvre collective.

2Notre Dictionnaire se veut un dictionnaire des institutions, au sens large du terme. Pour la définition de « l’institution » nous partons de l’histoire du droit. Notre région a vu coexister ou se succéder le droit coutumier et le droit canonique, des statuts et des coutumes, auxquels se surimposent le droit romain, le tout interprété par des juristes allemands, puis par des juristes français, et enfin le droit français public et privé à partir de 1789. Tout au long de son histoire, l’Alsace a connu les procédures, lentes et évolutives, ou encore volontaristes et immédiates, de l’introduction de droits nouveaux.

3L’institution est ainsi l’expression d’une règle de droit ou d’un ensemble de règles de droit régissant des activités sociales, à la ville ou à la campagne. L’institution est encore un organisme créé et régi par une réglementation publique, écrite ou coutumière. Partant des acquis de l’histoire culturelle, nous avons élargi cette définition, pour y inclure l’expression de croyances et représentations collectives qui peuvent se concrétiser dans des lieux ou des objets, en nous efforçant d’éviter de tomber dans les champs du dictionnaire topographique, événementiel ou biographique.

4L’institution, dont nous efforçons de décrire l’apparition, l’évolution, la disparition, doit nécessairement avoir eu un ancrage en Alsace. Bien entendu, tout au long des périodes qui nous concernent, l’aire de diffusion de ces institutions a pour une bonne part dépassé les frontières de l’Alsace. Nous tenons compte de la fluctuation des frontières de cette « province ». Par contre, nous nous attachons, pour chacune d’entre elles, à donner des exemples « locaux ». Le dépouillement des sources alsaciennes imprimées du Moyen Âge, par les équipes du Deutsches Rechtswörterbuch (DRW) est à cet égard précieux, tout comme est précieux l’ensemble des sources que consultent les auteurs de notre Dictionnaire. Mais le DRW a été rédigé en allemand.

5Le Dictionnaire Historique des Institutions de l’Alsace (DHIA) est une entreprise très contemporaine. Compte tenu de l’évolution linguistique de l’Alsace, il traite en français, d’institutions historiques, locales, alsaciennes, allemandes du sud-ouest, impériales (Saint-Empire), ou françaises telles qu’elles ont existé en Alsace.

6Nous nous sommes fixés, dans un premier temps, 1815 comme limite chronologique en aval. Du Moyen Âge à 1815 : la période est assez vaste. Notre travail s’étend sur une des césures majeures de l’évolution institutionnelle de l’Alsace : la formation des départements, l’introduction des réglementations publiques révolutionnaires et celle des grands codes napoléoniens.

7Notre commission du Dictionnaire s’efforcera tout au long de son travail, d’améliorer sans cesse sa recherche et son résultat. Elle compte, pour ce premier fascicule, sur l’intérêt et l’indulgence de ses lecteurs. Enfin, la commission espère bien être rejointe par d’autres auteurs, quel que soit leur statut, et tout particulièrement par de jeunes chercheurs.

8La Commission du Dictionnaire Historique des Institutions de l’Alsace

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Dictionnaire historique des Institutions de l’Alsace », Revue d’Alsace, 136 | 2010, 567-568.

Référence électronique

« Dictionnaire historique des Institutions de l’Alsace », Revue d’Alsace [En ligne], 136 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://alsace.revues.org/402 ; DOI : 10.4000/alsace.402

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page