Navigation – Plan du site
Comptes rendus
XVIe - XVIIe et XVIIIe siècles

Sonkajärvi (Hanna), Qu’est-ce qu’un étranger ? Frontières et identifications à Strasbourg (1681-1789)

Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 223 p., 2008
Jean-Michel Boehler
p. 496-498
Référence(s) :

Sonkajärvi (Hanna), Qu’est-ce qu’un étranger ? Frontières et identifications à Strasbourg (1681-1789), Presses universitaires de Strasbourg, Strasbourg, 223 p.

Texte intégral

1Le présent ouvrage, fruit d’une thèse de doctorat, élaborée sous la direction du professeur Laurence Fontaine et soutenue en février 2006 à l’Institut universitaire européen de Florence, propose une réflexion sur la notion d’« étranger » dans le cadre bien particulier de la Ville de Strasbourg entre 1681 et 1789. Loin des excès du juridisme, des catégorisations préétablies proposées par l’historiographie traditionnelle et des anachronismes trompeurs, cette recherche insiste sur les formes pluridimensionnelles de la condition d’étranger, intimement liée à des enjeux d’ordre politique, social et religieux, ainsi que sur les processus d’inclusion ou d’exclusion qui en découlent.

2La démonstration est étayée par de solides fondements historiographiques (p. 9-17 et p. 20-27) et une scrupuleuse exploitation des sources, fort dispersées, qui a mené l’auteur des Archives de la Ville de Strasbourg (hôtel de ville, chancellerie, préteur royal, conseils du Magistrat, corporations) et des Archives départementales du Bas-Rhin (Directoire de la Noblesse de Basse Alsace, fonds de l’intendance et du notariat royal) aux archives (Secrétariat d’Etat à la Guerre, Affaires étrangères, fonds des Archives nationales) et bibliothèques (Bibliothèque nationale et Bibliothèque de l’Arsenal) parisiennes. Seule la regrettable disparition des fonds de la justice, lors du siège de Strasbourg en 1870, prive l’auteur d’un échantillonnage de cas qui aurait contribué à affiner davantage les considérations d’ordre social qu’elle propose, sans que, pour autant, les exemples concrets (affaire Cerf-Berr, p. 117-124 ; cas de François Retaillon, p. 127-128) en soient totalement absents.

3Que Strasbourg soit, à cette époque, une ville carrefour et un creuset d’influences multiples n’étonnera personne. Aussi le premier chapitre (p. 39-47), portant sur le fonctionnement des institutions de la « Ville libre impériale » et sur le rôle des migrants dans l’essor de sa population, apparaît-il comme le moins original. Mais – convenons-en –, il fallait commencer par là avant d’aborder (p. 39-80) le fonctionnement local des statuts urbains, de part et d’autre de 1681, date de « l’annexion » selon l’auteur (p. 20 et 39), terme que d’aucuns traduiront par « rattachement ». Principal malentendu : le Magistrat de Strasbourg considère « l’aubain » par rapport aux limites territoriales de la Ville, tandis que la Couronne qualifie d’« étranger » tout régnicole venu de l’extérieur du royaume, préparant ainsi la notion de citoyenneté nationale de 1789. Les catégorisations juridiques classiques – bourgeois, habitant, étranger –, car la société d’Ancien Régime est avant tout une société de statuts, ne tardent pas à voler en éclat du fait de la présence de la catégorie intermédiaire des « manants » (Schirmer), la manance pouvant être elle-même temporaire ou définitive, et de la multiplicité des privilèges dont bénéficient certains étrangers eux-mêmes (population militaire, ressortissants des institutions de bienfaisance). L’auteur montre que le droit de bourgeoisie est une notion qui, au cours du XVIIIe siècle, s’affaiblit et se complexifie malgré la politique très centralisatrice de l’Etat.

4L’originalité de Strasbourg, par rapport à d’autres villes du royaume, réside dans l’appartenance confessionnelle (p. 81-125), critère fondamental d’inclusion ou d’exclusion, de ses habitants. La solide tradition luthérienne de Strasbourg, la politique royale en faveur des catholiques, la marginalisation des calvinistes, la tolérance à l’égard des juifs, perçus comme des étrangers mais considérés comme des rouages indispensables à l’économie, conduisent fréquemment à la transgression des barrières confessionnelles au nom d’un certain pragmatisme. Car le facteur majeur du processus d’établissement est avant tout l’intérêt économique (p. 128-156). Les corps de métier excluant théoriquement les étrangers, ces derniers n’hésitent pas à contourner les règlements ou à solliciter des privilèges royaux (menuisiers français, perruquiers, bateliers catholiques, soldats et Suisses, portiers d’hôtels aristocratiques) pour créer des structures parallèles ou concurrentes. Or ces dernières correspondent souvent à des métiers en expansion – en particulier dans le bâtiment –, recherchés pour leur savoir faire, face au système corporatif traditionnel passablement sclérosé. Il s’en suit que le fait d’être « étranger » ne revêt pas forcément une connotation négative ou péjorative, bien au contraire (cf. l’exemple des marchands italiens ou juifs).

5Ces divers groupes socio-professionnels se trouvent donc en mesure de négocier leur existence en jouant des conflits latents entre les instances administratives de la Ville ou entre les autorités politiques concurrentes de la province (Conseil souverain d’Alsace, Directoire de la Noblesse de Basse Alsace, institutions militaires), tandis que le préteur royal entend bien défendre les intérêts de la Couronne et avoir sa place dans la vie quotidienne des individus. Projeté à un niveau supérieur, le conflit, en prêtant le flanc à toutes sortes d’interprétations et de manipulations, devient politique, dans la mesure où il touche à la police des étrangers et, en définitive, à l’autonomie même de la Ville de Strasbourg.

6Le principal intérêt de cette étude est de montrer la fluidité des critères adoptés ainsi que le caractère évolutif, et non figé, des rapports de force entre 1681 et 1789 et la relativité des catégorisations – régnicole / étranger, bourgeois / manant – qui recouvrent des réalités complexes et à géométrie variable. De ce fait, Hanna Sonkajärvi a réussi son pari. Et ce ne sont ni les quelques imperfections de forme ou maladresses d’expression, de la part d’un auteur dont le mérite est de ne pas être strasbourgeoise ni même « régnicole », ni l’absence totale d’illustrations susceptibles d’agrémenter la lecture de cet ouvrage qui sont de nature à compromettre la qualité de son travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Boehler, « Sonkajärvi (Hanna), Qu’est-ce qu’un étranger ? Frontières et identifications à Strasbourg (1681-1789) », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 496-498.

Référence électronique

Jean-Michel Boehler, « Sonkajärvi (Hanna), Qu’est-ce qu’un étranger ? Frontières et identifications à Strasbourg (1681-1789) », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 27 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/435

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Boehler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page