Navigation – Plan du site
Comptes rendus
XIXe - XXe siècles

Lerch (Dominique), Petreault (Gilles), Préface d’Antoine Prost, L’inspecteur d’Académie, deux siècles au service de l’éducation

CNDP, Paris, 198 p., 2008
François Igersheim
p. 502-503
Référence(s) :

Lerch (Dominique), Petreault (Gilles), Préface d’Antoine Prost, L’inspecteur d’Académie, deux siècles au service de l’éducation CNDP, Paris, 198 p., 2008

Texte intégral

1Crées en 1808 pour assister les Recteurs, l’Inspecteur d’Académie s’est vu confier la direction de l’enseignement primaire des départements, à partir de 1854, sous la direction des préfets et des recteurs. Ancien rédacteur en chef de la Revue d’Alsace, l’inspecteur d’académie Dominique Lerch assure avec Gilles Pétreault la coordination de l’ouvrage commémoratif de la création de cette fonction de l’instruction publique, puis Education nationale en France, qui atèle 18 auteurs à une évocation de l’institution. On commence par la fonction et son histoire, puis l’on évoque des cas : hommes et départements, personnels des inspections, rapports des IA, avec les recteurs, avec les préfets, ainsi qu’avec les présidents de Conseil généraux. Les contributions, courtes, issues le plus souvent des souvenirs d’Inspecteurs d’Académie en retraite (le devoir de réserve ?) restent toujours très concrètes. Gilles Pétreault traite de l’histoire du syndicalisme des IA- devenus IA-DSDEN : il a été IA-DSDEN dans le Haut-Rhin. Mais les rapports entre les IA-DSDEN avec les syndicats enseignants sont assez peu évoqués : seule exception, la contribution de J.-C. Rouanet, inspecteur d’Académie dans la Sarthe, dans « La réalité des fonctions au jour le jour : les années 1980 », qui cite les rapports qu’il a avec tous les syndicats, du premier, du second degré et du technique, et leurs préoccupations, au fil de l’année scolaire. Les conflits éventuels ne sont abordés que dans une seule photographie : une manifestation du SGEN-CFDT, revendiquant les « 25 élèves par classe » devant l’inspection d’Académie du Territoire de Belfort en 1979. On s’attachera aussi à cet ouvrage pour la biographie de Joseph Storck, ce Guebwillerois né en 1897, d’une famille ouvrière, qui entre dans le Lehrerseminar (école normale) de Colmar en 1912, fait la guerre comme Feldgrau de 1914 à 1918, sur le front de l’Est, puis comme de nombreux instituteurs alsaciens, fait un stage d’un an à l’école normale d’Aix-en-Provence, avant de revenir faire sa carrière dans le Haut-Rhin. Il est nommé professeur à l’Ecole primaire supérieure de Colmar en 1928, passe son agrégation d’allemand en 1931, puis est nommé professeur dans plusieurs lycées de l’intérieur puis censeur des études, et enfin proviseur, au Lycée Gay-Lussac de Limoges en 1938. Mobilisé comme capitaine, il échappe à la captivité et revient à son poste à Gay-Lussac en 1940. Il ne sera pas le seul Alsacien de Limoges à prendre part, à la résistance : faux-papiers, cachettes pour des élèves poursuivis, filières, dont une aboutit au collège de jésuites de Sarlat, rapports avec la communauté juive de Limoges, son rabbin Abraham Deutsch et son président Edouard Bing – [LANDAU Lazare, La communauté de Strasbourg-Limoges (1939-1944) repris sur le site judaisme.sdv fr et P. PLAS – Mémoires du grand rabbin Deutsch Limoges 1939-1945, Ed. L. Souny, 87260 Saint-Paul. Storck fait donc partie de la petite équipe réunie par le Recteur Prélot en 1944 pour réinstaller l’enseignement français en Alsace : c’est le Haut-Rhin qui lui est confié. Il restera 20 ans en fonction. Un regret : aucune indication n’est donnée sur ses positions sur l’enseignement de l’allemand, où son frère, Emile Storck (1899-1973) agrégé d’allemand lui aussi est très engagé, qui constitue un des gros dossiers de la période. Emile Storck sera l’auteur des deux manuels d’allemand destinés aux classes de fin d’études primaires et du début des collèges, produits à la suite du décret Marie, réintroduisant l’allemand dans les écoles primaires d’Alsace. Après sa retraite, Joseph Storck sera maire de Guebwiller pendant deux années. Une contribution de cet ouvrage collectif sur les Inspecteurs d’Académie qui provoque la curiosité et appelle à approfondir la recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Lerch (Dominique), Petreault (Gilles), Préface d’Antoine Prost, L’inspecteur d’Académie, deux siècles au service de l’éducation », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 502-503.

Référence électronique

François Igersheim, « Lerch (Dominique), Petreault (Gilles), Préface d’Antoine Prost, L’inspecteur d’Académie, deux siècles au service de l’éducation », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://alsace.revues.org/443

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page