Navigation – Plan du site
Comptes rendus
XIXe - XXe siècles

Spindler (Charles), L’Alsace pendant la guerre. 1914-1918

2008, 848 p., 24 pages d’intoduction de J.-M. Gyss, Ed. Place Stanislas, 50 p. d’illustrations, Réed. de l’ouvrage de 1925
François Igersheim
p. 509-510
Référence(s) :

Spindler (Charles), L’Alsace pendant la guerre. 1914-1918, 848 p., 24 pages d’intoduction de J.-M. Gyss, Ed. Place Stanislas, Nancy, 50 p. d’illustrations, Réed. de l’ouvrage de 1925, 2008

Texte intégral

1Tout le monde connait les splendides pages de Charles Spindler sur novembre 1918 :

2« La toilette de Marie-Jeanne est un peu longue, car sa maman tient à faire d’elle une Alsacienne absolument authentique, de la coiffe au bout des souliers. Enfin, elle est habillée : son costume de Mietesheim lui sied à ravir, et elle brûle maintenant du désir de se produire dans les rues de Strasbourg. Le temps s’est éclairci et lorsque nous débouchons dans la rue de la Haute-Montée, nous sommes frappés de l’éclat flamboyant des innombrables drapeaux qui cachent complètement les façades des maisons. Dans la rue, les Alsaciennes foisonnent, quelques-unes d’authentiques campagnardes des environs de Strasbourg et de Haguenau, le plus grand nombre des demoiselles travesties dans des costumes de fantaisie. Les Français, peu versés en la matière, font fête aux unes comme autres ».

3L’Alsace pendant la guerre avait été publiée en 1925 dans une édition préfacée par le journaliste parisien André Hallays. L’ouvrage était devenu rare. Les Editions Place Stanislas en font une édition en fac-similé, mais augmentée d’une présentation et d’illustrations. Elle est la bienvenue.

4La longue présentation due à J.-M. Gyss, désormais l’un des meilleurs connaisseurs de son oeuvre écrite, nous ressitue la personnalité et la place de Charles Spindler dans la « renaissance alsacienne » des années 1900 : capitale. Ainsi qu’une présentation critique du journal de Charles Spindler, d’où l’on tirera « L’Alsace pendant la guerre ». Peut-être aurait-il du être plus complet sur les coupures opérées par Hallays.

5Gyss met l’accent sur la mutation de l’esprit public alsacien dans les premiers mois de la guerre. Les Alsaciennes et Alsaciens de la jeune génération qui ne connaissaient pas la France, ne supportent pas la dictature militaire qui leur est imposée. D’où l’allégresse du retour à la France, quand se précise la certitude de la défaite allemande. Mais aussi les malentendus qui s’ensuivirent : délations et épurations, expulsions, que les commissions de triage n’encadrent guère, au contraire, et qui sont décrites dans un ajout qui va de la fin novembre 1918 à avril 1919. Bien sûr, ces pages sont destinées à excuser les désordres que l’administration française n’a guère su prévenir, et à se féliciter du nouveau régime que le Commissariat régional met en place. Elles amènent à souhaiter la publication de la dernière partie du journal de Charles Spindler (1919-1938).

6Est-ce la guerre et ses difficultés de circulation ? Le journal nous fait entrer dans cette société des notables alsaciens de la campagne et des petites villes alsaciennes : petits patrons et cades, médecins, notaires, professeurs, curés, négociants, qui se connaissent tous, se rendent visite, s’invitent et se rendent les invitations, dont l’opinion plutôt francophile n’est jamais loin de celle du parti catholique. Artiste avec un sens de l’observation aigu, mais d’expression modérée et de bon sens, l’opinion de Charles Spindler contraste avec les bouillonnements et les éclats de ses amis du « parti francophile » : elle n’en a que plus d’importance.

7On relèvera également l’intérêt des illustrations, composées de cartes postales, de photographies et d’aquarelles de Charles Spindler. Bien entendu, p. 399 le Palais représenté n’est pas le Palais Universitaire, mais le Landtag d’Alsace-Lorraine, place de la République, dont la France de retour en Alsace, ne voulut pas reconnaitre la représentativité, quand il vota le retour de l’Alsace-Lorraine à la France. Un malentendu !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Spindler (Charles), L’Alsace pendant la guerre. 1914-1918 », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 509-510.

Référence électronique

François Igersheim, « Spindler (Charles), L’Alsace pendant la guerre. 1914-1918 », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/453

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page