Navigation – Plan du site
Comptes rendus
XIXe - XXe siècles

Baechler (Christian), Les Alsaciens et le Grand Tournant de 1918

L’Ami Hebdo/M.E.D.I.A., Strasbourg, 192 p., 2008
François Igersheim
p. 510-512
Référence(s) :

Baechler (Christian), Les Alsaciens et le Grand Tournant de 1918, L’Ami Hebdo/M.E.D.I.A., Strasbourg, 192 p., 2008

Texte intégral

1Dans la vague des publications commémoratives de novembre et décembre 2008, on distinguera le petit ouvrage sur 1918 que nous donne C. Baechler, dans la collection « l’Alsatique de poche ». Il se veut une réédition, « revue, corrigée et complétée » du texte publié sous le même titre en 1972 par Développement et Communauté (145 pages à grands caractères). Une simple comparaison témoignera qu’il s’agit de bien plus que cela. En fait, Baechler revient à sa thèse de troisième cycle (L’Alsace entre la guerre et la paix, recherches sur l’opinon publique 1917-1918, tapuscrit 1969, 492 pages), qu’il récrit en partie et à laquelle il rajoute tout un chapitre, intitulé « l’Opinion alsacienne et les difficiles débuts de l’Alsace française, Novembre 1918 - janvier 1919 ».

2Dans son discours d’investiture du 5 octobre 1918, le chancelier du Reich Max de Bade annonce à la fois qu’il se prononce pour l’autonomie de l’Alsace-Lorraine et qu’il accepte de négocier sur la base des 14 points de Wilson, qui prévoient « la réparation du tort fait à la France, par l’annexion de l’Alsace-Lorraine ». La constitution d’un gouvernement autonome, c’est à dire parlementaire, de l’Alsace-Lorraine est dès lors vaine, puisque le principe du retour à la France est admis, et les partis alsaciens-lorrains ne parviennent pas à se mettre d’accord. Et le coup d’état parlementaire du 11 novembre créant un « conseil national d’Alsace et de lorraine » qui proclame « le rattachement à la France » le 5 décembre ne sera pas reconnu par le gouvernement français. Reste cependant posée la question : réclamera-t-on ou non un plébiscite ? Exclue par l’Entente, la question du plébiscite est tranchée par l’armistice. Elle rebondit pourtant dans l’interprétation de l’accueil fait aux troupes françaises qui entrent en Alsace du 17 au 23 novembre 1918, que conclut la célèbre formule du président Poincaré, le 9 décembre 1918 au balcon de l’Hôtel de Ville de Strasbourg : « Messieurs le plébiscite est fait ». Voilà qui renvoie donc à cet accueil, et à son déroulement. Baechler relève bien que la majorité des observateurs allemands ne se faisaient guère d’illusions sur le choix qu’opéreraient les Alsaciens en cas de plébiscite : ils choisiraient la France. Par contre, la majorité d’entre eux ont contesté que l’accueil enthousiaste réservé aux troupes françaises ait eu valeur de plébiscite. Les Allemands soutiennent la thèse du « défoulement » pathologique, hystérique provoqué par la fin de quatre années de dictature militaire, de privations, et de guerre. Baechler n’a pratiquement pas changé de position – ni de texte – en quarante ans. Il insiste sur les zones d’ombre et d’ignorance, en particulier sur l’attitude des Feldgrau alsaciens revenus des fronts orientaux, qui provoquent la méfiance de la sécurité militaire française qui les croit contaminés par le « bolchevisme ». Il rappelle les inquiétudes des viticulteurs, l’enthousiasme moins éloquent de certains villages du pays de Hanau. Jean-Claude Richez, dans la Revue d’Alsace de 1981 avait analysé l’accueil fait aux troupes françaises avec les clés d’interprétation de l’action de masse et de la fête populaire, y compris dans ce qu’elle a de spontané, s’exprimant par exemple dans le choix autonome des Strasbourgeoises de porter le costume alsacien pour accueillir les troupes françaises. Baechler se réfère lui aussi à « l’illusion lyrique » qui s’empara de Paris lors du défilé triomphal de Foch et de ses troupes le 14 juillet 1919. Certes, l’image que l’Alsacien se fait de la France, dont il est coupé depuis quatre ans, est probablement illusoire. Mais « le caractère excessif de l’enthousiasme est la conséquence de cette vision manichéenne de la réalité et de l’histoire de l’Alsace. L’Alsacien veut également montrer clairement son choix, afin de ne plus être l’objet de tractations, de guerres. Il cherche la stabilité définitive en choisissant la France » (p. 130). Par contre, les déceptions interviendront très vite. Voilà un petit ouvrage d’histoire d’Alsace sur une période clé de son histoire qui est le bienvenu. Une question reste posée. Dans la conclusion de sa thèse de 3e cycle, Baechler avait écrit : « on constate ainsi que la population alsacienne – nous en excluons les milieux les plus évolués – ne fait pas des choix réfléchis. Ils sont passionnels. Ils ne sont pas stables… si bien qu’ils évoluent au gré des évènements, des enthousiasmes » (1969, p. 440). Il reprend en partie cette formulation en se référant au modèle de « la fête » : « cet enthousiasme n’est pas l’expression d’un choix politique réfléchi, il est presque physique, il est passionnel ». La passion des masses – et celle des milieux les plus évolués – dans la vie politique alsacienne entre les deux guerres : voilà un phénomène qui mériterait d’être analysé en soi. Elle s’exprime dans ces journées de novembre 1918. Elle ne finira pas de jouer son rôle et ce dès 1919, avec les grandes grèves de l’après-guerre. Et tous les partis (et syndicats, qui leur sont liés) auront su y faire appel ou y auront été contraints.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Baechler (Christian), Les Alsaciens et le Grand Tournant de 1918 », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 510-512.

Référence électronique

François Igersheim, « Baechler (Christian), Les Alsaciens et le Grand Tournant de 1918 », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/454

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page