Navigation – Plan du site
Comptes rendus
XIXe - XXe siècles

Le Minor (Jean-Marie), Laurent (Gérard), Vicente (Gilbert), Pabst (Jean-Yves), Ludes (Bertrand), dir., L’école impériale du Service de Santé militaire de Strasbourg (1856-1870)

P.U.S., Strasbourg, 488 p., 2007
François Igersheim
p. 512
Référence(s) :

Le Minor (Jean-Marie), Laurent (Gérard), Vicente (Gilbert), Pabst (Jean-Yves), Ludes (Bertrand), dir., L’école impériale du Service de Santé militaire de Strasbourg (1856-1870), P.U.S., Strasbourg, 488 p., 2007

Texte intégral

1Trente auteurs pour ce somptueux ouvrage sur l’Ecole de santé qui avait honoré Strasbourg avant la guerre de 1870 – et constitué une garantie de survie pour sa Faculté de médecine !

2Fondé sur le travail du dernier sous-directeur de l’Ecole en 1870, J.-L. Rouis, Histoire de l’Ecole Impériale du service de Santé militaire, de 1898, cet ouvrage embrasse tous les aspects et toutes les personnalités qui ont marqué les 14 années strasbourgeoises de cette école. L’immeuble de la place de la cathédrale, un des rares exemples de la construction privée de haut de gamme affectée à la location privée entreprise par Gustave Klotz, est analysé avec précision : il sera reconverti en Ecole de Santé militaire. Parmi les personnalités évoquées, on appréciera particulièrement le rôle que joue le médecin général Michel Lévy, Strasbourgeois et l’une des personnalités les emblématiques de la réussite des israélites français au service de l’Etat sous le Second Empire, dans la fondation de cette école (+ J.-L. Rouis). Charles Sédillot fait également l’objet d’une étude approfondie par Franck Billmann, J.-M. Le Minor et L.-F. Hollender (p. 201 à 243). Mais des directeurs aux répétiteurs et aux « santards » personne n’est oublié. Le journal d’Alfred Symon de Villeneuve (p. 111 à 134), étudiant « santard » de 1857 à 1858 est particulièrement intéressant comme témoignage sur la vie strasbourgeoise de ces années. Objet tout particulier de son attention : les jeunes Strasbourgeoises, « à la croupe opulente, comme la poitrine… aux cheveux blonds et à la stature élevée », « blondes gretchen » « cordiales » et « de bon accueil » et « qui savaient si bien valser »… N’avaient-elles d’yeux que pour ces futurs médecins militaires ? Ah, le prestige de l’uniforme !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Le Minor (Jean-Marie), Laurent (Gérard), Vicente (Gilbert), Pabst (Jean-Yves), Ludes (Bertrand), dir., L’école impériale du Service de Santé militaire de Strasbourg (1856-1870) », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 512.

Référence électronique

François Igersheim, « Le Minor (Jean-Marie), Laurent (Gérard), Vicente (Gilbert), Pabst (Jean-Yves), Ludes (Bertrand), dir., L’école impériale du Service de Santé militaire de Strasbourg (1856-1870) », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/456

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page