Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Claerr-Stamm (Gabrielle), Les riches heures de l’abbaye de Lucelle au temps de Nicolas Delfis (1708-1751)

Société d’histoire du Sundgau, Riedisheim, 377 p., 2008
Claude Muller
p. 513-515
Référence(s) :

Claerr-Stamm (Gabrielle), Les riches heures de l’abbaye de Lucelle au temps de Nicolas Delfis (1708-1751), Société d’histoire du Sundgau, Riedisheim, 377 p., 2008

Texte intégral

1Le 20 novembre 1708, Nicolas Delfis est élu abbé cistercien de Lucelle, à l’âge de vingt-cinq ans seulement. Originaire de Vaufrey, au bord du Doubs, sur les terres de Montjoie, il va gouverner de main de fer, sans gant de velours, la plus importante abbaye d’Alsace (cinquante moines, six mille hectares), si l’on ne prend pas en compte Murbach. Pendant quarante-trois ans, ce « Louis XIV cistercien » parachève la construction des bâtiments abbatiaux, meuble l’église avec des chefs-d’œuvre baroques et un orgue somptueux, crée le parc et l’orangerie, après avoir fait sauter la montagne, parsème le Sundgau de prieurés imposants, véritables satellites de Lucelle, à Blotzheim, Lutterbach ou Schlierbach, ordonne l’érection de l’église de Phaffans et du somptueux maître-autel de saint Apollinaire, liste non limitative.

2Gabrielle Claerr-Stamm, non seulement dynamique présidente de la société d’histoire du Sundgau et tout récemment de la fédération des sociétés d’histoire d’Alsace, mais également historienne confirmée, nous ressuscite donc, en priorité, la figure d’un moine bâtisseur, importante figure de l’Alsace dans la première moitié du XVIIIe siècle. Sa présentation, sous-tendue par un dépouillement méticuleux et consciencieux des archives, est forcément induite par le monopole ou l’omniprésence des textes à caractère économique dans les fonds consultés. Une conclusion s’impose : Lucelle devance, plus qu’elle n’accompagne, la formidable période d’expansion et de construction que connaît l’Alsace au XVIIIe siècle.

3Consciente de ces archives en trompe l’œil, l’auteure s’est efforcée de contourner l’incontournable corollaire des documents conservés, à savoir le silence assourdissant de la prière, somme toute le fondement essentiel d’une vie de moine. Son mérite est grand d’avoir pu cerner l’action de Delfis au chapitre général de Cîteaux de 1738, un point essentiel de cet ouvrage. Pour le reste, l’abbé était-il en relations avec Salem et d’autres abbayes cisterciennes suisses ou allemandes ? L’étude des livres de prières de Lucelle, conservés à la bibliothèque municipale de Colmar, aurait peut-être aussi fourni quelques indications, de même que des sermons ou des actes de profession, conservés dans les archives notariales. Mais tout un chacun sait que cela exige un dépouillement fastidieux et harassant pour un résultat peu garanti.

4Ces dernières remarques n’enlèvent en rien le mérite de ce livre, appelé à devenir une référence incontournable de l’historiographie monastique alsacienne. Qu’il soit permis au signataire de ces lignes une réflexion que Gabrielle Claerr-Stamm n’a pas voulu formuler, par respect sans doute pour la prière des moines. Quand on voit la formidable volonté de Nicolas Delfis d’orner les lieux de cultes cisterciens de maîtres-autels, plus beaux les uns que les autres, n’est-il pas en contradiction avec l’austérité voulue et proclamée de saint Bernard ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Claerr-Stamm (Gabrielle), Les riches heures de l’abbaye de Lucelle au temps de Nicolas Delfis (1708-1751) », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 513-515.

Référence électronique

Claude Muller, « Claerr-Stamm (Gabrielle), Les riches heures de l’abbaye de Lucelle au temps de Nicolas Delfis (1708-1751) », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/464

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page