Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Sicard-Lenattier (Hélène), « La Grosse Catherine ». Vie et destin d’une servante alsacienne à Nancy, 1870-1950

sl, Editions Place Stanislas, 137 p., 2007
Nicolas Stoskopf
p. 515-516
Référence(s) :

Sicard-Lenattier (Hélène), « La Grosse Catherine ». Vie et destin d’une servante alsacienne à Nancy, 1870-1950, sl, Editions Place Stanislas, 137 p., 2007

Texte intégral

1Au départ, une chronique illustrée, Fragments de la Vie de la Bienheureuse Catherine d’Alsace Vierge non martyre, réalisé par le docteur Paul Haushalter (1860-1925), pédiatre à Nancy. Celui-ci porte sur Catherine Wendling, une domestique originaire de Brumath, employée de la famille Haushalter durant trois générations, un regard tendre, mais non dépourvu d’humour, qui marque bien la distance entre un grand professeur de médecine et une humble fille du peuple confite en dévotion. Accompagné d’une introduction pour présenter les acteurs et les resituer dans le contexte de l’époque, le propos serait resté sans doute un peu mince. D’où l’idée d’encadrer la reproduction du carnet du docteur Haushalter (40 pages en couleur au centre de l’ouvrage) par deux parties plus consistantes : la première, adoptant une démarche « en entonnoir », présente Nancy avant, pendant et après la guerre de 1870, ses entreprises, ses administrations, ses professions libérales, ses grands universitaires, pour terminer sur une biographie de Paul Haushalter. Hélène Sicard-Lenattier, auteur d’une thèse sur Les Alsaciens-Lorrains à Nancy, 1870-1914 (CR RA 130, 2004) est là parfaitement à son aise, mais de « La Grosse Catherine », objet supposé de l’ouvrage, il n’en est pas encore question… Il faut donc attendre la troisième partie, qui commence aux alentours de la page 100, pour que l’auteur s’y intéresse, sans pour autant mener les enquêtes nécessaires ou utiliser les bonnes références (comme par exemple, l’ouvrage pionnier de Jean Haubenestel) : ainsi, que penser de la description de Brumath en 1868, « simple village » avec « deux ou trois artisans, un épicier, un boulanger et un aubergiste », « la plupart (des habitants) vivant de l’agriculture », « une terre féconde », « quelques vaches apportant un complément de ressources », « des enfants heureux », des « bonheurs champêtres au caractère immuable » dont les migrants gardaient « un souvenir ébloui »… ? Faute d’éléments historiques précis, le récit oscille entre commentaire du document principal, suppositions mal étayées et, dans le meilleur des cas, digressions sur la vie nancéienne au début du XXe siècle. A l’arrivée, il faut malheureusement reconnaître que cet assemblage quelque peu hétéroclite ne correspond que partiellement au titre du livre et aux attentes du lecteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Stoskopf, « Sicard-Lenattier (Hélène), « La Grosse Catherine ». Vie et destin d’une servante alsacienne à Nancy, 1870-1950 », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 515-516.

Référence électronique

Nicolas Stoskopf, « Sicard-Lenattier (Hélène), « La Grosse Catherine ». Vie et destin d’une servante alsacienne à Nancy, 1870-1950 », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/468

Haut de page

Auteur

Nicolas Stoskopf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page