Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Xibaut (Bernard), Joseph Doré, La responsabilité d’un évêque

Mame, 2006, 396 p., relié, ISBN 10 : 2-7289-1194-0
François Uberfill
p. 520-522
Référence(s) :

Xibaut (Bernard), Joseph Doré, La responsabilité d’un évêque, Mame, 396 p., relié, ISBN 10 : 2-7289-1194-0, 2006

Texte intégral

1En Alsace, on avait pris l’habitude de voir nommer au siège épiscopal de Strasbourg des « Alsaciens expatriés ». Certes, en 1958 Mgr Elchinger avait fait exception. Mais il faut remonter au début du XIXe siècle avec Mgr Le Pappe de Trévern, un évêque d’Ancien Régime, pour trouver un prêtre originaire de vieille France monter sur le siège de saint Amand. Si Mgr Doré, originaire de la région nantaise, parlait couramment l’allemand et était souvent venu à Strasbourg travailler au Centre d’études œcuméniques, il connaissait « peu de choses de l’Alsace », ainsi qu’il aimait à le dire. Le livre que Bernard Xibaut qui exerce depuis 2003 les fonctions de chancelier à l’archevêché consacre à Mgr Doré est un livre-témoignage, celui d’un témoin privilégié de ce court, mais très riche épiscopat (novembre 1997 - juillet 2006). Il ne faut pas y rechercher de révélation ; par exemple rien n’est dit sur sa subite démission présentée au pape au cours de l’été 2006. B. Xibaut a écouté, observé, s’est bien documenté, et il rend compte fidèlement.

2De l’Alsace, Mgr Doré découvre d’abord à l’occasion de son ordination et de son intronisation à la cathédrale le régime concordataire. Il reprend l’habitude de ses prédécesseurs immédiats de célébrer autour du 14 juillet une messe pour la France, en l’inscrivant dans la tradition des célèbres homélies de Mgr Elchinger, mais en leur donnant une tournure moins incisive. A de nombreuses occasions, et systématiquement au cours de toutes les visites pastorales, il rencontre longuement les élus, les invite à un colloque pour célébrer l’anniversaire de la loi de 1905. Venu en Alsace, ainsi qu’il le confiait volontiers à son auditoire, « dans l’ignorance de la réalité concordataire », il s’est bien vite inculturé à ce régime si particulier au point de s’en faire le défenseur éloquent et déterminé. Théologien dans l’âme, il est parfaitement à l’aise dans le dialogue œcuménique où il rencontre des confrères de la Faculté de théologie protestante. Il entretient d’excellents rapports avec la communauté israélite et le Grand rabbin. Mais c’est dans sa relation avec l’Islam qu’il se montre le plus novateur. Au lendemain de la publication des conclusions de la commission Stasi, en mars 2004, il rend publique avec les deux présidents des Eglises de la Réforme une déclaration courageuse. Les trois responsables d’Eglises se disent favorables, sous certaines conditions, à l’extension à l’Islam de plusieurs dispositions du Concordat.

3Avec beaucoup de détermination, il s’attaque dès 1999, à l’issue d’une période de deux années de consultation et avec le concours des différents conseils au « réaménagement pastoral ». Le diocèse est divisé en 14 zones pastorales. Peu à peu, pour pallier le manque de prêtres, sont constituées puis officiellement reconnues les communautés de paroisses issues du regroupement de plusieurs paroisses. Ces transformations des structures s’accompagnent systématiquement de la promotion de responsables laïcs, des femmes pour la plus majeure partie. Ces réformes ont nécessité, en amont comme en aval, un important travail de terrain. C’est la raison qu’il avance tant auprès de Rome que du gouvernement français pour obtenir un poste de deuxième évêque auxiliaire. Le choix se portera sur un franciscain, en vertu d’une de ses maximes favorites « il faut toujours avoir un franciscain dans son équipe », en la personne de Jean-Pierre Grallet qui sera nommé évêque titulaire en mai 2007. Ces réformes ont-elles toujours été bien perçues par Rome ? On peut se poser la question.

4Si Mgr Doré n’a pas été un évêque bâtisseur, il a beaucoup « réaménagé » : le Grand Séminaire, la résidence épiscopale. Mais son nom restera attaché au « réaménagement du chœur de la cathédrale », pour mettre son architecture en conformité avec les exigences de la réforme liturgique de Vatican II. L’opération qui fut menée tambour battant, sans tenir compte des diverses oppositions suscitées par le projet consistait à supprimer l’élégante balustrade ajoutée au milieu du XIXe siècle par l’architecte G. Klotz et à prolonger le grand escalier. Il fallait que le chantier fût achevé pour la messe solennelle du 60e anniversaire de la Libération de Strasbourg, célébrée en présence du Premier Ministre ! Dans le même temps, le Mont Sainte-Odile fut réaménagé pour que ce haut lieu assume mieux sa vocation, l’accueil des pèlerins et sa dimension spirituelle. On regrettera en passant la transformation ratée de la grande salle des pèlerins chère aux randonneurs.

5On est frappé à la lecture du livre de B. Xibaut de l’impressionnant déploiement d’activités de l’archevêque. Car, outre sa charge pastorale, il rédige de nombreux ouvrages, articles et préfaces, coordonne des publications, participe à de nombreuses réunions de commissions de théologiens, garde la présidence de l’Académie pontificale Internationale des sciences religieuses, fait des tournées de conférences aux Etats-Unis et jusqu’en Amérique latine. L’évêque n’a pas chassé le théologien professionnel qu’il est resté. Comme le dit joliment l’auteur, « il arrivait à Mgr Doré de confondre son bréviaire avec son agenda ». Mais l’Alsace est son souci premier, il s’y enracine progressivement, en renonçant toutefois, contrairement à l’un de ses prédécesseurs, à en apprendre le dialecte. La coordination, puis la publication, peu après son départ de Strasbourg, du très bel ouvrage La grâce d’une Cathédrale en est une parfaite illustration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Uberfill, « Xibaut (Bernard), Joseph Doré, La responsabilité d’un évêque », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 520-522.

Référence électronique

François Uberfill, « Xibaut (Bernard), Joseph Doré, La responsabilité d’un évêque », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/476

Haut de page

Auteur

François Uberfill

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page