Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Les lieux et les hommes

Nonn (Henri), L’Alsace et ses territoires

Presses Universitaires de Strasbourg, 576 p., 2008
Raymond Woessner
p. 523-524
Référence(s) :

Nonn (Henri), L’Alsace et ses territoires, Presses Universitaires de Strasbourg, 576 p., 2008

Texte intégral

1La plus petite des régions de l’Hexagone a suscité des réflexions originales il y a plusieurs décennies déjà, en particulier à Strasbourg avec Michel Rochefort et Etienne Juillard. Henri Nonn comptait dans ce groupe, et aujourd’hui sa nouvelle livraison fait autant le point sur la géographie régionale que sur l’Alsace elle-même.

2L’auteur pose un principe : en tant que « cellule rhénane », l’Alsace constitue une région dont la cohérence est due à sa qualité de territoire, lui-même divisé en territoires seconds et même en leur sein des « cellules de cohésion sociale » inscrites dans le temps long. Elles se fondent sur des sentiments d’appartenance où le terroir voire l’écofaciès ne sont jamais loin, mais elles s’assemblent également en fonction de zones d’influence urbaine hiérarchisées et sur des réseaux localisés. Cet héritage se recompose par la métropolisation de l’économie, la périurbanisation, les flux migratoires de plus en plus étalés au quotidien et l’installation de populations et d’entreprises allochtones. Mais aidé par de robustes armatures urbaines, de transport, et politico-administratives, le profil territorialisé traditionnel de l’Alsace semble vouloir résister.

3Pour établir sa démonstration, l’auteur balaie les théories géographiques, économiques et institutionnelles jusqu’à leurs développements les plus récents, avec une ouverture notable vers les champs de l’économie et de la prospective (première partie). Il explique les territoires métropolitains et métropolisés (deuxième partie) avant de s’intéresser aux villes moyennes et à leurs capacités de structuration socio-spatiales (troisième partie), ainsi qu’aux territoires spécifiques expliqués par l’industrie, l’agriculture et la frontière (quatrième partie). Il synthétise les données avec l’évocation de l’originalité alsacienne (cinquième partie).

4Ainsi, Strasbourg est une capitale régionale puissante, une ville européenne, mais ses fonctions internationales sont d’abord celles d’une « métropole généraliste ». Son développement passe par ses « capacités résiliaires » plus que par ses « pouvoirs de commandement » ; en particulier, le cadre transfrontalier est encore embryonnaire. Au contraire, Bâle intègre cette dimension et se positionne pleinement en tant que « petite ville-monde ». Quant à Mulhouse, sortie du jeu métropolitain par la crise de son industrie, elle ne peut se repositionner qu’à travers des articulations à plusieurs échelles.

5« L’intimité fusionnelle » entre les villes moyennes et leur zone d’influence rurale est malmenée par les évolutions contemporaines. En terme de centralité, les services traditionnels et l’industrie sont supplantés par des domaines comme la formation, la santé et la culture, ainsi que par les capacités d’intermédiation. Lorsqu’il s’agit de villes moyennes-petites, des binômes urbains peuvent se hisser à un niveau supérieur.

6Les micro-régions industrielles semblent paradoxales : malgré le déclin de leurs entreprises, elles restent arrimées à leur identité. Dans le monde agricole, plusieurs « bastions » résistent, forts de leurs activités et de leurs paysages, prêts à composer avec la ville proche, alors que les territoires qui en sont éloignés voient leur structuration historique se déliter et leurs capacités d’organisation s’amoindrir.

7Au total, le « territoire-Alsace » se caractérise par une forte imbrication multiscalaire, tant dans les représentations que dans les pratiques. Son identité perdure dans une « structure vivante » surdéterminée dans certains champs par des ensembles plus vastes. Pour résumer un peu abruptement la pensée de H. Nonn, le polycentrisme alsacien est de nature fractale, puisque dans le Rhin supérieur les territoires urbains sont tous en synergie, à différents niveaux scalaires, avec deux réserves : des forces centrifuges nuisent à la cohésion sociale et elles distinguent l’économie bas-rhinoise de celle du Haut-Rhin.

8L’ouvrage constitue une insurpassable mine d’informations, accumulées, triées et mises en perspective par l’auteur depuis des dizaines d’années. De nombreux croquis et cartes, d’hier et d’aujourd’hui, avec ceux en couleur de Jean-Patrick Jouhaud ainsi que du Conseil régional, confortent le discours. L’Alsace apparaît dans son unicité et sa diversité, dans ses attentes comme dans ses fragilités, et en tant qu’ancienne marche frontalière devenant une région interface.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond Woessner, « Nonn (Henri), L’Alsace et ses territoires », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 523-524.

Référence électronique

Raymond Woessner, « Nonn (Henri), L’Alsace et ses territoires », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/481

Haut de page

Auteur

Raymond Woessner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page