Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

Doré (Mgr Joseph), (dir.), Strasbourg la grâce d’une cathédrale

Strasbourg, La Nuée bleue / DNA, 2007
Jean-Luc Eichenlaub
p. 528-532
Référence(s) :

Doré (Mgr Joseph), (dir.), Strasbourg la grâce d’une cathédrale, Strasbourg, La Nuée bleue / DNA, 2007

Texte intégral

1Même si les limites actuelles du diocèse de Strasbourg ne datent que du début du XIXe siècle, la cathédrale de Strasbourg occupe une place particulière dans le cœur des Alsaciens. Et l’ouvrage monumental – 510 pages, 600 illustrations, 1028 notes (à la fin) – auquel ont contribué 23 auteurs sous la direction de Mgr Doré et de ses trois « chefs de partie » (F. Rapp, B. Jordan, J. Musser) est exceptionnel ; la liste des auteurs avec une courte biographie se trouve p. 506-507.

2Construit en trois parties inégales – la construction (100 p.), les trésors architecturaux et artistiques (218 p.), la vie religieuse (144 p.) – il ambitionne de donner au lecteur une vision globale de l’édifice sans jamais oublier ce pourquoi il a été construit « proclamation gratuite de la gloire de Dieu » (p. 11). Ce n’est donc pas qu’un beau livre d’histoire de l’art, le corps (le monument) ne pouvant être sans l’âme (la religion).

3Ce n’est pas non plus une succession de monographies ; il est possible cependant de l’utiliser comme tel, chaque chapitre ayant son indépendance.

4La première partie « Un chantier de mille ans. Histoire de la construction de la cathédrale » traite de la construction, de l’entretien et des aménagements du bâtiment du moyen âge à nos jours. Après une introduction de Francis Rapp elle contient une contribution de Jean-Philippe Meyer « De l’ère préromane à la reconstruction du transept (du IVe au début du XIIIe siècle) » où sont présentées les hypothèses sur les églises disparues, avant la cathédrale actuelle. Puis vient un texte de Marie-José Nohlen sur la construction de la cathédrale gothique (XIVe-XVe siècle) ; le rôle de l’œuvre Notre-Dame en quelque sorte fabrique de l’église qui joue un rôle capital à partir de 1290 est bien souligné ; l’organisation du chantier avec les différents corps de métier est bien analysée. Aux pages 54 et 55 douze plans et élévations donnent à voir les étapes de la construction de la cathédrale du début du XIIIe siècle à 1439 (achèvement de la flèche). Il ne faut enfin jamais oublier que c’est grâce aux dons de nombreux fidèles que l’édifice a pu être construit ; c’est également bien rappelé.

5Francis Rapp traite lui du chantier à l’époque de la Réforme (1530-1681), et avec Louis Châtellier de la cathédrale à l’heure française (1681-1789). C’est l’occasion de prendre en compte les transformations imposées par la Réformation et de présenter les embellissements du XVIIIe siècle. Enfin Sabine Bengel présente les travaux de 1789 à nos jours (« De la Révolution à nos jours destructions, usures et restaurations ») en faisant la part qui lui est due à Gustave Klotz (1810-1880) architecte de l’œuvre Notre-Dame de 1837 à 1880. Elle rappelle aussi que la cathédrale est classée Monument Historique en 1862 et inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 1988.

6Bernard Xibaut conclut cette partie par quelques pages au titre bien choisi : « Un chantier jamais achevé ».

7La deuxième partie, la plus longue, « La beauté de la cathédrale. Architecture, sculptures, vitraux, mobilier et objets cultuels » est introduite par Benoît Jordan et Roger Lehni, qui sont proches de la conclusion de la première partie : « Un monument en constante évolution ».

8Suivant la chronologie sont successivement présentés et détaillés le chœur et le transept, la nef et le massif occidental. Jean-Philippe Meyer traite du chœur et du transept, soit des débuts. Benoît Jordan et Roger Lehni présentent la nef construite après l’achèvement du transept (1235-1240) et ses sculptures et la façade du transept sud avec les statues de la Synagogue et de l’Eglise, et aussi le massif occidental, construit entre 1275 et 1390. Les mêmes auteurs traitent du narthex, de la rose, de la façade occidentale et latérale et détaillent les sculptures du portail. Ils présentent aussi la tour et sa flèche qui culmine à 142 m, la plus haute de la chrétienté (1439) et les portes de bronze de 1879.

9Des articles plus courts sur certaines parties suivent : Philippe Lorentz sur la chapelle Sainte-Catherine (1340-1349) fondation de l’évêque Berthold de Bucheck destinée à abriter son tombeau, remarquable par ses statues et ses vitraux ; Cécile Dupeux sur le portail Saint-Laurent (1494-1505) : Benoît Jordan et Roger Lehni sur l’actuelle chapelle Saint-Laurent ancienne chapelle Saint-Martin (1515-1520) fondée par l’évêque Guillaume de Honstein. Les mêmes traitent aussi de la sacristie, de la salle des archives, du vestibule Nord.

10Françoise Gatouillat présente les vitraux, enluminure de la cathédrale ; vitraux romans, gothiques surtout, transformations du XIXe siècle (installation des vitraux des Dominicains chapelle Saint-Laurent), et restaurations du XXe siècle, le tout abondamment illustré de reproductions en couleurs. Benoît Jordan et Roger Lehni consacrent ensuite quelques pages aux sépultures (tombeaux des évêques, monuments des chanoines, tombeaux de clercs et sépultures de laïcs), aux peintures murales, particulièrement une Nativité des environs de 1500, et surtout au mobilier.

11Les fonts baptismaux (1453), la chaire de Hans Hammer (1485), le Mont des Oliviers (1498) sont bien connus mais leur étude prend aussi en compte le mobilier des XVIIIe et XIXe siècles.

12La cathédrale de Strasbourg compte trois orgues : les grandes orgues, l’orgue de chœur, l’orgue de la crypte. Pascal Reber insiste sur les grandes orgues implantées dans l’avant dernière travée de la nef (flanc nord) ; refaites par Silbermann en 1716, restaurées par Alfred Kern en 1981.

13L’une des « curiosités » de la cathédrale de Strasbourg est son horloge astronomique conçue par Dasypodius, réalisée par les frères Habrecht (1574), avec des peintures de Tobias Stimmer. Benoît Jordan et Roger Lehni rappellent qu’elle a fonctionné jusqu’en 1788 ; Schwilgué l’a reprise en 1842. Les tapisseries magnifiques sont sans doute moins célèbres, datant du XVIIIe siècle la Vie de la Vierge et les verdures d’Aubusson méritent cependant d’être connues comme le souligne Dominique  Toursel-Harster.

14Une église, spécialement une cathédrale, a des cloches et un trésor, qui font comme le reste de ce qui précède sa beauté « Tota pulchra est » dit Bernard Xibaut dans sa conclusion de cette partie. « Les cloches : la voix de la cathédrale » sont détaillées par Olivier Tarozzi, spécialement les douze qui constituent la sonnerie actuelle. Quant au trésor ce sont Emmanuel Fritsch et Benoît Jordan qui nous y introduisent, donnant à voir de très beaux spécimens d’orfèvrerie strasbourgeoise des XVIIIe, XIXe et XXe siècles, quelques crosses et des ornements liturgiques.

15La troisième partie « Vivante cathédrale. La vie religieuse au fil des siècles » est introduite par Joseph Musser « Une année à la cathédrale ». C’est sans doute la plus originale de l’ouvrage, dans la mesure où l’on a trop souvent tendance face à un édifice à prendre en compte sa construction et ce qu’il contient comme objets oubliant un peu vite comment on y a vécu (et prenant parfois les choses à l’envers : à l’origine se trouve le culte non l’édifice).

16La progression est d’abord chronologique. Francis Rapp intitule son chapitre « Moyen Age la cathédrale dans la cité » ; il présente en particulier le grand prédicateur qu’a été Geiler de Kaysersberg. Dans « XVIe-XVIIe siècles, la cathédrale et la Réforme » Marc Lienhard insiste sur une importante spécificité de la cathédrale de Strasbourg lieu de culte protestant de 1524 environ à 1681. Il présente quelques membres éminents du corps pastoral comme Bucer, Zell, Marbach et Pappus.

17Louis Châtellier puis Claude Muller se penchent ensuite sur le XVIIIe siècle, spécialement sur les Rohan bien sûr. Quant à René Epp, il s’interroge sur les rapports entre les évêques et leur cathédrale de 1789 à nos jours. Il consacre des développements plus longs à Mgr Raess (1842-1887), Mgr Ruch (1919-1945), Mgr Weber (1945-1967), Mgr Elchinger (1967-1984), Mgr Brand (1984-1997), Mgr Doré (1997-2007) et Mgr Grallet, 105e évêque de Strasbourg. La liste des évêques « post-révolutionnaires », de leurs auxiliaires et coadjuteurs figure page 418.

18Bernard Xibaut présente quant à lui les chanoines, le grand chœur de la cathédrale. Puis il se penche après Francis Rapp sur la paroisse de la cathédrale, paroisse dans la cathédrale. Après un article de Claude Muller sur les prédicateurs depuis le XVIIIe siècle, on en trouve un de Gérard Grasser sur la musique, en fait sur le chant et la musique, qui occupent une place très importante en Alsace.

19Les 27 confréries qui ont été à la cathédrale sont elles présentées par Louis Schlaefli, de manière fort documentée.

20Enfin Jean-Paul Lingelser, président des Amis de la cathédrale, rappelle l’histoire de cette association centenaire (fondée en 1902) qui s’est donné une double mission : faire des recherches approfondies, spécialement dans les archives, recherches publiées dans un Bulletin à la parution régulière ; trouver un financement pour l’entretien ou les travaux à réaliser à la cathédrale. Deux de ses prédécesseurs ont accompli une action remarquable : l’abbé Joseph Walter (président de 1933 à 1952) et François Joseph Fuchs (président de 1975 à 1994). Le même auteur rappelle enfin (« Une dimension européenne millénaire ») la déclaration pontificale du 11 octobre 1988 au moment où le diocèse devient archevêché : « Il appartient à cette Eglise locale de jouer toujours mieux son rôle dans la construction spirituelle de l’Europe ». La cathédrale de Strasbourg cathédrale de l’Europe ?

21Mais aussi lieu de conférences, de concerts, de manifestations plus larges que les célébrations et monument qui accueille trois millions de visiteurs par an.

22Ce n’est cependant pas à eux que ce livre, qui n’est pas un guide, est d’abord destiné, mais aux fidèles. Malgré son prix, qui peut être un frein mais que l’on comprend, c’est un très beau livre, un monument lui aussi, qui durera.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Eichenlaub, « Doré (Mgr Joseph), (dir.), Strasbourg la grâce d’une cathédrale », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 528-532.

Référence électronique

Jean-Luc Eichenlaub, « Doré (Mgr Joseph), (dir.), Strasbourg la grâce d’une cathédrale », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/490

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Eichenlaub

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page