Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

De Lannoy (Isabelle), J.-J. Henner, Catalogue raisonné

Volume 1, 400 pages, Volume 2, 382 pages, 2008
Gabrielle Claerr-Stamm
p. 537-539
Référence(s) :

De Lannoy (Isabelle), J.-J. Henner, Catalogue raisonné, Volume 1, 400 pages, Volume 2, 382 pages, 2008

Texte intégral

1Né à Bernwiller, dans le Sundgau, le 5 mars 1829, Jean-Jacques Henner est le sixième et dernier enfant d’une famille paysanne. Elève au collège d’Altkirch de 1841 à 1843, Charles Goutzwiller lui donne ses premières leçons de dessin. De 1844 à 1846, il fréquente l’atelier de Gabriel Guérin à Strasbourg (son premier portrait daté est de cette époque). Après le décès de Guérin en 1846, il part à Paris et rejoint l’atelier de Michel Martin Drolling puis de François-Edouard Picot. Une subvention du Conseil général du Haut-Rhin lui permet de poursuivre ses études à Paris où il est admis à l’Ecole des Beaux-Arts. Cette subvention sera renouvelée jusqu’en 1854. Henner alterne ses séjours en Alsace où il se fait connaître par ses portraits et scènes religieuses, avec Paris où il tente le Grand Prix de Rome de peinture.

2En 1858, à la troisième tentative, il est reçu au Grand Prix de Rome avec sa toile « Adam et Eve découvrant le corps d’Abel mort ». De 1859 à 1864 il séjourne à la Villa Médicis à Rome et envoie chaque année de ses œuvres en France. En 1864, il est de retour à Paris et installe son atelier Place Pigalle (1867) quartier qu’il ne quittera plus jusqu’à sa mort. Il expose en 1867 à l’Exposition Universelle à Paris. Après 1870, ses séjours en Alsace ne seront plus que d’un mois en été. En 1871, il réalise « L’Alsace, elle attend » allusion directe à la perte de l’Alsace-Lorraine et au désir de revanche. Membre du Jury du Salon, il est fait chevalier de la légion d’honneur en 1873 (officier en 1878, commandeur en 1898). Membre de la Société des Artistes français qui organise désormais le Salon, J.-J. Henner voyage beaucoup et répond à des commandes jusqu’à New York.

3Elu membre de l’Institut en 1889, Jean-Jacques Henner mène une carrière parisienne prestigieuse sous le Second Empire et la IIIe République. A partir de 1893, ses séjours dans le Sundgau se prolongent à nouveau. Ce peintre, qui a reçu un enseignement traditionnel et expose au Salon de 1863 à 1903, est un peu à part dans l’art du XIXe siècle. Ni académique, ni symboliste, ni impressionniste, il produit des œuvres personnelles et son origine alsacienne, en cette fin du XIXe siècle, a sans doute contribué à donner la poésie et la nostalgie qui caractérisent les nus idylliques et les têtes de fantaisie qui ont fait sa célébrité. Son œuvre comprend aussi des scènes religieuses, des portraits, des paysages et des natures mortes. Elevé à la dignité de Grand officier de la Légion d’honneur en 1903, il décède le 23 juillet 1905 à Paris et est enterré au cimetière Montmartre.

4Malgré sa présence dans les ventes publiques, son œuvre reste très mal connu : ainsi sur les 1 500 adjudications depuis 1900 un tiers seulement est authentique. La publication du catalogue raisonné, c’est-à-dire du catalogue complet et chronologique, s’imposait. Le grand nombre d’œuvres s’explique par les répliques et les variantes commandées par les marchands et les collectionneurs de l’époque. Après avoir fait un tri parmi les copies et les faux, Isabelle de Lannoy présente dans ce catalogue les originaux en rassemblant autour d’une même œuvre ses études, ses répliques et ses variantes.

5Composé de deux volumes brochés (31 x 23 cm) de 400 pages chacun, le catalogue totalise 1 850 peintures et 1 500 illustrations. Ce grand nombre s’explique par les répliques et les variantes commandées par les marchands et les collectionneurs de l’époque. Le catalogue présente les originaux de façon chronologique, en rassemblant autour d’une même œuvre ses études, ses répliques et ses variantes. Après une chronologie de la vie de l’artiste et une introduction sur sa carrière, le premier volume rassemble les œuvres de la jeunesse de Jean-Jacques Henner en Alsace et à Paris (1845-1858), celles de son séjour en Italie après le Prix de Rome (1859-1864) et une première partie des œuvres de sa carrière officielle à Paris (1864-1880).

6Le deuxième volume comprend la suite des œuvres de la carrière officielle à Paris (1880-1905) et celles « hors catalogue » ajoutées après la clôture de la numérotation raisonnée. Le catalogue raisonné est suivi d’annexes sur les signatures, les « Têtes de fantaisie » et les gravures et un chapitre sur les musées français et étrangers possédant des œuvres de Henner. La moitié des œuvres répertoriées sont conservées dans une centaine de musées en France et à l’étranger et dans autant de collections privées. Le reste, non localisé, circule dans le marché de l’art international ou ne figure que par une mention dans les archives du peintre. En fin de catalogue figurent une liste des expositions, une bibliographie et un index.

7L’auteur de ce catalogue raisonné, Isabelle de Lannoy met depuis plus de trente ans, sa compétence et son enthousiasme au service de la connaissance de l’œuvre de Jean-Jacques Henner. Après sa thèse à l’Ecole du Louvre (1986), elle a publié en 1990, le Catalogue des peintures du musée national Jean-Jacques Henner, réédité en 2003, ainsi que de nombreux articles et textes pour des catalogues d’exposition. Présidente du Conseil d’administration du musée depuis 2005, elle contribue très activement à son rayonnement. Il lui a fallu dix années pour constituer ce catalogue qui n’aurait jamais pu voir le jour sans la générosité des sponsors et des souscripteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Claerr-Stamm, « De Lannoy (Isabelle), J.-J. Henner, Catalogue raisonné », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 537-539.

Référence électronique

Gabrielle Claerr-Stamm, « De Lannoy (Isabelle), J.-J. Henner, Catalogue raisonné », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://alsace.revues.org/498

Haut de page

Auteur

Gabrielle Claerr-Stamm

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page