Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

Klein (Arnaud), Les Usines Municipales de Colmar, 1845-1945, Histoire d’une aventure industrielle, préface de Bernard Vogler

Colmar, Editions Calleva, 206 p., 2e édition 2007
Nicolas Stoskopf
p. 540-541
Référence(s) :

Klein (Arnaud), Les Usines Municipales de Colmar, 1845-1945, Histoire d’une aventure industrielle, préface de Bernard Vogler, Colmar, Editions Calleva, 2e édition, 206 p., 2007

Texte intégral

1Voilà un mémoire de maîtrise, réalisé sous la direction de Michel Hau, qui est devenu un excellent ouvrage d’histoire industrielle. Arnaud Klein a exploité un fonds des Archives municipales de Colmar – qui pourrait d’ailleurs être davantage présenté, ne serait-ce qu’en une page – pour retracer l’histoire, entre 1845 et 1945, de la production et de la distribution de gaz, d’eau et d’électricité, ainsi que de l’exploitation du tramway, à Colmar. Ce qui fait l’originalité de ces activités, c’est leur organisation en régie municipale, une première en France destinée à faire école. Tout commença par la concession en 1844-1845 de l’éclairage publique au gaz à une entreprise privée qui fit faillite dès 1847. En mai 1848, la Ville prit en charge la gestion de l’usine à gaz. L’opposition du gouvernement l’obligea à utiliser un subterfuge provisoire et il fallut attendre 1861 pour que la régie municipale soit officiellement autorisée. Par le récit des mandats des directeurs successifs, l’auteur décrit avec précision le fonctionnement de la régie et les difficultés pouvant naître entre un ingénieur directeur conscient des nécessités du service et un conseil municipal parfois peu enclin à de lourdes dépenses. En 1926, le refus de sa part de concéder à la ville de Sélestat un tarif préférentiel fit échouer un ambitieux projet d’extension qui aurait fait de Colmar le grand centre de distribution de gaz de la Moyenne Alsace. Dès lors, le rayon d’action de l’usine à gaz de Colmar ne réussit pas à dépasser la ville elle-même et quelques communes suburbaines. Après le gaz, ce fut au tour de l’eau, à partir du début des années 1880, puis de l’électricité, en 1902 seulement après un débat acharné entre partisans du gaz et de l’électricité : une fois encore, souligne l’auteur, la ville eut tendance à freiner et fit de surcroît le mauvais choix du courant continu qui condamnait à terme la centrale thermique de Colmar, fermée en 1939. Le tramway, inauguré en 1902, connut également bien des vicissitudes.

2Chacun de ces thèmes est traité chronologiquement de façon très consciencieuse, précise et méthodique. Malgré le titre de l’ouvrage, l’auteur n’oublie pas de consacrer à chaque fois quelques pages à l’après 1945, permettant ainsi de comprendre comment les Usines municipales de Colmar, ainsi nommées depuis 1918, se sont adaptées et transformées pour finalement donner naissance depuis les années 1990 à plusieurs entreprises (Vialis, Colmarienne des eaux, STUCE) au service des Colmariens. Ces compléments contribuent à faire de cet ouvrage un livre utile tandis qu’une illustration de qualité le rend de surcroît plaisant à parcourir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Stoskopf, « Klein (Arnaud), Les Usines Municipales de Colmar, 1845-1945, Histoire d’une aventure industrielle, préface de Bernard Vogler », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 540-541.

Référence électronique

Nicolas Stoskopf, « Klein (Arnaud), Les Usines Municipales de Colmar, 1845-1945, Histoire d’une aventure industrielle, préface de Bernard Vogler », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://alsace.revues.org/505

Haut de page

Auteur

Nicolas Stoskopf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page