Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

Winnlen (Jean-Charles), Kullmann & Cie, des hommes, des usines, une empreinte sociale, préface de Michel Hau

Mulhouse, JM Editions, 2008
Nicolas Stoskopf
p. 541-542
Référence(s) :

Winnlen (Jean-Charles), Kullmann & Cie, des hommes, des usines, une empreinte sociale, préface de Michel Hau, Mulhouse, JM Editions, 2008

Texte intégral

1Jean-Charles Winnlen signe avec cet ouvrage une histoire d’entreprise exemplaire qui devrait être un modèle pour d’autres chercheurs, étudiants ou non, tentés par une enquête sur une des nombreuses entreprises qui ont marqué l’histoire économique et sociale de l’Alsace et qui attendent encore leur historien. Bien que Kullmann & Cie n’ait pas laissé de fonds d’archives propre, l’auteur a su mobiliser des ressources dispersées, au premier chef les archives de l’Enregistrement (série 3Q des Archives départementales du Haut-Rhin) et les actes notariés, mais aussi la presse, des mémoires inédits, des témoignages familiaux, etc pour brosser en quatre chapitres un portrait détaillé et précis d’une société dont le nom est un peu oublié, mais qui a connu son heure de gloire à une époque encore mal connue, celle des années 1880-1910.

2Bien qu’installés à Mulhouse depuis la seconde moitié du XVIIe siècle, les Kullmann ne participèrent pas à l’aventure des indiennes, s’expatrièrent même dans le Jura bernois sous la Révolution et ne revinrent à Mulhouse que vers 1838-1839 : Pierre Kullmann (1801-1869) fit fortune comme négociant-commissionnaire à Amsterdam d’abord, à Mulhouse ensuite. Ses enfants conclurent des alliances matrimoniales qui en disent long sur l’ascension sociale soudaine de la famille. La liste des beaux-pères est en soi impressionnante : André Baumgartner, Pierre-Frédéric Laederich, Fritz, Alfred et Isaac Koechlin et Gustave Dollfus. Ce dernier donna sa fille à Paul Kullmann (1850-1929), benjamin des enfants de Pierre et responsable de l’orientation industrielle prise à partir de 1880 par la société familiale. Celle-ci réalisa sa conversion par la transformation en 1880 d’une créance en achat d’un tissage, rue Koechlin à Mulhouse. Ce fut le point de départ de la constitution en une vingtaine d’années d’un empire industriel, comprenant la prise de contrôle, entre 1885 et 1896, du tissage de Wildenstein, la construction dans les années 1890 de deux nouvelles usines à Wittenheim et à Arches (Vosges), la prise à bail de la filature de la Porte du Miroir, à Mulhouse, en 1901, la reprise d’un tissage à Bar-le-Duc également en 1901, enfin celle du tissage du Kattenbach, à Thann, en 1919.

3Après ces deux premiers chapitres très documentés consacrés aux « hommes » et aux « usines », l’un, biographique et généalogique, l’autre prenant la forme d’une succession de monographies d’établissements, on attend l’auteur, qui se présente lui-même comme petit-fils et fils d’ouvriers tisseurs et fileurs chez Kullmann & Cie, au tournant du troisième chapitre sur les « aspects sociaux », « tout témoignage direct, émanant d’un salarié de Kullmann, faisant défaut ». De fait, c’est le chapitre le plus court, mais il permet néanmoins d’apporter des informations utiles (et bien référencées) sur les revendications ouvrières à la fin du XIXe siècle, les luttes sociales et la construction des logements ouvriers. L’ouvrage se termine par « la mort lente du textile cotonnier » que l’auteur fait remonter à juste titre en Alsace à la Grande Guerre. Pour les Kullmann, s’ajouta l’absence de descendance capable d’assurer la succession. La société fut vendue en 1920 aux frères Boussac dont les manœuvres provoquèrent un long contentieux judiciaire. Les établissements furent fermés les uns après les autres à partir des années 1930 à l’exception du tissage d’Arches.

4Si on regrette l’absence de véritables introductions et conclusions au livre comme à ses différentes parties, symptôme d’un certain manque de recul par rapport aux sources, l’ouvrage n’en est pas moins rédigé de façon très claire et contribue de façon efficace à l’histoire de l’industrie textile alsacienne, sur laquelle, répétons-le, il y a encore beaucoup de travail à faire !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Stoskopf, « Winnlen (Jean-Charles), Kullmann & Cie, des hommes, des usines, une empreinte sociale, préface de Michel Hau », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 541-542.

Référence électronique

Nicolas Stoskopf, « Winnlen (Jean-Charles), Kullmann & Cie, des hommes, des usines, une empreinte sociale, préface de Michel Hau », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/507

Haut de page

Auteur

Nicolas Stoskopf

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page