Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Estadieu (Jean-Baptiste), L’Unabhangige Landespartei für Elsass-Lothringen, De la défense de l’autonomie alsacienne à celle de la Gleichschaltung hitlérienne. (1927-1939)

240 p. Chantiers historiques en Alsace N° 9. 2008-2009. Publication electronique : http://www-umb.u-strasbg.fr/alsace.html
Frédéric Kurtz
p. 549-550
Référence(s) :

Estadieu (Jean-Baptiste), L’Unabhangige Landespartei für Elsass-Lothringen, De la défense de l’autonomie alsacienne à celle de la Gleichschaltung hitlérienne. (1927-1939), 240 p. Chantiers historiques en Alsace N° 9. 2008-2009. Publication electronique : http://www-umb.u-strasbg.fr/alsace.html, 2009

Texte intégral

1En 2006, Jean-Baptiste Estadieu soutenait le premier volet d’une recherche sur les « extrêmes droites alsaciennes entre les deux guerres ». Son mémoire de Master vient d’être publié par « les Chantiers historiques en Alsace ». L’Association Jean-Daniel Schoepflin et l’Institut d’histoire d’Alsace ont donc choisi la migration vers la publication sur internet pour résoudre les difficultés de plus en plus évidentes de la publication sur papier. Ils se refusent à laisser sous le boisseau des recherches historiques de valeur qui méritent d’être connues du grand public, qui maîtrisera de mieux en mieux la technique de la consultation d’ouvrages sur internet.

2On disposait jusqu’à présent de quelques études partielles sur les « nazis » alsaciens d’avant guerre. Tout d’abord l’ouvrage de Pierri Zind « L’Alsace, nation interdite », fort bien informé, mais tout à fait engagé et ne publiant aucune des sources qu’il avait consulté et qu’on ne pouvait de ce point de vue guère qualifier de livre d’histoire. De l’autre côté de l’Atlantique, Bankwitz avait publié des études sur les personnalités autonomistes, traduits par Saisons d’Alsace. Samuel Goodfellow avait soutenu une thèse titrée Fascism in Alsace, 1918-1945, à l’Université de l’Indiana en 1992 publiée sous le titre Between the Swastika and the cross of Lorraine, Fascisms in interwar Alsace, Northern Illinois University Press, 1999. Mais il n’y avait pas encore eu de monographie complète et exhaustive consacrée au principal des partis autonomistes, plus tard nazis de l’Alsace de l’entre deux guerres.

3Jean-Baptiste Estadieu vient donc de combler cette lacune, dans une étude fondée sur les documents d’archives et sur la presse alsacienne. En 1927, 2 ans près la publication du manifeste du Heimatbund, un certain nombre de ses signataires fondent le parti autonomiste l’Unabhängige Landespartei für Elsass-Lothringen : journalistes, professeurs, avocats. A Noël 1927 il est la cible principale des perquisitions de la police, et compte le plus grand nombre d’inculpés du procès de Colmar de mai 1928, initiative qui se termine à la confusion de l’accusation. Les autonomistes recrutent parmi les jeunes, étudiants, artisans, professions libérales, petits fonctionnaires du statut local, souvent anciens combattants de l’armée allemande, un public qui a vu ses espérances de carrière déçues par le retour à la France. Si le nombre d’adhérents ne semble pas avoir jamais dépassé les 3 000, les tirages des deux journaux autonomistes sont plus importants. En 1939, l’Elssas-Lothringer Zeitung ou ELZ (de l’Unabhängiges Landespartei de Roos et Schall) a 3 000 lecteurs et le Freivolk de la Jungmannschaft (Bickler) 4 000. L’electorat est majoritairement « bas-rhinois, rural et protestant », mais le parti compte des catholiques, comme ses leaders Charles Roos ou encore René Hauss. Il faut compter avec lui sur le plan électoral : il remporte quatre sièges aux cantonales de 1928, à Brumath (Koessler), Seltz (Hauss), Soultz sous Forets (C.-P. Heil). En 1931, Charles Roos est élu à Strasbourg-Est, canton populaire et ouvrier, grâce à l’appui au second tour du Parti Communiste Opposition (PCO). Bref, les autonomistes ont un électorat dont on peut avoir besoin pour remporter les seconds tours. Après le retour décidé par l’Assemblée nationale en 1926 au scrutin d’arrondissement, c’est à cette stratégie que se rallie l’aile populiste (Keppi, Gromer) de l’UPR qui a fait ses comptes. L’UPR accepte donc une alliance avec les autonomistes (et les progressistes de Dahlet), mais aussi avec les communistes, qui remportent la mairie de Strasbourg en 1929 : c’est ce qu’on appelera « le Volksfront ». Elle passe avec eux, après les cantonales de 1929, un accord de travail (Arbeitsgemeinschaft) au Conseil général du Bas-Rhin. Mais l’arrivée au pouvoir d’Hitler en 1933 change la donne. L’UPR mais aussi les progressistes sont de plus en plus réticents, devant la séduction de plus en plus évidente qu’exerce le national-socialisme sur les autonomistes de la Landespartei. D’autant qu’une dissidence se renforce de jour en jour, celle de la Jungmannschaft de Hermann Bickler, nazi alsacien dès avant 1933 et qui adopte méthodes et idéologie nazies de façon de moins en moins masquée. Les communistes d’opposition qui se nomment à présent « Arbeiter und Bauernpartei » connaissent une dérive de ce type. L’alliance électorale de la Landespartei lui a rapporté siéges et fonds. En 1936, Hueber maire de Strasbourg de 1929 à 1935 et Mourer, député de Strasbourg depuis 1928, sont réélus. En 1939, la fusion entre leurs partis est chose faite. Depuis septembre 1938, Roos est qualifié de Henlein alsacien ; il n’est pas le seul. Mais il est arrêté en février 1939 pour espionnage et sera condamné à mort puis fusillé. Partis et journaux autonomistes sont interdits à l’été 1939 et les dirigeants internés dès la déclaration de guerre. Lorsque la défaite de la France entraine l’annexion de fait de l’Alsace à l’Allemagne, ces autonomistes auront oublié « l’autonomisme » et seront des exécutants fidèles de la politique national-socialiste.

4Etude approfondie, qui ne néglige pas l’implantation électorale de la LP, c’est à dire le soutien dont il pouvait disposer dans la population et qui lui a permis de remporter des succès incontestables. Et qui éclaire bien les années d’avant guerre, lorsque ce parti autonomiste vire au national-socialisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Kurtz, « Estadieu (Jean-Baptiste), L’Unabhangige Landespartei für Elsass-Lothringen, De la défense de l’autonomie alsacienne à celle de la Gleichschaltung hitlérienne. (1927-1939) », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 549-550.

Référence électronique

Frédéric Kurtz, « Estadieu (Jean-Baptiste), L’Unabhangige Landespartei für Elsass-Lothringen, De la défense de l’autonomie alsacienne à celle de la Gleichschaltung hitlérienne. (1927-1939) », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://alsace.revues.org/526

Haut de page

Auteur

Frédéric Kurtz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page