Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Glanes

Troalen (Anne-Laure), Le Parti Social Français en Alsace 1936-1939

Chantiers historiques en Alsace n° 10, 2008-2009, Publication électronique : http://www-umb.u-strasbg.fr/alsace.html
Frédéric Kurtz
p. 551-552
Référence(s) :

Troalen (Anne-Laure), Le Parti Social Français en Alsace 1936-1939, Chantiers historiques en Alsace n° 10, 2008-2009, Publication électronique : http://www-umb.u-strasbg.fr/alsace.html, 2009

Texte intégral

1Anne-Laure Troalen nous donne ici le second volet de la « Recherche sur les Extrêmes-droites alsaciennes » entre les deux guerres, avec la publication de son master soutenu en 2008, sur le Parti social français.

2Les trois départements de l’Est ont été des bastions de ce parti d’extrême droite française dans l’immédiat avant guerre. On estime que le Bas-Rhin a compté 10 000 adhérents, le Haut-Rhin 9 000, la Moselle 10 000. Apparemment ce parti « national » a compté bien plus d’adhérents que les partis autonomistes. On relèvera cependant que ce phènomène politique apparait 10 ans après les partis autonomistes : une relève des générations s’est opérée qui se manifeste en particulier dans l’importance du recrutement des jeunes. Ainsi, si l’hebdomadaire PSF en Alsace, « le Flambeau de l’Est » est rédigé en allemand, la « Jeune France » organe haut-rhinois pour les jeunes PSF est rédigé en français. Plus que du « malaise alsacien » des années 20, le PSF est un produit de la crise de 1929, du 6 février 1934 et de la défaite de la droite devant le Front populaire. L’étude d’Anne-Laure Troalen nous met en présence d’un parti qui recrute principalement dans les zones urbaines et industrielles du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, avec des chefs qui sont d’anciens « engagés volontaires » comme Wallach à Mulhouse et Kalb à Colmar, avec des sympathies chez les démocrates comme Frey, Garcin et Maechling à Strasbourg, mais aussi chez les APNA… dont il apparait comme une sorte d’aile droite. Car la double appartenance est tolérée. Ses adhérents et électeurs sont bien déterminés – 32 % : petits commerçants, artisans, - 24 % : employés, - 14 % : industriels, ingénieurs, - 14 % : professions libérales (avocats, médecins) – 3 % : ouvriers, - 2 % : paysans, - 11 % : divers. Le PSF n’aura pas d’élus, mais en soutient quelques uns, indépendants, Démocrates, APNA, UPR, dont il estime qu’ils sont proches de lui. Ainsi Thormann, Maechling, Koessler, Bockel, Remy, Monath ; Fega, Brom. Son programme est régionaliste et défend le staut local de l’Alsace et de la Lorraine. Signe particulier cependant : malgré la condamnation expresse de l’antijudaïsme par le colonel de la Roque, les sections alsaciennes s’en tiennent à la demande d’exclusion des « naturalisés » de la Fonction publique française.

3Bref culte du chef, antiparlementarisme, antisémitisme, affirmation forte de la personnalité régionale et revendication d’une réforme constitutionnelle régionaliste : les extrêmes-droites alsaciennes se rejoignent sur ces différents points. Autonomistes et membres du PSF se combattent avec d’autant plus de férocité. Le critère essentiel de différenciation est celui du nationalisme de référence : les uns se rattachent à l’Allemagne, ou à une Alsace dont la culture serait exclusivement germanique, les autres à la France, même s’ils s’expriment en allemand et en alsacien et réclament le maintien d’un enseignement de la langue allemande à l’école. Le PSF prône le régionalisme, mais un régionalisme « sain », c’est-à-dire attaché à la France. Le nombre d’anciens PSF qui seront dirigeants du RPF après la guerre a pu faire croire à une filiation directe entre ces partis. Troalen rappelle que les anciens PSF devenus RPF ont subi l’épreuve de la guerre et de la résistance, qui les convertit à une culture politique nouvelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Kurtz, « Troalen (Anne-Laure), Le Parti Social Français en Alsace 1936-1939 », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 551-552.

Référence électronique

Frédéric Kurtz, « Troalen (Anne-Laure), Le Parti Social Français en Alsace 1936-1939 », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/528

Haut de page

Auteur

Frédéric Kurtz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page