Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Instruments de travail, généralités

Roth (François), sous la direction de, Lorraine et Alsace, mille ans d’histoire

numéro spécial des Annales de l’Est, 314 p., 2006
Claude Muller
p. 425-426
Référence(s) :

Roth (François), sous la direction de, Lorraine et Alsace, mille ans d’histoire, numéro spécial des Annales de l’Est, 314 p., 2006

Texte intégral

1Histoire générale, histoire nationale, histoire régionale, histoire locale. Le mille-feuille paraît bien pratique pour qui apprécie le confort des habitudes. Mais le cycle actuel ou mode ambiante, qui procure l’avantage de faire converger les historiens dans la même direction, s’attache aux relations entre les différentes entités. Le souffle nouveau vise évidemment à décloisonner à la fois l’espace et les hommes. Le Comité d’histoire régionale de Lorraine à l’initiative de François Roth, s’est donc tout naturellement intéressé aux liens entre la Lorraine et l’Alsace. Le colloque pionnier, tenu les 9 et 10 novembre 2005 au Conseil régional de Lorraine, réunissant une vingtaine d’historiens-auteurs, a largement débroussaillé le sujet.

2Dans le cas de l’Alsace et de la Lorraine, l’époque carolingienne signifie un point de départ obligé. Les deux espaces sont associés dans le cadre du Saint Empire romain germanique. Michel Parisse plante le décor autour d’une montagne commune jusqu’au XIIIe siècle. La maison forte de Niederstinzel dans la vallée de la Sarre, décrite par Gérard Giuliato, reflète le jeu des influences politiques et culturelles dans le domaine de l’habitat seigneurial. Pierre Pegeot évoque Saint-Hippolyte, une curieuse verrue lorraine en terre alsacienne, indispensable pour son vin. Réflexion de Catherine Guyon à propos de la bataille de Nancy le 56 janvier 1477 : « En Lorraine, elle fut réinterprétée pour les besoins du duc de Lorraine qui s’efforçait d’unifier ses états et contribua à faire naître un sentiment patriotique ; en Alsace, elle fut occultée parce qu’elle ne servait pas les intérêts locaux. » Mireille Chazan analyse finement la politique d’André de Rineck. Francis Rapp, puis Georges Bischoff nous introduisent dans la compétition armée des antagonismes nationaux, quand les Vosges deviennent plus une frontière qu’un massif commun.

3Avec la période moderne, portion un peu congrue du colloque, s’ouvre une nouvelle page. La Réforme bouleverse la donne. Bernard Vogler insiste sur le clivage religieux qui s’installe, avivé par les massacres du duc de Lorraine en 1525. L’irruption de la France transforme des localités : Marsal, Sarrelouis, Bitche et Phalsbourg, autant de villes d’étapes devenues verrous (Hubert Collin). Didier Hemmert propose une approche démographique avec l’arrivée des Picards dans les deux régions au XVIIe siècle. Pour Rodolphe Brodt, le décor de la maison de l’Alsace Bossue, « cette partie du Bas-Rhin enfoncée comme un regret dans la Moselle », constitue un témoin et un miroir de son temps. Le centre de gravité bascule. « Le déséquilibre au profit de l’Alsace apparaît à l’évidence » pour qui s’intéresse aux échanges intellectuels et spirituels du XVIIIe siècle, selon Louis Châtellier.

4Les événements de 1870 constituent une nouvelle rupture, caractérisant en partie l’époque contemporaine. François Roth rappelle le demi-siècle de vie commune de l’Alsace et de la Lorraine dans le cadre du Reischland. Les optants quittant l’Alsace pour Nancy y insufflent la Belle Époque (Hélène Lenattier). Cinq à six mille Alsaciens s’installent dans les Vosges (Gilles Grivel). La randonnée devient, à grande échelle, le loisir des urbains de part et d’autre du massif (François Igersheim). Chantal Metzger souligne un autonomisme alsacien plus virulent que son homologue mosellan. Pour Jean de Pange, évoqué par Jean-François Thull, Alsace et Lorraine sont liées par un destin singulier qui en fait des pays d’Entre Deux, orientés vers un horizon européen. Jean-Noël Grandhomme décrit l’iconographie chrétienne des monuments aux morts communaux, qui tranche avec les édifices a-religieux de la France. Enfin, Bertrand Hoze conclut avec l’évolution des mémoires collectives : « Les revendications et commémorations en rapport avec l’Alsace-Lorraine connaissent actuellement un ultime pic. »

5Les contributions de ce colloque peuvent être enrichies par les nombreuses études parues dans Dialogues transvosgiens. Cette revue, fondée par feu l’abbé Holtzmann, se propose depuis un quart de siècle, de relier les deux versants et les deux histoires, à la fois semblables et dissemblables, de la célèbre ligne bleue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Roth (François), sous la direction de, Lorraine et Alsace, mille ans d’histoire », Revue d’Alsace, 134 | 2008, 425-426.

Référence électronique

Claude Muller, « Roth (François), sous la direction de, Lorraine et Alsace, mille ans d’histoire », Revue d’Alsace [En ligne], 134 | 2008, mis en ligne le 20 octobre 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/536

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page