Navigation – Plan du site
Comptes rendus
XVIe - XVIIe et XVIIIe siècles

Muller (Claude), Guerres et Paix sur la frontière du Rhin au XVIIIe siècle

Annuaire de la Société d’histoire et d’archéologie du Ried-Nord, 302 p., 2007
Jean-Michel Boehler
p. 442-444
Référence(s) :

Muller (Claude), Guerres et Paix sur la frontière du Rhin au XVIIIe siècle, Annuaire de la Société d’histoire et d’archéologie du Ried-Nord, 302 p., 2007

Texte intégral

1On a du mal à cerner cet ouvrage, tant il foisonne en thèmes divers et variés, le binôme guerre-paix constituant un dénominateur commun fort commode pour les fédérer. Alors que l’historiographie traditionnelle a tendance à opposer le « tragique XVIIe siècle », avec son chapelet de guerres et de crises, au « beau XVIIIe siècle » et sa légendaire prospérité, Claude Muller nous montre que la guerre est omniprésente à une époque considérée, à tort ou à raison, comme une ère de paix et cela en dépit des « guerres de succession » (d’Espagne en 1702-1714, de Pologne en 1733-1738, d’Autriche en 1740-1748) qui, en définitive ne font qu’effleurer l’Alsace jusqu’au renversement des alliances de 1756, scellant le rapprochement de la France avec l’Autriche et éloignant de la province le théâtre des opérations.

2Mais on aurait tort de considérer ce livre comme un ouvrage d’histoire militaire, même si les sources utilisées sont abondamment puisées, en dehors de l’apport de quelques bibliothèques provinciales, dans les archives du quai d’Orsay (Affaires étrangères), de Vincennes (Service historique de la Défense) et, en ce qui concerne les papiers du gouverneur de Bourg, dans la Bibliothèque de l’Arsenal. Certes les préoccupations stratégiques ou diplomatiques affleurent régulièrement (p. 35-38, 59-66, 81-87, 103-110, 159-163, 225-227), dévoilant les succès militaires par ci et par là, les dévastations de l’Outre-Forêt ou la construction de la ligne de la Lauter. Mais l’auteur mobilise des sources tellement diversifiées qu’elles ne sauraient se cantonner à l’histoire proprement militaire : le mémoire de l’intendant de La Grange de 1697, la chronique de 1702 signée par Richard Schlee, confesseur des cisterciennes de Koenigsbruck, les rapports des ingénieurs militaires ou des directeurs des fortifications (Guillin en 1702, Baudoin en 1752, Langeron en 1773), les lettres adressées par ses maréchaux, entre 1707 et 1713, au comte de Bourg, enfin les récits de voyage de nobles anonymes en 1721 et 1753, de Mademoiselle de Mortemart en 1769, du marquis de Pezay vers 1772. Voilà une banque de données particulièrement fournie.

3Mais même les ingénieurs militaires, soucieux de « tenir le Rhin », ne limitent pas leurs observations aux fortifications et le mérite de Claude Muller aura été de dégager l’intérêt que revêtent leurs rapports au delà de toute considération étroitement stratégique : description des localités, avec leurs murailles ou leur Dorfgraben, des églises fortifiées ou des châteaux, des routes et des voies d’eau dont les qualités défensives sont, bien entendu, privilégiées. Si la grande enquête de 1732, qui indique la topographie des lieux et le nombre de « feux » par localité, conserve un lien avec ce genre de préoccupations, il n’en va pas de même dans cette chronique anonyme de 1753 où l’on trouvera la description des monuments et hôtels particuliers de Strasbourg, pas davantage que dans la visite pastorale du grand vicaire Guillaume Thual, qui, en 1706, passait au peigne fin les chapitres ruraux de Rhinau et de Marckolsheim, relevant l’état matériel des églises et des maisons curiales et fournissant à l’évêque Gaston de Rohan de précieux renseignements tant sur la liturgie que sur la pratique religieuse. Les récits de voyage, qui n’oublient pas les fortifications dans cette province frontière, tiennent à la fois des guides touristiques et des enquêtes ethnographiques sur ces « Allemands » que sont les habitants de l’Alsace et dont, vu du côté français, on relève la bizarrerie du langage, des costumes et des coutumes. L’observation est mise à contribution quand, vers 1770, Victurnienne de Mortemart visite la manufacture royale de Klingenthal ou quand le marquis de Pezay chante la fertilité de la campagne alsacienne et les exploits des anabaptistes. C’est que tout voyage d’étude se double d’un voyage d’agrément et d’investigation : « Une chose essentielle pour voyager utilement, c’est d’avoir une connaissance assez détaillée des endroits où l’on va; afin de ne pas paraître tout à fait étranger, il faut savoir au moins ce qu’il y a de plus beau et de plus curieux à voir » glisse, en 1782, ce voyageur anonyme dijonnais dont la référence du récit de voyage se sera malencontreusement perdue (p. 275).

4Ce faisant, Claude Muller ne risque-t-il pas de perdre de vue et le sujet et le titre, pourtant suffisamment englobant, de sa contribution afin de pouvoir accueillir des témoignages aussi disparates ? La conclusion de son livre, qui « rattrape » les mémoires non utilisés précédemment et soulève la question de la francisation de l’Alsace, rend compte de ce désir d’exhaustivité qui, à notre sens, ne répond pas à une nécessité absolue. On pourrait lui reprocher par ailleurs un penchant pour l’anecdotique et l’événementiel, parfois au prix de citations fort longues des auteurs consultés. Mais le thème traité illustre magistralement la rencontre entre « la grande » et « la petite » histoire : au delà des opérations militaires, décidées à Versailles et exécutées sur le terrain, lorsque Stanislas Leszcynski envoie son flot de missives au comte de Bourg, n’est-ce pas l’intimité de la Cour qui pénètre en Alsace ? Reste à savoir pourquoi une étude d’une telle ampleur, sur le plan à la fois thématique et géographique puisqu’elle porte sur l’ensemble d’une Alsace ouverte sur l’Europe, paraît sous les auspices d’une société d’histoire locale, aussi proche soit-elle d’une frontière si souvent invoquée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Boehler, « Muller (Claude), Guerres et Paix sur la frontière du Rhin au XVIIIe siècle », Revue d’Alsace, 134 | 2008, 442-444.

Référence électronique

Jean-Michel Boehler, « Muller (Claude), Guerres et Paix sur la frontière du Rhin au XVIIIe siècle », Revue d’Alsace [En ligne], 134 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/568

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Boehler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page