Navigation – Plan du site
Comptes rendus
XIXe siècle

Chateaudon (Jean-Luc), Routes et chemins du Haut-Rhin à l’heure de l’industrialisation (1800-1870)

Jérôme Do Bentzinger Éditeur, 258 p., 2007
Claude Muller
p. 448
Référence(s) :

Chateaudon (Jean-Luc), Routes et chemins du Haut-Rhin à l’heure de l’industrialisation (1800-1870), Jérôme Do Bentzinger Éditeur, 258 p., 2007

Texte intégral

1« Née de la nécessité des échanges entre les humains, la route est l’expression la plus ancienne et la plus claire de la vie de relations. » C’est par la jolie formule de Henri Cavaillès que Jean-Luc Chateaudon (voir Revue d’Alsace, 2006, p. 497) débute fort opportunément son propos. L’apport principal de l’ouvrage consiste dans la chronologie fixée. De 1800 à 1815, grosso modo le temps de Napoléon Ier, l’urgence l’emporte. Les finances exsangues ne permettent que d’éphémères rafistolages du réseau routier, support premier du déplacement des troupes. La période suivante, de 1815 à 1836, plus pacifique, s’écarte des préoccupations militaires. Les besoins industriels engendrent un développement des routes au détriment des chemins ruraux. Entre 1836 et 1870, le mouvement s’intensifie. Le réseau arrive à maturité vers 1840, soit 2 500 kilomètres de routes.

2Un deuxième aspect intéressant de l’étude réside dans les « à-côtés », sans jeu de mots, de la route : pavée ou empierrée, bordée d’arbres – ce qui pose un épineux problème à Dessenheim en 1838 – ou de fossés, munie de poteaux indicateurs en fonte ou de trottoirs en ville, bien entretenue dans la Porte de Bourgogne ou impraticable dans les endroits reculés, enneigée au Ballon d’Alsace... Chemin faisant, quelques détails amusants apparaissent. À Husseren-les-Châteaux, en 1837, les villageois utilisent des souches pour freiner leurs véhicules dans la vertigineuse descente. Ailleurs les paysans comblent les fossés du bord pour pouvoir entrer dans leur parcelle, alors que l’administration s’était évertuée à les faire creuser ! En hiver, l’usage des traîneaux met à mal le réseau. Que penser du chemin de croix que constitue la départementale de Ferrette à Lucelle, où « l’absence désespérée de trafic », malgré les forges, s’explique par le cul-de-sac de la frontière suisse ?

3Reste pour finir des images suggestives de gens entretenant les ouvrages : le commissaire-voyer Gouget qui se recommande à la « bienveillance » de l’administration pour obtenir un secours, les auxiliaires et les cantonniers, les habitants obligés aux prestations en nature, les ateliers de charité, les indigents occupés à casser des cailloux. Tout un monde multiforme au service des routes, ressuscité par l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Muller, « Chateaudon (Jean-Luc), Routes et chemins du Haut-Rhin à l’heure de l’industrialisation (1800-1870) », Revue d’Alsace, 134 | 2008, 448.

Référence électronique

Claude Muller, « Chateaudon (Jean-Luc), Routes et chemins du Haut-Rhin à l’heure de l’industrialisation (1800-1870) », Revue d’Alsace [En ligne], 134 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://alsace.revues.org/573

Haut de page

Auteur

Claude Muller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page