Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Seconde Guerre mondiale

Igersheim (François) avec la collaboration de Baas (Geneviève), éd., Les Carrefours des Tilleuls. Jeune Alsace résistante, suivi de Baas (Emile), Notre aveugle avant-guerre. Lettres à Materne

Strasbourg, Société savante d’Alsace, 403 p., 2008 (Recherches et documents, t. 79)
Georges Bischoff
p. 453-455
Référence(s) :

Benay (Jeanne), J-M. Leveratto (éd.), Culture et histoire des spectacles en Alsace et en Lorraine. De l’annexion à la décentralisation (1871-1946), Strasbourg, Société savante d’Alsace, 2008 (Recherches et documents, t. 79), 403 p., 2008

Texte intégral

1Le titre Jeune Alsace résistante donne le sens de ce livre qui comprend en réalité trois ou quatre volets de taille inégale : une longue introduction sur les jeunes réfugiés alsaciens dans l’espace de la « zone libre » entre 1940 et 1944 (p. 5-110), avec des informations souvent neuves, le texte des « Carrefours des Tilleuls » de 1941, 1942 et 1943 (p. 111-200), une mise en perspective de l’esprit de résistance avant et après la libération de l’Alsace (p. 201-290) et, pour finir, l’édition du manuscrit de Lettres à Materne composées par Emile Baas pendant l’automne 1944.

2L’unité du propos tient à la fois à la personnalité des acteurs de cette histoire – des intellectuels catholiques décidés à faire vivre une certaine idée de leur province – et à une même philosophie de l’action. Les exposés et les notes de F. Igersheim assurent la cohérence scientifique de cet ensemble documentaire qu’on peut d’ores et déjà considérer comme l’une des clés de l’histoire contemporaine de la région.

3Cette aventure est celle d’une génération d’hommes et de femmes dont la conscience s’est façonnée dans l’exil, sous le coup de la débâcle militaire de mai-juin 1940, aussi bien que dans le désenchantement quand elle aura compris la vraie nature du régime de Vichy. Génération refondatrice, surtout, qui travaille pour l’avenir : les centaines de jeunes gens des écoles normales délocalisées en zone libre, les étudiants de Clermont ou d’ailleurs et les réfugiés du même âge, scouts, routiers et soldats démobilisés forment une élite instruite, mieux intégrée à la culture française que leurs camarades exposés à la dictature nazie entre Vosges et Rhin. Ils sont bien encadrés et bénéficient d’institutions qui les soutiennent (le GERAL, p. exemple), avec de véritables appuis dans l’administration et même, dans les services centraux de l’Etat. On pourrait même dire qu’ils disposent déjà d’une série de réseaux.

4La publication intégrale du rapport du sous-lieutenant Bernard Metz sur la genèse de la Brigade Alsace-Lorraine (p. 225-248) est une des pépites que contient cet ouvrage : ce récit avait été mis par écrit en 1946, pour s’intégrer dans une histoire de la Résistance, mais il n’avait jamais été livré intégralement : des informations factuelles irremplaçables, mais aussi beaucoup de choses sur l’état d’esprit – et le climat de tension – qui règne au moment où se constitue cette unité de combat destinée à prendre part à l’offensive libératrice sous la conduite, un temps contestée, d’André Malraux.

5Né en 1907, professeur agrégé de Philosophie au Lycée Kléber, Emile Baas est l’une des grandes figures du milieu intellectuel strasbourgeois, et plus précisément, de cette paroisse universitaire éclairée par une sorte de « personnalisme civique » dont les inspirateurs gravitent autour de Jacques Maritain ou des jésuites. Son engagement s’exprime avec courage dès l’été 1940, quand il refuse de prêter le serment d’allégeance exigé par les autorités nazies et décide de rejoindre les réfugiés alsaciens demeurés dans le sud-ouest. Le 11 décembre 1938, en réponse à la « nuit de cristal » organisée un mois plus tôt (et présentée sans grandes réactions par la presse régionale d’Alsace), il avait fait partie des signataires de l’appel contre « les doctrines qui ont donné naissance à un tel déchaînement de barbarie » publié par la Dépêche de Strasbourg (p. 99-100).

6Nommé au Lycée de Rodez, Baas n’a pas de peine à renouer avec le milieu catholique dispersé en zone libre. Il y retrouve notamment les réseaux issus du scoutisme (p. 52), avec des hommes comme Pierre Schaeffer, Bernard Metz, Schmidt-Le Roi ou Pierre Stahl, qui dirige le « bureau du jeune réfugié » et recourt volontiers à ses conseils.

7Son action militante s’exprime sur le terrain de la refondation morale, maréchaliste d’abord, mais circonspecte à l’égard du régime de Vichy, puis franchement résistante, dans le courant du Témoignage Chrétien (dont il est un correspondant efficace). Elle s’attache plus spécialement aux enseignants qui gravitent dans l’orbite de l’Académie de Strasbourg repliée à Périgueux et aux élèves des écoles normales catholiques. C’est à leur intention qu’il organise des « universités d’été », les Carrefours des Tilleuls, qui tirent leur nom d’un centre de formation (ou de récollection) fondé par Mgr Saliège aux environs de Saint-Bertrand de Comminges. A trois reprises en effet, fin août-début septembre 1941, 1942 et 1943, Emile Baas anime ces journées d’études dont les conclusions sont multigraphiées et diffusées à plusieurs centaines d’exemplaires. Le programme porte sur la politique à mettre en œuvre à l’attention de la jeunesse alsacienne lorsque l’Alsace aura été libérée des nazis : il s’agit d’une réflexion de fond sur la nature des mouvements de jeunesse dans leur rapport au politique et sur le rôle de l’éducation dans la « décontamination » de l’école et de la société. Les analyses du totalitarisme hitlérien s’appuient sur une excellente connaissance de ce qui se passe en Allemagne entre 1933 et 1939 et sur des informations de première main sur l’annexion de fait (p. 123 et suiv.) : Baas met à la disposition de ses auditeurs une véritable anthologie des textes fondateurs, Mein Kampf et Rosenberg notamment : « on fait d’un ci-devant chrétien une belle brute païenne écrasant du haut de son orgueil les races inférieures » (p. 157). Le philosophe strasbourgeois écrit ces fortes pages au moment où Martin Heidegger parade à la Reichsuniversität de Strasbourg.

8Le troisième et dernier Carrefour des Tilleuls revient sur le pluralisme imparti aux mouvements de jeunesse et porte, en filigrane, la critique des évolutions en cours dans la France de Vichy, « l’Etat actuel ». « Le retour de nos provinces à la France inaugurera pour la vie intérieure de l’Alsace et de la Lorraine une violente rupture avec un état de choses existant en fait… Il y aura un instant la déroute des esprits puis il faudra se mettre à faire du neuf » (p. 125). Convaincu que « dans les années 40, l’Alsace et la Lorraine seront parvenues par les luttes héroïques qu’elles auront eu à soutenir à prendre de soi une conscience encore plus aiguë », Emile Baas insiste sur la combinaison féconde de l’humanisme chrétien, du patriotisme français et du régionalisme.

9Comme on le sait, la relève politique de 1945 prendra un chemin différent, mais les idées forgées par ces années d’exil n’en resteront pas moins vivantes. Emile Baas les reprendra dans ses Lettres à Rémy sous le titre de Situation de l’Alsace, un exposé profond et nuancé de ce qu’il appelle le « paradoxe alsacien » à l’attention du public français « de l’intérieur ».

10Jusqu’à la présente publication des Lettres à Materne, dont François Igersheim donne le sens en les intitulant « Notre aveugle avant-guerre », on ignorait qu’il en avait composé un volet symétrique destiné au lectorat alsacien de tendance « autonomiste ». Là encore, la réflexion suit une logique démonstrative bien huilée qui permet de saisir les enjeux d’une réintégration douce aux lendemains de la libération. Le bilan politique et moral qui constitue les deux tiers de l’exposé est un modèle de lucidité, parfois un peu trop lisse par manque d’exemples très ciblés, mais, sur le fond, implacable. C’est « l’examen de conscience d’un Alsacien », un peu à la façon de l’étrange défaite de Marc Bloch. On y lira de vigoureuses critiques du parti catholique, et de la médiocrité des élites politiques, et des pages parfois féroces sur la presse locale. Le manuscrit avait été écrit au cours de l’automne 1944. Il était resté inédit, par retenue, peut être, pour ne pas accabler ses compatriotes, ou peut être aussi, parce que l’histoire était allée plus vite que prévu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georges Bischoff, « Igersheim (François) avec la collaboration de Baas (Geneviève), éd., Les Carrefours des Tilleuls. Jeune Alsace résistante, suivi de Baas (Emile), Notre aveugle avant-guerre. Lettres à Materne », Revue d’Alsace, 134 | 2008, 453-455.

Référence électronique

Georges Bischoff, « Igersheim (François) avec la collaboration de Baas (Geneviève), éd., Les Carrefours des Tilleuls. Jeune Alsace résistante, suivi de Baas (Emile), Notre aveugle avant-guerre. Lettres à Materne », Revue d’Alsace [En ligne], 134 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://alsace.revues.org/585

Haut de page

Auteur

Georges Bischoff

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page