Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Seconde Guerre mondiale

Simon (André), Kibler Marcel. (Alias commandant Marceau) raconte la Résistance Alsacienne

Propos recueillis par André Simon, Jérome Do Bentzinger, 264 p., 1er trimestre 2008
François Igersheim
p. 459-460
Référence(s) :

Simon (André), Kibler Marcel. (Alias commandant Marceau) raconte la Résistance Alsacienne, propos recueillis par André Simon, Jérome Do Bentzinger, 1er trimestre 2008, 264 p.

Texte intégral

1L’organisation qui a pris en fin de compte le nom de « la Résistance alsacienne », a joué un rôle important dans l’histoire de l’Alsace. Elle a réuni les Alsaciens de la France de l’Intérieur, dans les GMA, qui voulaient que l’Alsace soit libérée par les Alsaciens, et on y a rattaché les FFI d’Alsace (mars 1944), dont on aurait tort de sous-estimer le rôle. « Marceau » a été son dernier chef. Il y avait quatre ensembles de sources pour l’histoire de ce/ces réseaux, rattachés dès 1943 à l’OMA, puis ORA. Au Service historique de la Défense, les fonds des historiques des unités de la résistance, dans les fonds des correspondants du Comité d’histoire de la Seconde guerre mondiale aux Archives Nationales, un autre jeu d’historiques et de témoignages ; aux archives départementales du Bas-Rhin, les enregistrements des interviews opérés en 1982 par Léon Mercadet pour son ouvrage sur la Brigade Alsace-Lorraine, où se déploie la chaleureuse voix, à l’accent alsacien si fort, de Kibler, enfin, les souvenirs laissés par Bernard Metz, dont le plus important était à présent la contribution qu’il avait donnée au colloque organisé par la Fondation franco-allemande de 2004 sur la Résistance alsacienne, publié en 2007 et dont nous faisons le CR, ici-même, et son rapport d’avril 1946, publié dans « les Carrefours des Tilleuls ».

2Voici que s’y rajouteraient les souvenirs dictés de Kibler, recueillis et publiés par son neveu, André Simon. Disons le d’entrée de jeu, cet ouvrage n’est pas convaincant et ne répond guère au pieux souhait de son auteur. Un tri s’imposera de toute évidence. Les « historiques » établis par d’Ornant (Marchal) et Kibler (Marceau) dès décembre 1944 seront les plus probants. Certes ils n’ont pas la verdeur des souvenirs dictés ici par Kibler. On ne s’arrêtera donc pas aux innombrables erreurs qui parsèment le texte et qui sont dues au choix de l’auteur qui a décidé de publier tels quels les propos du chef de la « Résistance alsacienne » tenus un demi-siècle après les évènements. Les commentaires de Simon en notes de bas de page sont encore plus étonnants. Ainsi, cette rencontre de Kibler et Dungler avec un personnage non-identifié qui leur demande un acte d’allégeance au général de Gaulle et qui s’avère être Jean Moulin dont « les journaux publient quelques jours après son arrestation la photo en première page ». On savait l’état-major de la 7e Colonne faite d’hommes d’extrême droit : on nous confirme ici que ce groupe s’est constitué dès le Front populaire et pour lutter contre lui. Ernest-Charles Georges, ingénieur à la Manurhin à Cusset est resté le grand inconnu de cette aventure et tous les renseignements, (et la photo) qui nous sont donnés dans l’ouvrage sont précieux. On souhaiterait enfin une biographie de cet étonnant personnage. Il est des évocations dont il faudra tenir compte. Que Kibler n’ait jamais été gaulliste est bien connu : on ne s’étonnera pas des opinions qu’il émet. Il admire Leclerc, et le récit de la rencontre du 15 novembre, à Baccarat, avec Leclerc, qui souhaite connaître les effectifs des FFI d’Alsace, avant de foncer sur Strasbourg, est un des passages importants de l’ouvrage. Par contre, il déteste Malraux, en affichant pourtant l’indifférence, et n’a pas pardonné à Metz, le rôle qu’il a joué dans la nomination du chef de la Brigade Alsace-Lorraine, et sans doute moins encore à Bockel, parce que Thannois et considéré comme l’un des principaux thuriféraires de Malraux.

3L’intention de l’ouvrage, Simon la livre dans les dernières pages. Pour lui « la Résistance Alsacienne » a été quelque peu oubliée et son importance réduite. Car « la résistance alsacienne est connue par la Brigade Alsace-Lorraine, émanation directe du GMA-Sud, indissociable de la personnalité médiatique de Malraux et compte tenu du profil de ce dernier, communiste puis gaulliste. Il s’agit d’une image bien altérée ». On savait que le débat autour de la personnalité de Malraux se poursuivait dans les rangs bien éclaircis des anciens de « la Résistance alsacienne ». Allons ! « La Résistance alsacienne » dont a fait partie aussi la Brigade Alsace-Lorraine n’a pas été oubliée, pas plus que ne l’a été son chef, Marceau-Kibler. Mais publier « l’historique de la Résistance alsacienne », écrite en 1950 par d’Ornant et Kibler aurait sans nul doute bien mieux servi l’intention du neveu de Marceau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Simon (André), Kibler Marcel. (Alias commandant Marceau) raconte la Résistance Alsacienne », Revue d’Alsace, 134 | 2008, 459-460.

Référence électronique

François Igersheim, « Simon (André), Kibler Marcel. (Alias commandant Marceau) raconte la Résistance Alsacienne », Revue d’Alsace [En ligne], 134 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://alsace.revues.org/591

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page