Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Seconde Guerre mondiale

Das Deutsche Archivwesen und der Nationalsozialismus

75 Deutscher Archivtag 2005 in Stuttgart, Essen, 2007
François Igersheim
p. 462-463
Référence(s) :

Das Deutsche Archivwesen und der Nationalsozialismus, 75 Deutscher Archivtag 2005 in Stuttgart, Essen, 2007

Texte intégral

1L’Archivtag (Congrès des Archivistes allemands) de 2005 a été consacré à l’histoire des archives allemands sous le national-socialisme. Le congrès commence par une importante communication de Wolfgang Ernst sur la technologie des archives sous le national-socialisme et en particulier sur l’essor des fichiers mécanographiques, nouvelle archive et traitements automatiques nouveaux. L’accent est mis sur les fichiers des recensements et les sous-fichiers juifs, qui furent utilisés pour la politique d’extermination, en liaison avec d’autres fichiers logistiques : ceux des chemins de fer, ceux de l’économie de guerre. Une grande importance est accordée aux archives généalogiques, extrêmement sollicitées pour les certificats d’aryanité.

2Le congrès aborde également la question de la protection et du pillage des archives dans les territoires occupés, de l’Est et de l’Ouest (la France).

3La communication du professeur Konrad Krimm (General Landesarchiv Karlsruhe) sur les archives d’Alsace pendant l’annexion de fait : Karl Stenzel und die « oberrheinischen Staatsarchive, Deutsche Archivpolitik im Elsass 1940-1944 (p. 195 à 208) retient plus spécialement l’attention de la RA. La recherche de Krimm est fondée sur les archives de service des Archives Départementales du Bas-Rhin (rapports de Woytt et d’Emile Herzog du printemps 1945) ainsi que sur la procédure en dénazification qui a visé Stenzel, classée en 1948, puisque Stenzel est mort en mars 1947 et qui est conservée à Karlsruhe. Elle n’a pas manqué d’évoquer ce que les Allemands appellent des « Persilscheinen » ou certificats de blanchiment, d’anciens collègues. Les Archives départementales du Bas-Rhin avaient été évacuées à Périgueux et celles de Colmar, à Auch, faute de locaux à Agen, siège de la préfecture du Haut-Rhin. Leur retour avait été exigé par les autorités allemandes dans le cadre de l’application de l’armistice et il a eu lieu progressivement de 1940 à 1943, ce qui a fait l’objet d’une étude de Wolfgang-Hans Stein, in Michel Espagne, éd., Archiv und Gedächtnis, Studien zur Interkulturellen Uberlieferung, Leipzig 2000 ; et Torsten Musial, Deutsche Archivare in den besetzen Gebieten 1939 bis 1945, in Archive und Herrschaft, Referate des 72 Deutschen Archivtags 2001 in Cottbus. Siegburg 2002. Krimm ne revient pas sur ces études ; son objectif est d’apporter un éclairage sur la politique de Stenzel. Ce dernier, Allemand né à Strasbourg et qui avait fait ses débuts d’archiviste rue Fischart, avait été expulsé en 1919. Il est directeur du GLA en 1939 et Robert Wagner lui confie la mission de mettre sur pied un Landesarchiv, ou Reichsarchiv du nouveau Gau Baden-Elsass à Strasbourg. Son premier mouvement est de réunir les AD du Bas-Rhin et celles du Haut-Rhin, mais le projet est bloqué à Berlin par le directeur général des Archives du Reich, et par les vives protestations des Colmariens… et des Fribourgeois. Par contre, Stenzel installe son administration dans un immeuble saisi 10 avenue de la Forêt Noire, où doivent également s’installer les locaux de l’Oberrheinische Historische Kommission et ainsi que ceux du « Verband der Oberrheinischer Geschichts und Altertumsvereine ». On sait peu de choses sur l’administration des archives pendant la guerre, l’hypothèse la plus vraisemblable est que les dossiers ont été détruits en 1944. Une grande partie des informations données par Krimm reposent sur les rapports donnés par Woytt, administrateur provisoire des Archives en février 1945 et par Herzog. Le rôle de trois personnalités est analysé et critiqué : celui de Jean Rott à Auch, Strasbourg et Karlsruhe, de Helmut van Jan, archiviste à Colmar, décrit comme hautain et arrogant », par Herzog, enfin celui de Charles Wittmer, bibliothécaire de la ville de Colmar. Mais même Herzog reconnaît que malgré les torts évidents qu’il leur impute, ils réussirent un tour de force, celui de mettre à l’abri au Fort Desaix, les fonds des archives de Strasbourg et de Colmar et ainsi de les sauver, en particulier d’une évacuation vers l’Allemagne, Karlsruhe, ou les mines de Heilbronn, où sont stockées les archives de Karlsruhe. Les notices NDBA consacrées à ces personnages sont fort bienveillantes, écrit Krimm. Mais enfin, c’est comme pour tout le reste de la période nazie : les jeunes ont interrogé trop tard et les vieux ont trop peu raconté. Bref, une contribution importante, qui encourage à reprendre la recherche et en particulier à être à propos du nazisme et de ses complices volontaires ou non, aussi salubre que l’est la recherche allemande, comme le démontre à nouveau la contribution de Krimm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Igersheim, « Das Deutsche Archivwesen und der Nationalsozialismus », Revue d’Alsace, 134 | 2008, 462-463.

Référence électronique

François Igersheim, « Das Deutsche Archivwesen und der Nationalsozialismus », Revue d’Alsace [En ligne], 134 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://alsace.revues.org/595

Haut de page

Auteur

François Igersheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page