Navigation – Plan du site
Comptes rendus
XXe siècle

Perny (Pierre), Racing 100 ans

Pierre Perny éd., Strasbourg, 350 p., 2006
Alfred Wahl
p. 467-469
Référence(s) :

Perny (Pierre), Racing 100 ans, Pierre Perny éd., Strasbourg, 350 p., 2006

Texte intégral

1La Revue d’Alsace a choisi d’accueillir un ouvrage portant sur le football. Cette innovation mérite un mot d’explication car les lecteurs ne savent pas tous que depuis plus d’une décennie, l’histoire des sports et du football a fait son entrée comme territoire légitime dans l’enseignement et la recherche à l’Université. Cette histoire-là s’intéresse au football parce qu’il s’agit d’un phénomène social, économique, culturel et politique de première importance du XXe siècle. Son traitement ne se distingue nullement de celui des autres domaines de l’histoire.

2A ne pas confondre donc avec les chroniques ou histoires « fabuleuse », complètement décontextualisées et relatives aux compétitions, aux clubs et aux joueurs, caractérisées par la relation de résultats, par des descriptions truffées d’anecdotes pittoresques, d’exploits « entrées dans la légende » et issues de la plume de journalistes ou de passionnés du football. Il s’agit donc de deux mondes différents. Le deuxième constituant lui-même une source privilégiée pour l’historien qui cherche à appréhender le phénomène football.

3Le livre de Pierre Perny appartient globalement à la seconde catégorie de production, même si, par moments, il accède à la première par quelques développements, notamment à propos des questions juridiques et financières ou politiques, ordinairement occultées dans ce cas. L’auteur qui est son propre éditeur vise le grand public familier du football qui éprouvera du plaisir à suivre année après année les rencontres du Racing, les départs et les arrivées de joueurs, les matchs « fabuleux » du passé, les innombrables résultats. Sur ce point, le libre contribuera à entretenir la mémoire, la nostalgie d’un « passé glorieux », à enraciner des lieux de mémoire inscrits dans l’histoire régionale par le Racing, « notre Racing » comme il est dit communément. Pierre Perny note que l’histoire du Racing constitue un pan de l’histoire de la région et de l’identité régionale. On aurait aimé qu’il nous en dise davantage sur cette intéressante idée. Quoiqu’il en soit, il développe sa chronique avec compétence et avec la chaleur qui sied à ce type de publication ; son écriture est de qualité et vivante même si le récit tourne à la litanie parce qu’il est conduit saison après saison.

4Ce beau livre, illustré avec soin où figurent les équipes de chaque saison devient ainsi un document iconographique et constitue une véritable source pour l’historien. Il donne envie à ce dernier d’en savoir plus. En particulier sur le milieu social qui a introduit le jeu avant 1914. Perny évoque l’existence de clubs allemands et de clubs autochtones mais en restant à la périphérie de la question ; l’on ne connaît pas précisément la couches sociales concernées, ce qui interdit la mise au jour d’éventuels enjeux. Une recherche plus approfondie aurait pu être menée et dès lors le recours aux travaux de François Igersheim, de François Uberfill aurait sans doute aidé Pierre Perny à trouver des réponses à des questions qu’il ne fait qu’esquisser. Est-il fondé de présenter les joueurs de Neudorf comme des patriotes français de toujours alors que le président qu’ils avaient mis en place avant 1914 a été contraint de démissionner parce qu’il ne disposait pas de la carte A en 1918 ? Dans sa thèse récente sur les débuts du ski en Alsace, Sébastien Stumpp met en lumière les enjeux qui y opposaient les cadres politico-militaires allemands à la bourgeoisie allemande nouvelle et aussi aux autochtones en s’appuyant sur les travaux de Kocka, Haupt et Kaelble. Ses conclusions sont peut-être transposables sur le football. Comment évoquer la convivialité à Neudorf avant 1914 sans s’appuyer sur l’étude de François Uberfill pour étayer ce constat ?

5Une dernière remarque encore. Lorsque l’auteur écrit que « très rapidement le football et l’athlétisme deviennent des disciplines qui se complètent », il commet une erreur : il n’y a pas eu d’évolution car l’unité est d’origine. Lorsque les sports se sont constitués dans les collèges britanniques, il s’agissait des « sports athlétique », c’est-à-dire des courses, du football-association et du football-rugby pratiqués par les mêmes élèves dans la même journée, puis peu à peu en été pour les courses et en hiver pour les deux types de jeu. A la fin du XIXe siècle, la presse française spécialisée présentait classiquement une rubrique « sports athlétique » avec trois sous-rubriques : courses ou athlétisme, football-association, football-rugby. On y parlait encore de « courir » un match. Ce point ainsi que la marche ultérieure vers l’autonomisation des trois disciplines ont pourtant fait l’objet de travaux nombreux.

6Au total, un livre qui devrait susciter des vocations nouvelles en faveur de la lecture et qui fera comprendre aux néophytes combien le phénomène football occupe bien une place considérable dans la société et dans la convivialité du XXe siècle, au sens de Maurice Agulhon, par ses commentaires inépuisables entre initiés, ses évocations historiques et nostalgiques échangés dans tous les lieux de rencontres. Tout cela est à porter au crédit de Pierre Perny.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alfred Wahl, « Perny (Pierre), Racing 100 ans », Revue d’Alsace, 134 | 2008, 467-469.

Référence électronique

Alfred Wahl, « Perny (Pierre), Racing 100 ans », Revue d’Alsace [En ligne], 134 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://alsace.revues.org/603

Haut de page

Auteur

Alfred Wahl

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page