Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Arts et techniques

Dufetel (Nicolas), Haine (Malou), Franz Liszt, un saltimbanque en province

Lyon, Symétrie, 2007
Christiane Weissenbacher
p. 470-472
Référence(s) :

Dufetel (Nicolas), Haine (Malou), Franz Liszt, un saltimbanque en province, Lyon, Symétrie, 2007

Texte intégral

1On peut se demander ce que, du haut du ciel d’où il observe l’évolution du regard porté sur son œuvre, Liszt pensera de ce titre – même si c’est lui qui en a fourni les termes : le « saltimbanque » est une image réductrice, voire dévalorisante, de sa personnalité artistique ; quant à la « province », elle réduit d’autant l’envergure de sa carrière européenne... Ceci dit, Liszt a bien répandu jusqu’en France profonde l’image inédite d’une star internationale en tournée, ainsi que l’écho inouï d’une virtuosité pianistique sans égale : dans son originalité tant sociologique qu’idiomatique, le phénomène méritait d’être étudié, et c’est de cette étude que rend compte le livre publié par les éditions Symétrie sous la direction scientifique de Nicolas Dufetel et Malou Haine, avec la contribution de Jacqueline Bellas, Michelle Biget-Mainfroy, Florence Doé de Maindreville, Nicolas Dufetel, Mária Eckhardt, Florence Gétreau, Guy Gosselin, Serge Gut, Malou Haine, Geneviève Honegger, Claude Knepper, Bruno Moysan, Pauline Pocknell, Cécile Reynaud et Corinne Schneider.

2Substantiel (424 pages), le livre comprend dix-sept articles : sept issus d’interventions au colloque tenu à Angers en 2005 sous le titre « Liszt à Angers », sept repris de publications antérieures, et trois spécialement rédigés pour l’occasion. Après une introduction générale (« Quelque 200 concerts de Liszt en province »), un rappel des conditions de voyage dans la France de l’époque (« Voyager avec Franz Liszt »), et un premier tour de France en compagnie du « petit Litz » et de son père entre 1823 et 1827, le lecteur est invité à suivre Liszt adulte dans une tournée fictive construite à partir des étapes françaises de sa « période brillante » (1844-1845) : on passe ainsi par Marseille, Bourges, le Sud-Ouest, l’Alsace, Metz, la Champagne, l’Ouest, avec, pour finir, un « petit détour par la Belgique ». En cours de voyage, deux articles font le point sur « les programmes des concerts de Liszt en 1844 et 1845 », et sur « l’auditeur et le critique de province en 1845 », tandis qu’un troisième se souvient d’« un portrait oublié de Liszt par Calamatta » datant de 1837. Et au terme du voyage, quatre articles questionnent la virtuosité : sa place dans les écrits de Liszt, ses rapports avec celle d’autres pianistes ou avec d’autres activités du même Liszt (« Franz Liszt, artiste-roi ou roi des artistes ?), son rôle dans la pratique de l’arrangement et de la composition.

3Bien sûr, tout lecteur se précipitera en priorité sur le plat pays qui est le sien, et les Alsaciens seront ravis de retrouver aux pages 245 à 266 une plume familière : celle de Geneviève Honegger, qui leur a déjà donné l’occasion de rencontrer « Franz Liszt en Alsace » lors de l’exposition qu’elle a organisée à Strasbourg en 1988 « Sur la trace des musiciens célèbres à Strasbourg » : le catalogue (publié par l’ARDAM et La Nuée Bleue) présente précisément, en première page de couverture, une caricature de Liszt interprétant au piano le Galop chromatique – l’œuvre fétiche du « saltimbanque en province » –, par laquelle il a notamment terminé le concert du 28 juin 1845 à Strasbourg… Comme toujours lorsqu’on est en compagnie de Geneviève Honegger, c’est toute la province qui s’éclaire à la lumière de la star (saviez-vous que le premier « TER » Bâle-Strasbourg date de 1841 ?), et on a l’impression « d’y avoir été » : au château de Pourtalès en décembre 1823 quand Liszt joua à quatre mains avec un jeune De Turckheim de son âge (12 ans) ; à Mulhouse le 18 juin 1845 quand Liszt accepta s’associer à ses concerts locaux M. Giovanni, professeur de chant récemment établi dans la région ; à la Salle des Actes du Collège de Colmar (l’actuel lycée Bartholdi) onze jours plus tard, quand Liszt invita les pensionnaires de l’établissement à son concert mais essuya le refus du principal  ; etc., etc.

4Le texte de Geneviève Honegger est complété par de nombreux documents de première main : des affiches de concerts, les programmes des concerts (liste chronologique suivie d’un tableau identifiant les titres souvent elliptiques des œuvres citées…), la critique du concert du 24 juin 1845 à Mulhouse concluant sur les mérites respectifs de Liszt (« le type de l’extraordinaire ») et de son rival Thalberg (« celui du beau et du parfait »), et même… un poème de circonstance : « Des bords de l’Ill », signé « J.B.C.M. » et adressé à Liszt par le biais du Courrier du Bas-Rhin… Cette richesse documentaire est du reste commune à l’ensemble de l’ouvrage, qui fait preuve par ailleurs d’un soin éditorial exemplaire : le format (celui du livre comme celui de la mise en page) est « confortable », les notes attendent l’œil impatient en bas de pages, les citations se détachent bien du corps de texte par leur retrait et leur taille propres ; l’index accueille les lieux autant que les personnes, et une biographie des auteurs fait apparaître la qualité des intervenant ainsi que la variété des points de vue. Voilà qui garantit à la fois la fluidité nécessaire à la lecture dilettante et la précision requise par la curiosité scientifique, et qui permettra donc à cet ouvrage de figurer à la fois sur les rayons spécialisés et dans les bibliothèques particulières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christiane Weissenbacher, « Dufetel (Nicolas), Haine (Malou), Franz Liszt, un saltimbanque en province », Revue d’Alsace, 134 | 2008, 470-472.

Référence électronique

Christiane Weissenbacher, « Dufetel (Nicolas), Haine (Malou), Franz Liszt, un saltimbanque en province », Revue d’Alsace [En ligne], 134 | 2008, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 23 avril 2017. URL : http://alsace.revues.org/609

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page